Conseil de Sécurité: Briefing et consultations sur le Yémen

ONU, Conseil de Sécurité, Yémen, #ONU, #Conseil de Sécurité, #Yémen,

Demain (14 octobre), le Conseil de sécurité tiendra sa séance d’information mensuelle ouverte, suivie de consultations privées, sur le Yémen. L’envoyé spécial pour le Yémen, Hans Grundberg, et le sous-secrétaire général par intérim aux affaires humanitaires, Ramesh Rajasingham, feront un exposé. Un représentant de la société civile devrait également informer le Conseil. Il semble que le Royaume-Uni, qui est le correspondant pour le Yémen, prévoit de faire circuler un projet de communiqué de presse qui pourrait être publié par les membres du Conseil après la réunion.

M. Grunberg devrait informer les membres du Conseil de ses récents efforts diplomatiques. Au cours du mois dernier, il a tenu ses premières réunions avec les parties yéménites depuis qu’il a pris ses fonctions d’envoyé spécial pour le Yémen en septembre. M. Grundberg a rencontré les dirigeants du gouvernement yéménite, notamment le président Abd Rabbo Mansour Hadi à Riyad le 16 septembre, et le négociateur en chef du groupe rebelle Houthi, Mohammed Abdel Salam, à Mascate quelques jours plus tard.

Le 6 octobre, M. Grundberg a effectué sa première visite au Yémen. Il s’est rendu à Aden, où il a rencontré le Premier ministre yéménite Maeen Abdulmalik Saeed, qui est récemment revenu dans la ville pour la première fois depuis que des manifestants ont pris d’assaut le palais présidentiel en mars. M. Grundberg a également rencontré le président du Conseil de transition du Sud (STC), Aidarous Zubaidi, le gouverneur de Taiz, Nabil Shamsan, d’autres acteurs politiques, notamment du mouvement séparatiste du Sud Al Hirak et de la Conférence du Hadramout inclusif, ainsi que des représentants de la société civile, dont des militants des droits des femmes. Il a également consulté des acteurs régionaux et internationaux, notamment des responsables saoudiens et omanais, le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, des responsables de l’Union européenne, l’envoyé spécial des États-Unis au Yémen et les ambassadeurs au Yémen des membres permanents du Conseil de sécurité. M. Grundberg a indiqué à plusieurs reprises qu’il préférait que le processus politique soit plus inclusif, déclarant dans un communiqué de presse du 6 octobre sur sa visite à Aden qu' »une solution durable est une solution qui reflète les intérêts de divers et larges segments de la société yéménite ».

Lors de la réunion de demain, les membres du Conseil devraient réitérer leur soutien aux efforts de médiation menés par les Nations unies en vue de promouvoir un processus politique. Au cours des consultations à huis clos, les membres pourraient être intéressés d’entendre l’évaluation par Grundberg des positions des parties yéménites, suite à ses premières rencontres.

La situation sécuritaire dans le pays est un autre sujet de discussion attendu lors de la réunion de demain. Depuis la mi-septembre, les Houthis ont intensifié leurs opérations militaires dans le sud du gouvernorat de Marib et dans le gouvernorat limitrophe de Shabwa. Le groupe a également continué à mener des attaques de missiles et de drones contre l’Arabie saoudite et certaines parties du Yémen. Le 3 octobre, des missiles balistiques ont atterri dans le quartier al-Rawdah de la ville de Marib, tuant apparemment deux enfants et blessant 33 civils. M. Grundberg et plusieurs membres du Conseil devraient réitérer leurs appels à la fin des offensives militaires.

M. Grundberg pourrait également souligner la nécessité de mettre en œuvre l’accord de Riyad, l’accord de partage du pouvoir négocié par l’Arabie saoudite entre le gouvernement yéménite et le CTS. Il pourrait noter que la situation dans le sud reste fragile. Le 10 octobre, une voiture piégée a visé le convoi du gouverneur d’Aden, Ahmed Lamlas (qui est également secrétaire général du CTS), et du ministre yéménite de l’agriculture et membre du CTS, Salem al-Suqatri. Lamlas et al-Suqatri ont survécu mais six personnes ont été tuées dans l’attentat.

