The Guardian : Comment Macron a gâché la COP26

The Guardian : Comment Macron a gâché la COP26 – Le show climatique de la COP26 de Scott Morrison a déraillé à cause d’Emmanuel Macron et de la querelle des sous-marins. La participation de Scott Morrison au G20 et à la Cop26 devait permettre de consolider le pivot climatique de la Coalition avant les prochaines élections. Mais le président français, Emmanuel Macron, avait d’autres idées.

Scott Morrison est en retard. Ce n’est pas inhabituel, alors nous n’en pensons rien. Ces deux semaines au Parlement ont été épuisantes, car les Nationales ont été amadouées, puis encerclées, pour qu’elles soutiennent l’objectif  » zéro émission « .

Nous sommes jeudi soir et les journalistes ont été prépositionnés au terminal Fairbairn de la RAAF. En attendant, nous spéculons sur la façon dont les choses pourraient se passer lorsque M. Morrison devra partager la scène avec M. Macron au G20 et à la Cop26 à Glasgow. S’agira-t-il d’un rapprochement ou d’une colère ? La décision de M. Morrison de renoncer à un contrat de 90 milliards de dollars avec le groupe français Naval a provoqué un tollé diplomatique.

Le bruit court à Canberra que Morrison a essayé d’organiser une rencontre bilatérale avec Macron à Rome. Une prise en main rapide et un sourire permettraient au Premier ministre de revendiquer une réinitialisation, de ne plus nous avoir sur le dos, et de se concentrer sur son pivot climatique qui est en préparation depuis que Joe Biden a remporté les élections américaines. Lorsque nous avons été informés de ce à quoi nous pouvions nous attendre pendant la saison des mini-sommets, les journalistes ont demandé si une rencontre bilatérale était prévue. Les hauts fonctionnaires sont restés discrets.

Morrison atterrit avec plus de 30 minutes de retard sur l’horaire prévu. Il apparaît brièvement dans notre cabine pour reconnaître notre présence. Le premier ministre a l’air épuisé. Il dit qu’il est fatigué. Il est clair qu’il ne va pas s’attarder. Il s’excuse et se dirige vers sa suite à l’avant de l’avion. À la moitié du premier vol, mon collègue Daniel Hurst signale que quelque chose de nouveau se prépare à l’Élysée.

Il y a eu un appel entre Morrison et Macron. Une vague d’irritation traverse la cabine des journalistes. Nous sommes dans un avion avec Morrison et une petite phalange de conseillers. Nous avons vu le Premier ministre juste après qu’il ait raccroché. Voilà pourquoi il est en retard. Personne n’a mentionné cet appel. Pas même une allusion énigmatique. Macron a manifestement englouti un morceau de Morrison. Selon le compte-rendu français, l’abandon du contrat des sous-marins a brisé « la relation de confiance », et Canberra devait proposer des « actions tangibles » pour combler le fossé.

Le récit de la conversation par Macron donne le ton. Il faut un certain temps pour qu’un compte-rendu australien soit produit, et quand il arrive, il ne dit presque rien.

L’avion descend sur Darwin. Comme il s’agit de l’équivalent diplomatique de coups de feu, on se précipite sur les ordinateurs portables. Les reporters de la télévision troquent leurs sweats à capuche contre des chemises et des cravates pour des morceaux de caméra. Nous dégringolons dans la soupe chaude de l’air nocturne de Darwin. Certains s’accroupissent autour de points d’alimentation dans un terminal vide pour classer ou ajouter des paragraphes. Morrison n’est nulle part. Les correspondants de la télévision se positionnent sur le tarmac, regardent le canon de la caméra, et se forcent à ne pas transpirer.

Premier acte : Rome

Les moteurs des avions tournent au ralenti sur le tarmac de l’aéroport international Leonardo da Vinci. Les dirigeants et leurs entourages arrivent par vagues pour le G20. Après 28 heures dans les airs, nous avons atterri sous un doux soleil d’automne. Morrison atterrit et s’avance vers nous.

Q : Je viens de parler de l’appel téléphonique avec le président Macron – que pensez-vous du moment choisi ? Il apprécie que Macron ait trouvé le temps de lui tendre la main. Il affirme que les relations entre l’Australie et la France sont sur la bonne voie. Q : Monsieur le Premier ministre, vous allez voir le président Macron au G20 et à la Cop. Envisagez-vous d’avoir une rencontre bilatérale avec lui, une rencontre à bâtons rompus ou un engagement formel ou informel ? [Grillons].

