Daily Sabah parle d’un axe Alger-Moscou-Ankara

Daily Sabah parle d’un axe Alger-Moscou-Ankara. Malgré les provocations constantes de la France, Ankara et Alger ont trouvé l’élan pour renforcer leurs liens bilatéraux

L’année 2021 se termine avec des développements diplomatiques drastiques qui ont amélioré les relations entre l’Algérie et la Turquie. Au lendemain de l’appel du ministre algérien de l’énergie, Mohamed Arkab, à former un nouveau partenariat avec la Turquie dans les secteurs de l’énergie et des mines dans le cadre de la nouvelle réglementation algérienne sur les hydrocarbures, les relations dans le domaine de l’énergie ont pris de l’ampleur. Le coût total du projet bilatéral s’élève à environ 1,4 milliard de dollars (13,35 milliards de TL). La société turque Renaissance Holding, qui est considérée comme l’une des plus grandes entreprises internationales de construction au monde, détient une participation de 66 %, tandis que la société pétrolière nationale algérienne Sonatrach en possède 34 %. Le projet vise à produire du plastique polypropylène utilisé dans plusieurs industries, notamment l’automobile et le textile.

L’accord Algérie-Turquie a été lancé en janvier 2020 à la lumière de la visite d’État du président Recep Tayyip Erdoğan en Algérie après la victoire électorale d’Abdelmadjid Tebboune. En fait, la visite d’Erdoğan a porté l’importance stratégique de l’Algérie pour la Turquie à un nouveau sommet. Le gouvernement turc a offert des incitations économiques et culturelles clés à l’Algérie qui ont permis aux deux pays de conserver leurs besoins et intérêts socio-économiques et géoéconomiques.

Hésitation et observation

En Algérie, avant le projet, on attendait des décisions audacieuses pour un rapprochement stratégique avec la Turquie. Le nouveau chef de l’Algérie était hésitant, mais en même temps, un changement de politique étrangère se profilait à l’horizon. En raison de la pandémie du COVID-19, l’Algérie a connu une lutte politique interne et a été soumise à des agendas constitutionnels et institutionnels. D’un côté, il y avait la résistance tenace de l’héritage anti-ottoman francophone et arabophone. De l’autre, les lobbies aisés et pro-France d’Alger et de Paris. Tous n’ont pas empêché Tebboune de faire le choix de renforcer les relations entre la Turquie et l’Algérie.

Pendant ce temps, les ambassadeurs respectifs des deux pays ont travaillé sans relâche à un rapprochement stratégique entre les deux nations. L’ambassadeur d’Algérie à Ankara, Mourad Adjabi, à l’origine de la diplomatie proactive entre les deux nations, a été appelé pour une autre mission à Gaborone, au Botswana. Il convient de mentionner le rôle des ambassadeurs des deux pays, son excellence Adjabi et son excellence Mahinur Özdemir Göktaş, l’ambassadeur de Turquie en Algérie, car ils ont injecté du sang frais dans les relations froides qui existaient depuis des décennies entre les deux nations.

Les relations autrefois glaciales n’ont fait l’admiration que des laïcs fanatiques dans les médias nationaux, notamment les sources francophones imprimées, qui ont tenté de ternir le leadership de la Turquie dans la région, en utilisant des arguments fallacieux contre Ankara et Erdoğan.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase

Entre-temps, une crise diplomatique permanente a éclaté entre Alger et Paris. Cette crise est constamment provoquée par les décisions et les déclarations du président français Emmanuel Macron pour des ouï-dire électoraux. Par exemple, ses déclarations controversées sur l’épineuse question des pays du Maghreb et du Sahel en situation irrégulière et de l’expulsion des immigrés vers leur pays d’origine. Sur cette question, les autorités diplomatiques algériennes en France ont refusé de poursuivre le processus d’expulsion pour des raisons juridiques et de sécurité nationale. En conséquence, Paris a réagi en restreignant sévèrement les visas accordés aux citoyens d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. Néanmoins, Alger a utilisé l’outil diplomatique classique, en appliquant le principe de réciprocité. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des relations tumultueuses entre les deux pays est sans aucun doute la déclaration amateur de Macron sur l’histoire de la nation algérienne. Dans une opération de charme de l’électorat, le président français a rencontré un groupe de jeunes d’origine algérienne, qui, respectueusement, connaissent bien la sanglante guerre de libération de l’Algérie (1954-1962).

Chronologiquement, depuis l’élection de Tebboune, les relations entre l’Algérie et la France sont passées de « amour-haine » à « faisons une pause » par moments. Macron et les lobbies influents de l’État profond français à Paris n’ont pas avalé la chute du système du défunt président algérien Abdelaziz Bouteflika et des oligarques qui ont sponsorisé la campagne présidentielle de Macron en 2017. Ils ont parié sur les ramifications des manifestations du Hirak de 2019, en espérant que les relations entre les deux pays continueraient à faire comme si de rien n’était.

