La guerre oubliée qui peut emporter l’Afrique du Nord

Tags: Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, AlgérieLa guerre oubliée qui peut emporter l’Afrique du Nord

Les véhicules tout-terrain tracent des traces sur les sables incandescents du Sahara occidental. Omar Deidih Brahim saute, enveloppé dans son turban vert, tandis que le convoi de véhicules militaires sahraouis file à toute allure. « Nous devons partir immédiatement – s’exclame-t-il – ou les soldats marocains déchargeront sur nous de l’artillerie lourde ». A l’horizon, des colonnes de fumée et de poussière s’élèvent du désert plat. Pour suivre, des rugissements sourds percent le silence au loin. Ce sont les batteries de fusées lancées par les Sahraouis. La réponse du Maroc ne se fait pas attendre. Une volée de missiles frappe les positions d’où l’offensive a commencé, à moins d’un kilomètre de l’endroit où nous nous sommes abrités. « C’est comme ça tous les jours, depuis un an – explique Omar – c’est la deuxième guerre au Sahara occidental, que le Maroc s’obstine à nier ».

Nous sommes situés dans la région de Mahbes, VI région militaire de l’Armée de libération du peuple sahraoui (Elps). Vestige d’un désert oublié où convergent les frontières de quatre pays d’Afrique du Nord. Au nord se trouvent l’Algérie et le désert aride de Hammada, où se trouvent des camps de réfugiés sahraouis depuis 46 ans. A l’est se trouve la Mauritanie. De l’autre côté, le Maroc. A l’horizon, vous pouvez voir le mur militaire, la longue dune fortifiée construite par le roi Hassan II dans les années 1980. Plus de 2 700 kilomètres de sable et de mines, le plus long mur jamais construit au monde, après la Grande Muraille de Chine. Il coupe en deux comme une cicatrice ce qui devrait être le quatrième pays, le Sahara occidental. « Nous attendons une solution pacifique depuis trente ans, mais en vain – dit Omar.

Il y a un an, le Front Polisario déclarait la trêve avec le Maroc caduque, après 29 ans. Aujourd’hui, le conflit continue. Dans les camps de réfugiés, pandémie et pénuries alimentaires

En 1975 commence la décolonisation inachevée du Sahara occidental, damné par ses richesses : les phosphates et la pêche. L’Espagne est au chevet du caudillo Francisco Franco. C’est lui qui avait fait de la colonie du Sahara espagnol une province. Deux ans plus tôt, les Sahraouis avaient lancé leur mouvement de libération nationale, le Front Polisario. Les Espagnols se retirent et signent un accord secret à Madrid avec le Maroc et la Mauritanie, qui se partagent le territoire. Le Polisario prend les armes. La première guerre du Sahara occidental commence ici et dure 16 ans. La plupart des Sahraouis se réfugient dans les camps algériens, où ils trouvent, en exil, la République arabe sahraouie démocratique (Rasd). La Mauritanie abandonne.

Le Maroc cristallise l’occupation en construisant le mur. Les armes ne sont réduites au silence qu’en 1991, après que l’ONU ait convaincu les deux parties de signer un cessez-le-feu fatiguant. La Minurso (Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental) est créée. Il doit veiller à la paix et permettre le référendum. Mais les intentions restent telles pendant 29 ans. Au final, le Polisario n’arrive plus à contenir la pression de la jeunesse sahraouie, affaiblie par 45 ans d’exil dans le désert. «Nous sommes un peuple pacifique – explique Omar – mais il n’y avait pas d’autre choix. Nous avons été obligés de retourner à la guerre. Nous allons maintenant libérer notre terre avec des armes. Ou nous mourrons en martyrs ».

Le Polisario n’arrive plus à contenir la pression des jeunes Sahraouis, affaiblis par 45 ans d’exil dans le désert. «Nous sommes un peuple pacifique – explique Omar – mais il n’y avait pas d’autre choix. Nous avons été obligés de retourner à la guerre. Nous allons maintenant libérer notre terre avec des armes. Ou nous mourrons en martyrs ».

Omar a 23 ans et parle quatre langues. Dans une main il tient la Kalachnikov, dans l’autre deux livres : « L’arme la plus importante », sourit-il. Son cursus est une carte du vieux monde désaligné que Rasd soutient : les lycées entre la Libye et l’Algérie, l’université à Cuba il y a un an. Le casus belli se déroule à Guerguerat, à la frontière sud avec la Mauritanie. Un groupe de civils sahraouis a bloqué pendant des semaines l’importante artère commerciale qui va du Maroc au sud du continent. Ils se rassemblent sur le tronçon de route qui traverse la zone tampon, entre le mur et la frontière mauritanienne, la zone démilitarisée sanctionnée par l’ONU en 1991. Mohamed VI décide de laisser entrer l’armée. Le Polisario déclare la trêve caduque.

