Affaire AUKUS: Des messages de Macron à Morrison divulgués

Affaire AUKUS: Des messages de Macron à Morrison divulgués – Les médias australiens ont publié mardi des messages entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre australien Scott Morrison

CANBERRA, 2 novembre (Reuters) – Les médias australiens ont publié mardi des messages entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre australien Scott Morrison, Canberra cherchant à se défendre contre les allégations selon lesquelles elle aurait menti à Paris au sujet d’un contrat de sous-marins de plusieurs milliards de dollars.

En septembre, l’Australie a annulé un contrat avec le groupe français Naval Group, choisissant de construire au moins 12 sous-marins à propulsion nucléaire après avoir conclu un accord avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

L’annulation a provoqué une rupture bilatérale majeure, et Macron a déclaré dimanche que Morrison lui avait menti sur les intentions de l’Australie, une allégation sans précédent chez les alliés. Morrison a démenti cette allégation.

Selon une source familière avec les messages, lorsque Morrison a essayé d’organiser un appel avec Macron au sujet du contrat des sous-marins le 14 septembre, deux jours avant l’annonce de l’accord avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, Macron a répondu par un message disant « Dois-je m’attendre à de bonnes ou de mauvaises nouvelles pour nos ambitions communes en matière de sous-marins ? » Le message contenant la réponse de Morrison n’a pas été divulgué.

La source a refusé d’être identifiée en raison de la sensibilité de la question.

La France a déclaré que l’Australie n’a pas tenté de l’informer de l’annulation jusqu’au jour où Canberra a annoncé son accord avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

« Il ne fait aucun doute que Morrison avait besoin de se mettre en avant et de convaincre les Australiens et les alliés qu’il n’était pas duplicite et qu’il ne mentait pas, mais il y avait une grave inquiétude que le projet ne soit pas mené à bien », a déclaré Haydon Manning, professeur de sciences politiques à l’université Flinders en Australie-Méridionale.

Ce mois-ci, l’Union européenne a reporté pour la deuxième fois le prochain cycle de négociations sur un éventuel accord de libre-échange, dans un contexte de colère latente face à la décision de Canberra d’annuler le contrat avec la France.

Reuters, 02/11/2021