M. Rajasingham devrait souligner les effets de l’escalade du conflit sur la population civile. Septembre a été le deuxième mois le plus meurtrier de ces deux dernières années pour les civils, avec 235 civils tués ou blessés, selon l’OCHA. Les combats ont également déplacé 10 000 personnes à Marib – le taux le plus élevé enregistré dans le gouvernorat en un seul mois cette année. M. Rajasingham pourrait s’inquiéter des effets humanitaires de l’encerclement par les Houthis, ces dernières semaines, du district d’Al Abdiyah, au sud de Marib, une zone où résident environ 31 500 personnes. Bien que l’aide parvienne apparemment toujours au district, M. Rajasingham soulignera probablement la nécessité de faciliter un accès humanitaire sans entrave et la liberté de mouvement des civils.

M. Rajasingham devrait également évoquer l’effondrement économique actuel du Yémen, qui est l’un des principaux moteurs de la crise humanitaire du pays. Le rial yéménite a atteint un plancher record dans les zones tenues par le gouvernement, s’échangeant à environ 1200 rials pour un dollar américain. Dans le même temps, les importations de carburant par les ports contrôlés par les Houthis continuent d’être limitées en raison des restrictions gouvernementales, ce qui fait encore grimper les coûts. M. Rajasingham soulignera probablement les mesures qui peuvent être prises pour améliorer l’économie, telles que l’injection de devises étrangères dans la banque centrale pour renforcer la monnaie et l’ouverture complète des ports du Yémen pour toutes les expéditions qui ont été autorisées par le mécanisme de vérification et d’inspection des Nations unies (UNVIM). On s’attend à ce qu’il fasse remarquer que les Nations unies ont récemment intensifié leur opération d’aide, atteignant environ 13 millions de personnes en septembre, ce qui a contribué à réduire le risque de famine à grande échelle. Cependant, Rajasingham pourrait avertir que les récentes augmentations du financement de l’opération d’aide doivent être maintenues, sinon les Nations unies devront bientôt réduire leur soutien.

Lors de la réunion de demain, certains membres du Conseil pourraient exprimer leur déception face à l’échec du Conseil des droits de l’homme (CDH) à renouveler le mandat du Groupe d’éminents experts internationaux et régionaux sur le Yémen (GEE), que le CDH a créé en 2017 pour surveiller et rendre compte de la situation des droits de l’homme dans le pays. Un projet de résolution qui aurait renouvelé le mandat du GEE pour deux ans n’a pas réussi à être adopté par le CDH le 7 octobre, 21 pays ayant voté contre et sept s’étant abstenus. Selon les médias, l’Arabie saoudite a fait pression contre le renouvellement du mandat du Groupe d’experts gouvernementaux avant le vote. Les membres du Conseil de sécurité qui ont voté contre le renouvellement du GEE sont la Chine, l’Inde et la Russie, ainsi que le Gabon, nouveau membre du Conseil pour 2022-2023. Parmi les 18 pays qui ont voté en faveur du renouvellement du mandat du GEE figurent la France, le Mexique, le Royaume-Uni et le Brésil, nouveau membre du Conseil de sécurité.

Certains membres du Conseil pourraient condamner l’exécution publique par les Houthis, le 18 septembre, de neuf personnes, dont un adolescent, par un peloton d’exécution à Sanaa, pour avoir prétendument participé au meurtre du haut responsable houthi Saleh al-Samad lors d’une frappe aérienne de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite en avril 2018. L’adolescent aurait été partiellement paralysé à la suite des tortures qu’il a subies et a dû être porté jusqu’à l’exécution. Une dixième personne a également été condamnée mais était décédée en détention. Dans une déclaration du 19 septembre, le Secrétaire général António Guterres a condamné ces exécutions, notant qu’elles avaient suivi des procédures judiciaires qui « ne semblent pas avoir satisfait aux exigences d’un procès équitable et d’une procédure régulière en vertu du droit international ».

Les députés peuvent également réitérer leur inquiétude quant à la menace environnementale et économique que représente le pétrolier décrépit FSO Safer, qui est amarré en mer Rouge au large du terminal pétrolier de Ras Isa, tenu par les Houthis. Ils pourraient réitérer leurs appels aux Houthis pour qu’ils coopèrent avec l’ONU afin de trouver une solution pour éviter une marée noire ou une explosion majeure.

Parmi les autres développements récents qui pourraient être évoqués lors du briefing, citons le général Abhijit Guha, qui a achevé au début du mois son mandat à la tête de la mission des Nations unies chargée de soutenir l’accord de Hodeidah (UNMHA). Guha a dirigé l’UNMHA, qui surveille l’accord de cessez-le-feu de Hodeidah, pendant près de deux ans. Le chef de mission adjoint Daniela Kroslak a repris ses fonctions jusqu’à la nomination d’un nouveau chef de mission.

Security Council report, 13/10/2021

Be the first to comment

Leave a Reply