Dans le bus. Le cortège entre à toute vitesse dans la capitale romaine, éparpillant une succession de petites Fiats. Au lieu de contourner les nids de poule qui parsèment les routes, notre chauffeur accélère et nous fait voler. Très vite, Rome s’anime autour de nous. Le commerce et l’hôtellerie sont ouverts. Presque personne ne porte de masque. Les scooters se faufilent dans les rues, klaxons à fond. Tout juste après des mois d’enfermement à Canberra, cette explosion de Covid-normal est surprenante. Un certain nombre d’entre nous sont fascinés par la vie pré-pandémique exposée par la fenêtre.

Tic-tac. Nous sommes toujours à l’heure et les journalistes de la télévision ont toujours besoin d’une nouvelle toile de fond. On suggère le Colisée. Beaucoup d’entre nous se promènent pour prendre l’air en faisant de lents tours du périmètre. De retour à l’hôtel, je zappe sur la BBC. Il y a Joe Biden. Le président des États-Unis a atterri à Rome et il est assis aux côtés de Macron à l’ambassade de France au Vatican. Alors que je déballe et charge mes appareils, je constate que Biden est venu voir Macron. Le signal de pénitence suscite l’intérêt, alors je m’assieds et je regarde.

Biden est un personnage inhabituellement empathique, et l’un des éléments constitutifs de l’empathie est l’humilité. Mais l’Amérique est rarement pénitente. Peut-être que j’exagère la pénitence. C’est peut-être une question de convenance, car Biden a également fait appel au pape François. Mais l’Amérique gère sa propre rupture diplomatique avec Macron parce que les États-Unis sont l’un des partenaires du pacte Aukus qui a remplacé les sous-marins français. Macron est en colère contre tous les partenaires de l’Aukus.

A Rome, Biden dit à Macron qu’il avait « l’impression » que la France savait que l’Australie allait se retirer du contrat Naval Group. Il reconnaît également que toute la question a été traitée de manière « maladroite ». Il s’agit d’une autocritique performative. Mais il y a aussi un déplacement des responsabilités. L’implication claire est que l’Australie a manqué de sophistication. Ce n’est pas bon pour Morrison.

Je me demande ce que fait le Premier ministre en ce moment. Est-il aussi en train de pendre des chemises dans sa suite d’hôtel, à la recherche de fil dentaire, tout en regardant Biden le jeter sous un bus ?

Biden est un personnage inhabituellement empathique, et l’un des éléments constitutifs de l’empathie est l’humilité. Mais l’Amérique est rarement pénitente. Peut-être que j’exagère la pénitence. C’est peut-être une question de convenance, car Biden a également fait appel au pape François. Mais l’Amérique gère sa propre rupture diplomatique avec Macron parce que les États-Unis sont l’un des partenaires du pacte Aukus qui a remplacé les sous-marins français. Macron est en colère contre tous les partenaires de l’Aukus.

A Rome, Biden dit à Macron qu’il avait « l’impression » que la France savait que l’Australie allait se retirer du contrat Naval Group. Il reconnaît également que toute la question a été traitée de manière « maladroite ». Il s’agit d’une autocritique performative. Mais il y a aussi un déplacement des responsabilités. L’implication claire est que l’Australie a manqué de sophistication. Ce n’est pas bon pour Morrison.

Je me demande ce que fait le Premier ministre en ce moment. Est-il aussi en train de pendre des chemises dans sa suite d’hôtel, à la recherche de fil dentaire, tout en regardant Biden le jeter sous un bus ?

Deuxième acte : G20

Je regarde Macron à travers une fenêtre. Nous sommes dans la dernière ligne droite du G20. Les journalistes australiens ont été prépositionnés pour une conférence de presse avec Morrison. Ce soir, nous décampons pour Glasgow et le sommet de la Cop26. Le G20 vient de publier un communiqué dans lequel le langage du changement climatique a été édulcoré, en partie à cause du lobbying australien contre les engagements à éliminer progressivement les combustibles fossiles. Ce n’est pas un bon signe.