Au contraire, Alger a donné le ton et la conduite politique, en montrant de nouveaux impératifs. Cela a commencé par une nouvelle doctrine militaire établie dans la Constitution de novembre 2019, puis des déterminants et des objectifs de politique étrangère ont été fixés. Au sein de ces nouveaux déterminants et objectifs de politique étrangère, la démystification des relations entre l’Algérie et la France est mise en avant à tous les niveaux puisque le pays choisit de suivre un nouveau paradigme diplomatique consistant à multiplier ses partenariats basés sur le respect mutuel.

Alger a désormais choisi ses alliés stratégiques en fonction de sa sécurité nationale et de ses intérêts économiques – une évolution que Paris ne voulait pas voir. La politique étrangère de Paris a récemment obtenu de mauvais résultats dans les domaines transatlantique, indo-pacifique, du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) et du Sahel. Par conséquent, le prestige diplomatique et l' »hégémonie » de la France dans le monde sont en déclin.

Alger n’a pas hésité à prendre position contre Paris au sujet des mesures sur les visas et de la déclaration arrogante de Macron contre les autorités algériennes. Alger a bougé contre Macron, rappelant son envoyé à Paris et interdisant les avions militaires français dans son espace aérien national. Dans ce jeu de baseball diplomatique, le récit de l’histoire est en train de changer l’histoire post-moderne, maintenant le home run de l’Algérie contre la France a changé l’équilibre, et va probablement lisser les relations prudentes Turquie-Algérie.

Amateurisme et conséquences

Ce que Macron a fait en trois semaines (provoquer les dirigeants algériens avec une réunion solennelle avec la communauté harki, imposer des mesures sévères sur les visas et la déclaration stupéfiante sur l’histoire nationale de l’Algérie) a démontré l’amateurisme diplomatique du président français et n’a fait qu’encourager les partisans de la Turquie en Algérie et à l’étranger à proposer une trajectoire crédible pour contrer la politique étrangère idéologisée et le paradigme néocolonial de Paris.

Dans ce contexte favorable, les nouveaux dirigeants algériens semblent trouver un nouveau moyen de percer la France et de se positionner comme des partenaires sérieux, plutôt que des sous-fifres. Telle est la mentalité adoptée par les nouveaux dirigeants algériens. Les récents développements au Sahel, combinés au retour remarquable de la diplomatie active et préventive de l’Algérie, tant au Sahel que sur le continent africain, s’immiscent beaucoup dans les paires.

Les analystes affirment que la principale raison de la crise diplomatique actuelle entre Alger et Paris est le Mali. Qu’est-ce que le Mali a fait de mal ? Les autorités militaires maliennes de Bamako ont manifesté leur colère envers Paris depuis le coup d’État militaire de l’année dernière. Elles ont récemment salué le rôle de la Russie au Mali – une position qui n’aurait pas été acceptable sans l’accord d’Alger. La géopolitique remodèle le paysage de l’ensemble de la région du Sahel et de nouvelles puissances régionales sont en train d’émerger, c’est-à-dire que la Turquie gagne en position au Sahel. Le Parlement turc a voté pour prolonger d’un an le déploiement de troupes au Mali et en République centrafricaine dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l’UE approuvée par les Nations unies.

L’axe Alger-Moscou-Ankara qui se met en place est une autre épine dans le pied de la France que Paris ne veut pas accepter. Ce qui était autrefois l’arrière-cour de la France est en train de disparaître. Tous ces développements rapides irriteraient Macron, qui doit faire face à une saison électorale difficile. Cette élection présidentielle cruciale a atteint un niveau de stupidité sélective semblable à la narration sélective de l’histoire dictée par Macron et Eric Zemmour, le chouchou des islamophobes français, qui remettent en cause l’Algérie et banalisent les atrocités françaises diaboliques en Algérie.

Pourtant, Macron aime bien le journaliste controversé Zemmour. L’un est président et l’autre veut être le prochain président. Les deux politiciens utilisent l’histoire et la culture dans des paramètres néocoloniaux pour séduire leurs électeurs respectifs.

En somme, l’histoire a injustement séparé les deux braves nations et les peuples d’Algérie et de Turquie. Aujourd’hui, les deux pays partagent des positions géopolitiques et géoéconomiques alors qu’une nouvelle génération de politiciens, de diplomates et d’universitaires dans les deux pays manifestent leur volonté pour le processus de réunification que la France considère comme acquis depuis six décennies.

L’Algérie est à l’aube du 60e anniversaire de son indépendance, qui l’a libérée de la plus dure des occupations et de la plus sanglante des guerres pendant 132 ans. Le temps est venu pour les nations de renouer avec leur histoire commune, leurs civilisations profondes et d’accomplir leur destin en appelant à une renaissance.

BY ABDENNOUR TOUMI, expert Afrique du Nord au Centre d’Etudes Stratégiques du Moyen-Orient (ORSAM)

Daily Sabah, 28/10/2021