La guerre des sables menace l’Afrique du Nord

Tags: Algérie, Maroc, Afrique du Nord, Sahara Occidental – La guerre des sables menace l’Afrique du Nord

Guerre des sables en Afrique du Nord : escalade militaire entre l’Algérie et le Maroc
Maintenant, la crise peut se transformer en un conflit armé. USA et France avec Rabat, Russes et Chinois avec Alger : voici les armes sur le terrain
Alger – Les tensions entre Alger et Rabat ne s’apaisent pas, le risque que l’escalade conduise à un conflit armé est très élevé. Certains commentateurs de la région du Maghreb craignent un quatrième tour dans l’interminable guerre des sables. Déjà, le site d’information militaire Menadefense, révèle que l’Algérie a récemment acquis des missiles auprès des Russes et des Chinois. L’objectif : moderniser sa défense côtière, auparavant équipée de matériel devenu obsolète. En outre, elle a commandé 24 drones chinois, surnommés Wingloong.

De son côté, le Maroc n’est pas en reste. Les forces armées royales ont récemment commandé des drones à la Turquie, selon le site web d’Africa Intelligence. Il s’agit d’une flotte de douze drones armés de type Bayraktar TB-2, produits par la société turque Bayka. Mais quel est le poids des armées des deux pays et quel est l’état de leurs forces militaires respectives ? Selon Emmanuel Dupuy, spécialiste des forces armées des deux pays à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), il existe une « parité stratégique » entre les deux belligérants. Même si l’armée algérienne est numériquement parlant plus petite que l’armée marocaine. Il y a 130 000 soldats contre 310 000, sans compter les 150 000 réservistes en plus des 190 000 paramilitaires algériens.

Contre 150.000 réservistes et 50.000 paramilitaires pour le Maroc. Selon la même source, l’Algérie dépense beaucoup plus en dépenses militaires que le Maroc. Soit : 90 milliards de dollars entre 2010 et 2020 pour l’Algérie. Alors que le Maroc a budgétisé 35,6 milliards de dollars sur la même période. En ce qui concerne l’armée de l’air, l’Algérie disposait déjà d’avions russes Sukhoi 34 et bientôt de Sukhoi 57, les derniers modèles de la marque. Alors que les forces marocaines disposaient déjà de F-16 et que ces avions sont à jour. Et maintenant ils ont les derniers modèles de F-16.

Pour les chars, il y a près de 2 000 chars russes pour l’Algérie, contre 3 000 chars américains pour le Maroc. « Alors que presque tous les chars algériens sont de fabrication russe, la Russie a confirmé il y a quelques mois sa volonté de vendre également des chars au Maroc (60 chars T-72). En ce qui concerne les systèmes de défense antiaérienne sol-air, le Maroc est équipé de systèmes américains Patriot. Et l’équivalent russe du système S-300 pour l’armée algérienne. Il y a également parité dans le domaine des radars. En fait, les Français et les Américains ont fourni l’armée marocaine. Alors que les Chinois et les Russes équipent l’armée algérienne. A la question de savoir qui soutient et approvisionne ces deux armées, Emmanuel Dupuy rappelle qu’il existe une longue tradition de formation et d’équipement presque exclusivement russe pour l’Algérie.

« L’Algérie devrait être le premier client des nouveaux chasseurs russes Sukhoi 57, qui n’ont jamais été vendus à l’exportation. C’est évidemment compliqué, même si cela évolue quelque peu, si les forces armées algériennes bénéficient de matériel militaire français ou au moins américain. En contrepartie, la France et les États-Unis fournissent exclusivement les forces armées marocaines. La raison est simple : depuis 2004, le Maroc a le titre d’allié majeur non-OTAN. Et ce n’est pas le cas de l’Algérie. A l’origine des tensions, il y a d’abord la normalisation des relations diplomatiques entre Rabat et Tel Aviv.

Et ce, en échange de la reconnaissance par les États-Unis du caractère marocain du Sahara occidental. Ces tensions ont déjà conduit à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Ensuite, la fermeture de l’espace aérien algérien aux avions marocains a aggravé la situation. L’approvisionnement de l’Espagne via le gazoduc Maghreb-Europe, dont une partie passe par le Maroc, a également été interrompu.

Il Giorno, 14/11/2021

#Algérie #Maroc #Sahara_Occidental #Front_Polisario #Israël