Morrison n’est pas encore arrivé, mais la voix de Macron flotte dans notre direction. Je suis le son jusqu’à ce que j’obtienne un visuel. Le président français est compact, mais il sait utiliser son corps comme une ponctuation, ou une emphase. Les gestes sont calculés et précis. David Crowe, le correspondant politique en chef du Sydney Morning Herald et de l’Age, s’est éloigné dans le couloir et s’est réfugié au fond de la salle de presse. Quelques collègues de la télévision s’approchent également : Pablo Vinales de SBS et Andrew Probyn de l’ABC. Il semble possible que nous puissions attraper Macron au moment où il quitte la salle de presse.

Ce n’est pas gagné, mais pour une fois, tout va dans notre sens. Le président français sort alors que notre petit groupe s’est échoué dans la position parfaite pour l’intercepter. Probyn, qui a un accent du Lancashire, et une manière implacable de jouer les héros, se présente poliment comme un journaliste australien. Q : Pouvons-nous parler ? Macron sourit et s’arrête.

Le service de sécurité du Président n’a pas l’air très à l’aise, mais pas alarmé. Une attachée de presse de Macron, qui suit son patron de plusieurs mètres, repère le groupe improvisé, grimace et court pour le rattraper. Mais un Macron détendu est déjà en train de lancer des grenades. Du coin de l’œil, je remarque un autre correspondant du SMH-Age, Bevan Shields, en orbite autour du périmètre. Vinales a sorti son iPhone pour filmer.

Macron dit qu’il nourrit de l’amitié et du respect pour l’Australie et les Australiens. Mais le respect exige la réciprocité. « Je dis simplement que quand on a du respect, il faut être vrai et il faut avoir un comportement conforme et cohérent avec cette valeur ». Le va-et-vient continue. Shields est maintenant positionné directement en face de Macron. Il demande au président s’il pense que Morrison lui a menti lors de l’affaire du sous-marin. Le président n’hésite pas. « Je ne pense pas, je sais », répond-il.

Après avoir lâché son micro, l’entourage de Macron poursuit son chemin. La franchise de l’accusation est étonnante. Il faut une minute ou deux pour la comprendre. Plus tôt dans la journée, M. Morrison s’est approché de M. Macron de manière informelle dans le salon des dirigeants pour une poignée de main que le photographe officiel du Premier ministre a capturée et diffusée. Sur la photo, Macron n’avait pas l’air enchanté. Ses yeux n’étaient pas chaleureux. Le corps expressif était légèrement incliné vers l’arrière. Les sommets sont des danses étranges, avec leur propre étiquette. La tentative de contact fortuite de Morrison a-t-elle été considérée comme une nouvelle provocation ?

Morrison répondra aux questions dans quelques minutes. Le responsable des médias du Premier ministre est curieux de savoir où nous sommes allés. Je lui transmets la charge centrale du président. J’apprendrai plus tard que certains de mes collègues sont mécontents que j’aie fait ça. Mais c’est une courtoisie élémentaire. Etant donné la façon dont Morrison opère, c’est aussi une nécessité professionnelle. Je suis sûr que si le Premier ministre n’a pas été informé de ce que Macron a dit, il fermera les questions en plaidant l’ignorance. Peut-être que le choc et l’évasion fonctionnent comme un moment de télévision, mais cela n’explique pas pourquoi nous avons atteint ce nadir. Nous avons besoin de dire et de montrer. Mentir est une accusation grave venant d’un pair mondial. Morrison doit réellement répondre à l’accusation, plutôt que de la contourner. L’assistant maternel de Morrison disparaît dans la salle d’attente. Lorsque le Premier ministre arrive, son agacement est à peine dissimulé.

Q : Monsieur le Premier ministre, le président Macron a dit à deux d’entre nous, dans le coin, que vous n’aviez pas… Morrison : « Deux d’entre vous, pardon ? » Q : Le président Macron a dit à certains d’entre nous que vous ne lui aviez pas dit la vérité sur l’accord sur les sous-marins. En fait, il a dit que vous auriez pu mentir. Est-ce que c’est vrai ? Morrison : « Non. Q : Vous allez devoir le voir à la Cop. Morrison : « Je l’ai vu plusieurs fois aujourd’hui. Vous l’avez vu les gars, vous preniez des selfies avec lui. »

Cette luge est complètement absurde. Macron est clairement en train de tester le premier ministre australien, de le pousser à bout, de sonder ses limites, et Morrison a répondu en jetant ses jouets hors du lit. Crowe corrige le premier ministre. Q : Nous ne prenions pas de selfies avec le président Macron. Deuxièmement, quand il a parlé de… Morrison n’est absolument pas repentant, et note, caustiquement : « Je dois avoir été mal informé. »

Lorsque Morrison termine la conférence de presse, il sort directement à travers les journalistes et les caméras plutôt que de sortir sur le côté. Il fonce comme un attaquant de première ligne, mais il hésite ensuite, dans un lieu inconnu, face à un programme implacable. On dirait qu’il a perdu ses repères. De quel côté est la sortie ? Les assistants le font sortir.

