Tension Algérie-Maroc: Des conséquences graves pour l’Europe

Tension Algérie-Maroc: Des conséquences graves pour l’Europe. La fermeture de gazoduc arrive à un moment où les prix augmentent en Europe et où l’hiver arrive

L’Afrique du Nord est une bouilloire en ébullition ces derniers temps. L’Algérie a menacé de couper l’approvisionnement en gaz de son voisin marocain ce mois-ci, en ne renouvelant pas un accord sur un gazoduc. Cela pourrait avoir un impact à l’étranger sur l’approvisionnement en gaz de l’Espagne, à un moment où les prix augmentent en Europe et où l’hiver arrive. Le ministre algérien de l’énergie, Mohamed Arkab, a toutefois déclaré à l’ambassadeur espagnol Fernando Moran qu’Alger était prêt à exporter du gaz vers l’Espagne via un autre gazoduc sous-marin (contournant le Maroc).

Elle a également interdit tous les vols marocains dans son espace aérien le 22 septembre. En outre, la semaine dernière, les forces de sécurité algériennes ont arrêté 17 personnes supposées être impliquées dans un complot du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Le pays accuse Israël et le Maroc d’aider le groupe (le Maroc a normalisé ses relations avec Israël l’année dernière).

Il existe de nombreux liens culturels et historiques entre ces deux pays rivaux. L’islam sunnite de rite malékite est prédominant dans les deux pays et un dialecte similaire est parlé. L’histoire et le peuple algéro-marocains sont très liés et les deux nations ont coopéré dans leurs luttes d’indépendance contre la France, puisqu’il y avait un protectorat français et un protectorat espagnol au Maroc, et ont constitué une sorte de front uni jusqu’en 1975, lorsque l’Espagne a annoncé son retrait de la région du Sahara occidental.

Pourtant, les relations algéro-marocaines sont restées tendues au cours des dernières décennies. Cela est dû principalement au fait que l’Algérie a toujours soutenu la lutte du Front Polisario pour l’indépendance de la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée, située dans la région susmentionnée du Sahara occidental, un territoire contesté, revendiqué et occupé par le Maroc. Le mois dernier, les deux pays se sont affrontés à l’Assemblée générale des Nations unies sur cette question. Le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a défendu le « droit inaliénable à l’autodétermination » des Sahraouis, tandis que son homologue marocain Nasser Bourita a défendu l’intégrité territoriale marocaine et condamné « l’ingérence algérienne ».

En décembre 2020, le président américain de l’époque, Donald Trump, a reconnu les revendications du Maroc sur la région contestée. Cette évolution doit être comprise comme une sorte de « contrepartie » après que les autorités marocaines de Rabat ont normalisé les relations du pays avec Israël – comme d’autres pays musulmans du monde arabe l’ont fait depuis l’initiative des accords d’Abraham. Trump a bien sûr applaudi l’accord de normalisation israélo-marocain. Ces accords de paix avec Israël en général ont déclenché certaines conséquences négatives sur le continent africain et à l’étranger.

Malgré de nombreuses pressions (de l’Algérie, de l’Espagne et d’autres acteurs), le président américain Joe Biden n’a pas annulé la décision de Trump concernant les revendications marocaines. Après tout, cela fait partie des Accords d’Abraham de l’ère Trump que Biden a embrassés et sur lesquels il tient à s’appuyer : par exemple, la semaine dernière, le secrétaire d’État de Biden, Antony J. Blinken, a organisé des discussions avec ses homologues des EAU et d’Israël, cherchant à étendre la normalisation.

Ces dernières années, Rabat a essayé de renforcer son partenariat avec les nations africaines et est membre à part entière de l’Union africaine depuis 2017. Le Sahara occidental est cependant une question qui divise et le geste de reconnaissance de Washington, en particulier, a alimenté des contradictions latentes au sein de la région du Maghreb et également entre la région et l’Union africaine (au sujet d’Israël). Selon un récent rapport du Conseil de sécurité des Nations unies sur le conflit sahraoui, la situation dans cette région s’est considérablement détériorée.

La Turquie, qui a une présence militaire en Afrique du Nord, reste également un bailleur de fonds important de l’occupation marocaine de la région sahraouie et le conflit du Sahara occidental a donc également été interprété par certains comme une guerre par procuration entre Ankara et une coalition d’États arabes, même si, plus récemment, la Turquie a cherché à se rapprocher de ses ennemis traditionnels dans le monde arabe et au-delà.

Quelques semaines après qu’Alger ait rompu ses liens diplomatiques avec Rabat, cette dernière a reçu, à la mi-septembre, 13 drones de combat Bayraktar TB2 de Baykar, une société privée turque, gérée par un gendre du président Recep Tayyip Erdogan. Le Maroc a également envoyé des militaires en formation en Turquie. En outre, Rabat prévoit de développer des drones « kamikazes » en collaboration avec BlueBird Aero Systems, qui est une filiale d’Israel Aerospace Industries. L’Algérie, à son tour, a commandé au moins 24 drones WingLoong II à AVIC, une société chinoise. Même s’il s’agissait d’achats planifiés et qu’il est trop tôt pour parler d’une course aux armements régionale, le moment choisi a attisé les tensions.

Dans un autre développement, la Cour européenne de justice a récemment décidé que l’UE doit réexaminer les accords commerciaux avec Rabat pour inclure le Sahara occidental. Cela concerne principalement les tomates cultivées dans la région (et actuellement étiquetées comme « marocaines »), une question sensible car elles pourraient être vendues moins cher en Europe. Ceci au mécontentement de l’Espagne et d’autres pays, qui s’opposent à la concurrence des importations.

L’ONU a finalement nommé un nouvel envoyé au Sahara occidental, Staffan de Mistura (le poste était vacant depuis près de deux ans et demi), et la MINURSO – la mission de paix au Sahara occidental, créée en 1991 – va probablement être renouvelée pour une année supplémentaire. Les Nations unies considèrent actuellement cette région comme un « territoire non autonome », tandis que le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, exige un référendum d’autodétermination supervisé par les Nations unies. Ce référendum était prévu dans l’accord de cessez-le-feu de 1991, mais n’a jamais eu lieu.

Selon Jacob Mundy, professeur associé à l’université Colgate, une alternative à l’impasse pourrait impliquer le concept de « libre association » par lequel les Sahraouis délégueraient une partie de leur souveraineté à un nouvel État et au Maroc. Mais pour cela, il faudrait que Washington et Paris renoncent à leur soutien total à Rabat, ce que les États-Unis, en particulier, ne sont pas prêts à faire.

La vérité est qu’une grande partie de la communauté internationale ne considère tout simplement pas ce conflit comme une question urgente. Cependant, cela devrait changer, car l’escalade des tensions est gênante et pourrait générer de nombreuses conséquences négatives au niveau local et international. Pour résumer, les tensions algéro-marocaines et leur guerre par procuration au Sahara occidental sont un conflit qui s’aligne en partie sur les différends turco-arabes et qui pourrait déborder sur la région du Sahara et du Sahel. Il a également des répercussions économiques sur l’Europe, mais les puissances européennes sont également divisées sur la question.

Greek City Times, 21/10/2021