Maroc: les conditions d’obtention du pass sanitaire allégées

Maroc: les conditions d’obtention du pass sanitaire allégées. Le gouvernement marocain avertit que le retour à la vie normale dépend de la vaccination massive

Le gouvernement marocain a annoncé lundi la possibilité d’obtenir un « laissez-passer provisoire de vaccination » pour les personnes qui n’ont reçu que la première dose de vaccination contre le covid-19, suite aux protestations suscitées par l’imposition du passeport covid pour l’accès aux bâtiments publics et aux espaces privés.

Dans un communiqué, le gouvernement a appelé les citoyens qui viennent de recevoir la première dose de vaccin à respecter les mesures de précaution en attendant d’être complètement immunisés avec la deuxième dose.

Le gouvernement a également rappelé que le retour à la vie normale dépend de la participation massive des citoyens à la campagne de vaccination collective.

Jeudi, le Maroc a imposé, sans préavis, un certificat de vaccination pour entrer dans les bâtiments publics, les écoles, les restaurants, les hôtels, les salles de sport et autres espaces privés, ainsi que pour voyager entre les villes ou en dehors du pays.

En outre, les autorités sanitaires ont lancé l’administration de la troisième dose de vaccin pour tous les citoyens.

L’imposition surprise de la vaccination a entraîné un afflux important dans les centres de vaccination, des manifestations à Rabat et le lancement de plusieurs appels sur les réseaux sociaux contre ce document. Des manifestations sont prévues demain dans plusieurs villes du pays.

L’Association du Barreau marocain a demandé dans une déclaration dimanche l’annulation du certificat obligatoire, mettant en garde contre l’absence « d’une base juridique permettant d’empêcher les citoyens d’accéder à des services publics vitaux ».

Pour sa part, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH, État) a appelé lundi les citoyens à contribuer de manière « consciencieuse et responsable » à la campagne de vaccination de masse.

Mais en même temps, la CNDH a demandé au gouvernement d’intensifier la communication avec les citoyens non vaccinés, de trouver des alternatives pour garantir l’accès aux différents services publics et d’alléger les mesures restrictives imposées.

Devant la Chambre des représentants lundi, le ministre marocain de la Santé, Khaled Ait Taleb, a souligné l’amélioration de la situation épidémiologique dans le pays avec un taux d’incidence de huit cas pour 100 000 habitants, en plus de la diminution continue des décès au cours des treize dernières semaines.

Le ministre a également noté que 44,8 millions de doses ont été administrées jusqu’à présent, permettant à plus de 21,4 millions de Marocains (57,6 % de la population totale) d’être entièrement vaccinés.