Troisième acte : Glasgow

Le Flic26 s’est abattu sur Glasgow. La ville écossaise est en ébullition. Des milliardaires, des membres de la famille royale, des célébrités, des bureaucrates et des diplomates épuisés par le climat s’administrent eux-mêmes leurs tests d’antigènes rapides, enfilent leurs masques, se regroupent et délibèrent sur l’avenir de la planète.

Depuis des mois, M. Morrison s’efforce d’arriver ici avec suffisamment d’arguments pour que l’Australie ne soit pas exclue de la réunion. Mais le jour de l’ouverture, le Premier ministre se trouve à plusieurs kilomètres de là et nous le suivons en casque de chantier et en gilet de sauvetage pendant qu’il inspecte un navire de guerre chez BAE Systems. Cet événement se déroule à la dernière minute, si bien que le lieu de l’événement est avancé par des assistants en temps réel.

Pendant que les préparatifs nécessaires sont effectués, nous nous abritons du vent fouetté de Glasgow dans un salon de thé du personnel. Pendant le temps mort, nous découvrons que les fées du contrôle des dommages ont été occupées pendant la nuit. Le Daily Telegraph et quelques autres médias ont découvert une fuite d’un message de Macron. Ce message est adressé à Morrison, deux jours avant que l’accord Aukus ne soit dévoilé. Le président demande : « Dois-je m’attendre à de bonnes ou de mauvaises nouvelles pour nos ambitions communes en matière de sous-marins ? » Le texte a été présenté comme un moyen de réduire la position de Macron en tant que partie lésée. L’idée est la suivante : ce type savait depuis le début que nous allions mettre ses sous-marins en boîte, Macron peut donc se passer de sa fausse indignation.

C’est curieux, car toute personne ayant une compréhension de base de la lecture sait que le texte démontre le contraire. Il montre que 48 heures avant que l’Australie annule le contrat de Naval Group, Macron était toujours dans l’ignorance. Ce prétendu Exocet en direction de l’Élysée est en fait un cigare qui explose. Mais la nuance est évidemment la première victime d’une course aux armements diplomatiques.

Dans tous les cas, le but de la fuite n’est pas tant le contenu que l’acte de fuite. Le geste alpha envoie un message : si tu me traites de menteur, prépare-toi à une justice brutale. Ainsi, au lieu de couvrir le sort de la planète, nous sommes tous en train de regarder un vaisseau de guerre qui possède apparemment la capacité de se faufiler furtivement dans les sous-marins (vous voyez ce qu’il a fait là ?). Morrison doit renverser la situation, et pour ce faire, il faut une toile de fond évocatrice pour le journal télévisé.

Lorsqu’il s’adresse aux journalistes après la visite du navire, Morrison déroule son récit. Oubliez les coups de poignard dans le dos, l’Australie est la victime de la mendicité française. Macron veut que Morrison donne la priorité à la restauration de la fierté française avant la sécurité nationale de l’Australie – un pacte faustien que le Premier ministre méprisera toujours, parce que c’est The Australian Way. (Désolé, il s’agit en fait de la politique climatique.) Quoi qu’il en soit, vous voyez le genre. Au lieu d’être un menteur, Morrison (dans ce récit) est un leader au courage exemplaire, car il fera ce qui est nécessaire. Et il n’acceptera tout simplement pas que Macron se moque de l’Australie. (En fait, c’est le président qui a fait du plat à Morrison, pas à l’Australie – mais quatre jours après le début de ce reboot de Battlestar Galactica, nous sommes au mieux dans les faits).

