France: Tebboune expose les conditions d’Alger

Algérie, France, Abdelmadjid Tebboune, #Algérie, #Macron, #Colonisation, #Histoire,

La crise dans les relations algero-francaises ne connaîtra sans doute pas le dégel de sitôt. A moins que Paris ne fasse les gestes qu’il faut pour transcender cette crise sans précédent.

Pour Alger la balle est en effet dans le camp français et cela a été dit de vive voix par le président de la République. Abdelmadjid Tebboune,qui s’est exprimé pour la première fois sur cette situation de crise avec la France, a clairement mis un ensemble de conditions pour un retour à la normale. « Le retour de l’ambassadeur d’Algérie à Paris est conditionné par le respect total de l’état algérien » a indiqué le Président Tebboune avant-hier soir dimanche lors d’une rencontre avec des journalistes algériens. Il a ajouté que « l’Histoire ne peut être falsifiée et que les relations avec la France relèvent de la responsabilité du peuple et de l’Histoire ». Le président de la République a rappelé dans ce contexte que « la France doit oublier que l’Algérie était une colonie ».

Tebboune a, lors de cette rencontre, évoqué tous les sujets qui fâchent avec la France en usant d’un ton ferme qui en dit long sur la volonté de l’Algériebde ne pas céder face aux chantages de la partie française. Rappelons que l’Algérie a rappelé son ambassadeur en France, comme elle a interdit le survol de son territoire aux avions militaires français. Cette réaction vigoureuse de l’Algérie intervient en réaction aux propos malveillants du Président français, Emmanuel Macron, qui a poussé l’outrecuidance jusqu’à s’interroger sur l’existence de la nation algérienne. Ainsi, pour Tebboune, le retour de l’ambassadeur d’Algérie à Paris est conditionné par « le respect total de l’état algérien ». Sur la question des visas, qui a été la première salve de la France adressée en direction de l’Algérie lorsqu’elle a réduit de moitié le nombre de visas accordés aux Algériens, Tebboune à une question su la réduction du nombre de visas accordés par la France aux Algériens, a affirmé que « cela est une affaire de souveraineté pour chaque état, mais à condition que les Accords d’Evian et ceux de 1968 soient respectés ». Il a expliqué que le cas de l’Algérie « demeure à part, car il y a des accords avec la France », refusant ainsi que l’Algérie « soit mélangée à d’autres pays ». Ferhat Mhenni « doit être livré » à l’Algérie Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que le chef de file du Mouvement séparatiste et terroriste « MAK », Ferhat Meheni, « doit être livré » à l’Algérie, soulignant détenir des preuves qu’il est terroriste. « Nous continuons à demander à ce que le chef de file, le terroriste du MAK nous soit livré. C’est un terroriste, il le dit et nous avons des preuves quant à la collecte de fonds (menée par le MAK) pour l’achat d’armes », a affirmé le Président. Il a souligné que le chef de file du MAK bénéficie de

« la bénédiction du pays où il a trouvé des échos médiatiques et autres ». A une question relative à la coopération de la France en ce qui concerne le mandat d’arrêt de Ferhat Meheni, le Président Tebboune a affirmé avoir exigé de ce pays qu’ »il l’applique », relevant que « pour le moment, il n’y a rien et c’est un silence qui signifie refus ». Sur le sujet des migrants irréguliers qui constitue un autre dossier litigieux entre les deux pays le Président Tebboune a qualifié de « grand mensonge » les chiffres avancés par le ministre français de l’Intérieur, Gérald-Moussa Darmanin, qui a évoqué 7.000 migrants irréguliers qui seraient de nationalité algérienne et que Paris veut expulser. « En ce qui concerne le ministre de l’Intérieur français, Moussa Darmanin, c’est un grand mensonge, il n’ y a jamais eu 7.000 migrants irréguliers de nationalité algérienne », a affirmé Tebboune, précisant que « la France n’a jamais évoqué plus de 94 cas ». Il a expliqué qu’entre la liste parvenue à l’Algérie en 2020 et les trois autres listes de 2021, « il y a un total de 94 cas, dont 21 ont été autorisés à rentrer en Algérie, 16 ont été carrément refoulés et n’entreront jamais en Algérie en raison de leur implication dans le terrorisme ».