« Je me suis blessé à Guerguerat cette nuit-là », raconte Abdalahi Mohamed Fadel, alors qu’il traverse en boitant les salles de l’hôpital militaire de Bola. C’est un commandant du Polisario, l’un des vétérans du premier conflit. Depuis un an, il porte une lacération au pied qu’il ne veut pas guérir. «J’ai été le premier blessé dans cette nouvelle guerre – dit-il – mais malheureusement je ne serai pas le dernier. Plusieurs jeunes sont déjà passés par cet hôpital. Presque tous blessés par l’artillerie marocaine et les drones de combat ». C’est un drone qui a tué Addah Al Bendir, chef d’état-major de la gendarmerie sahraouie en avril dernier. A ce jour, le Polisario dénombre une dizaine de blessés et une vingtaine de blessés. « Le monarque du Maroc nie même qu’il y ait un conflit – déclare le président du Rasd, Brahim Ghali – la réalité est que les combattants sahraouis attaquent les positions marocaines tous les jours. Nous sommes prêts à faire n’importe quel sacrifice, afin de réaliser ce qui est notre droit ».

La disproportion des forces est évidente. Mais le conflit, bien qu’à faible intensité, risque de déstabiliser l’ensemble du quadrant. Ce qui est inquiétant, c’est la profonde crise diplomatique entre l’Algérie et le Maroc. Ces derniers mois, Alger a d’abord annoncé la rupture des relations avec Rabat. Il a donc interdit l’espace aérien des avions marocains et français. En toile de fond, encore une fois, la crise du Sahara. Un peuple coupé en deux par un mur. D’un côté, les réfugiés sahraouis dans les camps. De l’autre, ceux qui vivent dans les territoires occupés par le Maroc. Salah Lebssir, si jeune soit-il, appartient aux deux catégories. « Je suis né et j’ai grandi dans la ville occupée de Smara – dit-il – en 2015, j’ai été arrêté pour avoir participé à une manifestation sahraouie. Et ils m’ont mis en prison pendant quatre ans. Ils m’ont torturé avec des câbles électriques, bâtons, cordes. Je n’ai pas pu voir ma famille, ni avoir accès aux soins médicaux.’ Aujourd’hui, Salah vit dans les camps en tant que réfugié politique. Il travaille comme activiste médiatique pour la Fondation Nushatta. « Nous tournons des vidéos – explique-t-il – pour percer le black-out imposé par le Maroc et informer sur le conflit ».

Il est de plus en plus difficile de contenir la pression des jeunes, fragilisés par 45 ans d’exil dans le désert Le drame d’un peuple coupé en deux par un mur

Environ 4 750 Sahraouis ont dû fuir les zones de guerre. Aujourd’hui, ce sont des réfugiés internes, qui retournent dans un camp de réfugiés. C’est le cas du pasteur Mohamed Moulud Sidahmed. Une vie passée à faire paître ses chèvres près de la ville de Tifariti, où il y a aujourd’hui des combats. « Depuis la reprise du conflit – témoigne-t-il – j’ai dû tout abandonner. C’est trop dangereux pour moi et ma famille. Nous avons dû fuir vers les champs. Et nous n’avons plus rien ». La guerre n’est pas le seul problème. Il n’a pas plu depuis trois ans. Et deux doivent aussi faire face à la pandémie. Le Dr Talebuya Brahim Ghali nous conduit au service Covid de l’hôpital national de Rabuni. Douze lits et autant de respirateurs, certainement pas de dernière génération. Il y a deux patients hospitalisés, un homme et une femme, tous deux dans la soixantaine. « Maintenant, le virus est sous contrôle – explique le Dr Ghali – mais il y a eu un moment où l’hôpital était saturé. Nous avons dû évacuer des patients vers Tindouf. Au total, plus de 1700 cas et 67 décès ont été enregistrés dans les camps sahraouis depuis le début de la pandémie.

Il n’y a plus de farine, plus de riz, et pour tout le reste, les stocks d’urgence sont épuisés.Déjà 1700 cas de Covid, et 67 décès, les vaccins manquent

Mais en plus du budget de la santé, ce qui pesait sur une population vivant de l’aide humanitaire, c’était le blocus des frontières, qui rendait impossible l’approvisionnement en nourriture. « Nous n’avons plus de farine ni de riz – affirme Buhubaini Yahia, président du Croissant-Rouge sahraoui – et pour tout le reste, nous avons déjà mis la main sur les stocks d’urgence. Aujourd’hui, ici dans les camps, trois femmes sur quatre souffrent d’anémie. Et un enfant sur trois souffre de malnutrition chronique ». Selon les chiffres du Programme alimentaire mondial, l’insécurité alimentaire parmi les Sahraouis est passée de 77 pour cent d’avant la pandémie à 92 pour cent aujourd’hui. Mieux vaut ne pas aller du côté des vaccins. Avec difficulté, les premières doses d’Astra-Zeneca et de SinoVac sont également descendues ici ces derniers mois. Mais le pourcentage de personnes vaccinées est encore très faible. « L’Europe et les Etats-Unis ont un accès privilégié aux vaccins – dénonce le Dr Ghali – il y a un déséquilibre évident. Je suis souvent consciente que certains de mes patients ne seront pas sauvés, car ils auraient besoin de traitements que nous ne pouvons pas dispenser ici. C’est la chose qui fait le plus mal ».

Avvenire.it, 09/11/2021

#Sahara_Occidental #Maroc #Front_Polisario #ONU #MINURSO #Algérie #Afrique_du_Nord