Un journaliste demande pourquoi le bureau de Morrison a divulgué le texte de Macron. Le Premier ministre ne nie pas la conduite mais dit : « Je ne vais pas me livrer à votre éditorial sur ce sujet. » Q : Mais, monsieur le Premier ministre, l’échange de textos ne montre-t-il pas que quelques jours avant Aukus, Emmanuel Macron, une puissance de l’OTAN et un allié de longue date, était encore dans l’ignorance de la décision finale ? … Emmanuel Macron, en tant qu’allié si fort de l’Australie et chef de la France, ne méritait-il pas davantage… ? Morrison ignore le sens de la question et martèle son propre message.

« Je vais prendre les décisions difficiles pour que l’Australie ait la meilleure capacité de défense et vous devez avoir la force de supporter l’offense que parfois cela peut causer. Lorsque vous défendez les intérêts de l’Australie, cela ne plaît pas à tout le monde. Cela ne va pas rendre tout le monde heureux et vous devez avoir la force de faire face à cela ».

Chaque apparition étant porteuse d’une escalade quelconque, il s’ensuit une course folle au classement. Finalement, nous revenons à la conférence sur le climat. M. Morrison a prévu de nouveaux fonds pour le financement du climat dans le Pacifique. Le premier ministre fidjien, Frank Bainimarama, lui dit merci, mais pourquoi pas plus d’actions pour la décennie 2030 ? Lorsque M. Morrison prononce la déclaration nationale de l’Australie devant une salle à moitié vide en fin de journée, le Premier ministre insiste sur le fait que l’Australie devrait dépasser l’objectif actuel de 2030. Dans son pays, le débat interne du gouvernement a porté sur l’année 2050. Mais ici, l’objectif de zéro émission d’ici 2050 est une évidence pour les pays développés, et non une quelconque avancée.

Morrison passe le premier jour et le deuxième jour, il disparaît dans des réunions bilatérales. L’activité s’intensifie dans le pavillon australien de la Cop, où un barista prépare des flat whites décents dans des tasses bleues. À un moment donné, Andrew « Twiggy » Forrest passe avec un petit groupe d’accompagnateurs pour aller voir Joe Biden. Il y a de la politique dans le pavillon. Le producteur de gaz Santos a contribué à une exposition sur la capture du carbone. Forrest, qui se fait maintenant le champion de l’hydrogène vert, n’approuve pas la CSC.

Pendant que les visiteurs entraient et sortaient, le visage plongé dans leurs applications de messagerie et leurs invitations de calendrier, les vétérans de la guerre du climat s’inquiétaient en buvant leur café et se demandaient si Copenhague n’allait pas se répéter. Malcolm Turnbull, désormais dans l’orbite de l’entreprise Forrest, tournait autour du périmètre du pavillon comme un grand blanc agité. Macron était peut-être en train de suivre Morrison, mais le président français avait rattrapé Turnbull, son vieil ami.

Conclusion : Base aérienne d’Al Minhad, Dubaï

Nous ne revoyons plus Morrison jusqu’à ce que nous soyons rassemblés hors de Glasgow et que nous atterrissions à la base australienne pour les opérations militaires au Moyen-Orient. Pendant que nous étions dans les airs, la France a encore doublé la mise. Les conseillers de Macron ont déclaré aux journalistes basés à Paris que la fuite du texte avait « brisé » la confiance.

Au National Press Club à Canberra, l’ambassadeur français se demande qui dans le monde fera à nouveau confiance à l’Australie après une telle violation de la courtoisie.

La réponse de Morrison à cela est simple : c’est toi qui as commencé mon ami. À Glasgow, Morrison s’est présenté comme le gardien inflexible de l’intérêt national de l’Australie (par opposition à l’hystérie gauloise de Macron). Son prochain coup de dé sera celui du pacificateur. Dans le désert de Dubaï, Morrison propose un armistice. Il est temps pour tout le monde de passer à autre chose.

En particulier les journalistes. Il en a assez de nous voir. Pourquoi les leaders mondiaux se sentiraient-ils en sécurité en vous parlant ? Passez à autre chose. La divulgation de conversations privées était-elle juste ? Passez à autre chose. Qu’allez-vous faire pour combler le fossé ? Passez à autre chose. Nous aimerions en fait rester sur place, et obtenir des réponses à ces questions, mais nous sommes déplacés. Vers le bus. Au tarmac, à l’avion. Pour Perth. Pour Sydney. A Canberra.

The Guardian, 05/11/2021