Le président de la République a ajouté que « parmi ces 94 individus, il y a eu aussi des personnes impliquées dans l’extrémisme en France, un ou deux binationaux, alors que d’autres n’ont pas de familles en Algérie ». Le ministre français a, pour rappel, communiqué ces chiffres à la presse française. A ce propos, Tebboune a indiqué que « ces choses ne se règlent pas par le biais de la presse », ajoutant qu’ »il y a des règles pour préserver la souveraineté d’un pays. Même s’il y a des problèmes (entre les deux pays), on ne va pas pérorer dans un journal pour le populisme et la campagne électorale », a-t-il precisé. Tebboune a, en outre, fait observer que « ce mensonge a servi de socle à des choses non conventionnelle entre deux pays souverains et des paroles malheureuses ont été dites sur un peuple et un état », relevant que « cela nous rappelle celui qui voulait sortir le Karcher pour nettoyer les banlieues ».

Migrants, visas, endettement extérieur…
Les précisions de Tebboune

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a qualifié dimanche soir de « grand mensonge » les chiffres avancés par le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui a évoqué 7.000 migrants irréguliers qui seraient de nationalité algérienne et que Paris veut expulser.

En ce qui concerne le « ministre de l’Intérieur français, Moussa Darmanin, c’est un grand mensonge, il n’y a jamais eu 7.000 migrants irréguliers de nationalité algérienne », a affirmé le Président Tebboune lors de sa rencontre périodique avec les médias nationaux, précisan que « la France n’a jamais évoqué plus de 94 cas ». Il a expliqué qu’entre la liste parvenue à l’Algérie en 2020 et les trois autres listes de 2021, « il y a un total de 94 cas, dont 21 ont été autorisés à rentrer en Algérie, 16 ont été carrément refoulés et n’entreront jamais en Algérie en raison de leur implication dans le terrorisme », selon le compte rendu de l’agence officielle.

Le président de la République a ajouté que « parmi ces 94 individus, il y a eu aussi des personnes impliquées dans l’extrémisme en France, un ou deux binationaux, alors que d’autres n’ont pas de familles en Algérie ». Pour rappel, les chiffres avancés par le ministre français de l’Intérieur ont été communiqués à la presse locale. A ce propos, le président de la République a indiqué que « ces choses ne se règlent pas par le biais de la presse », précisant qu’ »il y a des règles pour préserver la souveraineté d’un pays ». Même s’il y a des « problèmes (entre les deux pays), on ne va pas pérorer dans un jou nal pour le populisme et la campagne électorale », a-t-il ajouté. Le Président Tebboune a, en outre, fait observé que « ce mensonge a servi de socle à des choses non conventionnelles entre deux pays souverains et des paroles malheureuses ont été dites sur un peuple et un état », relevant que « cela nous rappelle celui qui voulait sortir le Karcher pour nettoyer les banlieues ».

A une question sur la réduction du nombre de visas accordés par la France aux Algériens, le Président Tebboune a affirmé que « cela est une affaire de souveraineté pour chaque état, mais à condition que les Accords d’Evian et ceux de 1968 soient respectés ». Il a expliqué que le cas de l’Algérie « demeure à part, car il y a des accords avec la France », refusant ainsi que l’Algérie « soit mélangée à d’autres pays ». Le retour de l’ambassadeur d’Algérie à Paris conditionné par « le respect total de l’État algérien » Le Président Tebboune, a affirmé : « Le retour de l’ambassadeur d’Algérie Paris est conditionné par le respect total de l’Etat algérien ». Il a souligné que « l’Histoire ne peut être falsifiée et les relations avec la France relèvent de la responsabilité du peuple et de l’Histoire ». Le président de la République a rappelé dans ce contexte que « la France doit oublier que l’Algérie était une colonie ». L’Algérie a rappelé ambassadeur à Paris samedi 2 octobre, suite aux propos du Président français, sur le système algérien et la colonisation, les qualifiant d’ »ingérence inadmissible dans ses affaires intérieure « .

