Le Royaume-Uni doit saisir l’importance stratégique du Maghreb

Le Royaume-Uni doit saisir l’importance stratégique du Maghreb – Le nord-ouest de l’Afrique offre des possibilités à un pays qui réévalue ses priorités.

En lisant la presse britannique ces derniers mois, vous n’avez peut-être pas remarqué que le seul gouvernement islamiste encore en place en Afrique du Nord a été chassé du pouvoir par des élections pacifiques et ordonnées au Maroc, ou qu’en Tunisie, la toute première femme Premier ministre a été nommée à la tête d’un gouvernement dans le monde arabe. Vous ne sauriez probablement pas non plus qu’après une série de prises de becs diplomatiques, l’Algérie a fermé son espace aérien aux avions français et menace maintenant de couper l’approvisionnement en gaz de l’Europe via le Maroc.

Il se passe beaucoup de choses au Maghreb, mais les événements qui se déroulent dans la partie nord-ouest de l’Afrique, essentiellement francophone, sont systématiquement passés sous silence dans les médias britanniques, sauf lorsque des touristes britanniques en quête de soleil nord-africain sont concernés. Les progrès économiques remarquables du Maroc au cours des 20 dernières années ont attiré étonnamment peu d’attention ici. Il en va de même pour les énormes manifestations qui secouent le « géant endormi » de la région, l’Algérie, depuis 2019.

Les pays du Maghreb, avec une population de près de 100 millions d’habitants à eux deux, constituent l' »étranger proche » du Royaume-Uni, au-delà de nos voisins immédiats d’Europe occidentale. Ils couvrent une zone géographique plus grande que l’Europe – l’Algérie à elle seule est plus grande que la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Pologne, l’Italie et le Royaume-Uni réunis – qui borde le Sahel, l’une des régions les plus pauvres et les plus instables du monde. L’effondrement politique de la Libye en 2011 et la propagation du djihadisme dans les espaces non gouvernés d’Afrique du Nord, ainsi que le défi croissant de la gestion de la migration irrégulière vers le nord en provenance d’Afrique subsaharienne, ont souligné l’importance de maintenir un partenariat étroit avec la région.

C’est aussi une région au potentiel économique énorme, avec une population jeune de plus en plus intéressée par la Grande-Bretagne. Il existe un appétit, notamment au Maroc et en Tunisie, pour les investissements britanniques, ainsi qu’un intérêt croissant pour l’apprentissage de l’anglais. C’est donc un peu un mystère que la région ait attiré si peu d’attention de la part des gouvernements britanniques successifs. Ayant travaillé au Maghreb en tant que diplomate du Royaume-Uni et de l’Union européenne, j’ai parfois l’impression que les politiciens et les entreprises britanniques considèrent toujours cette région comme une chasse gardée française – une déférence curieuse, nettement absente de l’approche de la France à l’égard des régions d’influence britannique historique.

Au cours des 20 dernières années, le Maroc a transformé ses infrastructures et son climat des affaires – dépassant un certain nombre de pays européens dans le classement Doing Business de la Banque mondiale – et a investi massivement dans les énergies renouvelables, dont il espère qu’elles fourniront la moitié de son électricité d’ici 2030. Elle s’est progressivement imposée comme un investisseur de premier plan en Afrique. Avec le plus grand port à conteneurs de la Méditerranée à Tanger et l’un des principaux centres financiers d’Afrique à Casablanca, il cherche à tirer parti de sa situation géostratégique entre la Méditerranée orientale et l’Atlantique, et à se positionner comme une « porte d’entrée sur l’Afrique » favorable aux entreprises.

En revanche, l’impasse persistante en Algérie entre un régime figé et replié sur lui-même et une population frustrée est préoccupante pour la stabilité de la région. Son économie fermée, largement dépendante du pétrole et du gaz, reste le principal obstacle à la construction d’une prospérité durable dans tout le Maghreb. Comme l’ont montré de nombreuses études, l’intégration économique stimulerait la croissance et créerait des emplois pour les Marocains, les Algériens et les Tunisiens qui constituent une proportion importante des migrants irréguliers traversant la Méditerranée à la recherche d’opportunités en Europe. L’absence d’un marché régional est un problème particulier pour la Tunisie, qui reste très fragile, prise entre la guerre civile en Libye et un marché algérien fermé.

Dans ce contexte, la nomination du diplomate expérimenté Staffan de Mistura comme envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental est encourageante. Sans un règlement réaliste pour ce territoire contesté que les Marocains considèrent comme une partie intrinsèque de leur pays, il y a peu de chances que le Maghreb se ressaisisse au niveau régional. De Mistura aura du pain sur la planche. Le conflit du Sahara occidental est l’un des conflits les plus insolubles au monde, et il entre dans la mêlée diplomatique à un moment où les relations entre le Maroc et l’Algérie sont au plus bas. Il aura besoin de toute l’aide qu’il peut obtenir, en particulier des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’UE, pour progresser.

Prospect, 28/10/2021