Algérie-Maroc : Cheb Khaled au cœur d’une nouvelle polémique

Algérie-Maroc : Cheb Khaled au cœur d’une nouvelle polémique – Le « king du raï » est une nouvelle fois au cœur d’une vive polémique en Algérie et au Maroc dans un contexte de tensions inédites entre les deux pays

Le chanteur algérien Cheb Khaled fait encore parler de lui sur les réseaux sociaux. Le « king du raï » est une nouvelle fois au cœur d’une vive polémique en Algérie et au Maroc dans un contexte de tensions inédites entre les deux pays.

Cheb Khaled qui se trouve actuellement au Maroc, dans le cadre de sa nouvelle tournée, a été vivement critiqué par les internautes algériens. La raison, des photos de chanteur algérien posant avec l’actuel ministre marocain de la justice, Abdeletif Wahbi, et Mohamed Ben Aissa, ex-ministre des affaires étrangères et actuel maire de la commune d’Assil.

Les photos prises par un journaliste marocain et partagées sur Facebook ont déclenché une grosse polémique. Nombreux sont les internautes qui ont jugé cette sortie de « scandaleuse », puisqu’elle intervient en plein milieu d’une crise diplomatique entre les deux pays et quelques jours seulement après l’assassinant abject de trois camionneurs algériens dans une attaque marocaine.

Khaled Hadj Brahim, qui s’autoproclame « ambassadeur de la musique maghrébine », ne s’est pas encore exprimé sur « cette affaire ». Mais selon certains internautes, le chanteur aurait été piégé par le journaliste qui a utilisé les clichés pour les présenter comme un soutien du chanteur pour le Maroc au détriment de l’Algérie.

Les internautes trouvent par ailleurs, scandaleux le fait que Cheb Khaled chante dans un pays qui normalise ses relations avec Israël. Certains sont allés jusqu’à considérer cette sortie comme la provocation de trop de l’emblématique chanteur du rai.

Il faut dire que Cheb Khaled est un habitué des polémiques. L’on se rappelle très bien de l’entretien qu’il a accordé au magazine marocain Tel Quel en 2009, lorsqu’il a comparé l’expulsion des Marocains d’Algérie au milieu des années 70 à la « déportation des Juifs » par les nazis.

« Tout petit, j’ai vu un flic entrer chez mon copain et le refouler au Maroc. À Oran, on a tous des amis qui ont été déportés, des gens qu’on a cachés et d’autres qu’on a mariés de force pour qu’ils puissent rester en Algérie. Avec le recul, ces scènes ressemblent à celles de la Seconde Guerre mondiale où des voisins cachaient leurs amis juifs pour leur éviter les camps nazis. À ce point. Ça me fait mal », avait-il notamment lâché.

Algérie-expat, 06/11/2021