Pas de vaccination obligatoire

Le Président Tebboune a exclu le recours à la vaccination obligatoire dans le cadre de la lutte anti-Covid-19, soulignant que lui-même s’est fait vacciner à l’instar d’autres citoyens. Il a rappelé, dans ce cadre, que la vaccination demeure un « acte technique et médical » auquel ont recours tous les pays, mettant en garde contre une nouvelle vague de la pandémie. Le Président Tebboune a en outre rassuré que l’Algérie, en plus d’être un pays producteur du vaccin anti-Covid- 19, dispose de « quantités suffisantes de doses ». Criminatisation de l’acte de spéculation Le président de la République a affirmé que « l’acte de spéculation commis par des individus sans scrupules exploités par des bandits aux fins de semer l’anarchie – des bandits animés par des motifs politiciens -, sera criminalisé et ses auteurs encourront des peines de pas moins de 30 ans de prison, qui pourront aller jusqu’à la perpétuité, voire la peine capitale ». Ma « décision est prise et j’en ai informé le ministre de la Justice, Garde de sceaux : la prochaine réunion du Conseil des ministres verra la présentation d’une loi incriminant les spéculateurs… », a soutenu Abdelmadjid Tebboune.

« Nous frapperons les spéculateurs d’une main de fer et traquerons les lobbies politiciens qui sont derrière cet acte, qui aurait pu mener à une explosion sociale, notamment à la lumière de la propagation de la pandémie de Covid-19. Nous serons sans merci avec ceux qui tentent d’entamer la détermination de l’armée blanche (personnel soignant), et dont l’implication est établie. Ceux-là encourent la peine capitale ». Le Président Tebboune a souligné que la spéculation est « l’ennemi juré de l’économie nationale et du citoyen », qualifiant d’ »injustifiée » la hausse des prix de certains produits alimentaires. Le président de la République a indiqué que « cette hausse n’est pas innocente. Des intrus sans scrupules qui ne servent que leurs propres intérêts sont exploités par des bandits », ajoutant que « rien ne saurait justifier la hausse des prix des produits alimentaires » Il a cité, à titre d’exemple la hausse des prix des pâtes alimentaires, alors que les prix de la semoule qui en est la matière première n’ont pas bougé, précisant que « l’eau et l’électricité utilisés dans le processus de production sont toujours subventionnées ». Dans ce contexte, le Président Tebboune a mis en avant l’importance des textes juridiques en cours d’élaboration par le ministère de la Justice, lesquels criminalisent l’acte de spéculation. « La spéculation sur le marché local s’ajoute à des facteurs externes liés aux répercussions économiques de la pandémie de Covid-19, la majorité des pays ont connu des hausses des prix », a affirmé le président de la République.

« L’état tente d’amortir ce choc par le truchement du Trésor qui assume ces répercussions à la place du citoyen, sans oublier les mesures proactives appliquées depuis 2020, notamment l’augmentation du Salaire national minimum garanti et la suppression de l’Impôt sur le revenu global sur les salaires ne dépassant pas 30.000 DA, une mesure qui a coûté au Trésor plus de 100 milliards de dinars », explique le Président. Pas de recours à l’endettement extérieur Le Président Tebboune a réaffirmé le refus de l’Algérie de recourir à l’endettement extérieur, un choix qui serait un « suicide politique ». Il a indiqué que « le Fonds monétaire international agit comme s’il préparait le terrain à l’endettement. Nous n’opterons jamais pour ce choix, c’est impensable. Nous ne mènerons pas l pays vers un suicide politique ». A cet effet, le président de la République s’est dit sceptique vis-àvis des recommandations du FMI qui prône le report de la mise en oeuvre des réformes structurelles, affirmant que « l’état algérien poursuivra ces réformes en toute souveraineté ». Le Président Tebboune s’est, en revanche, félicité des rapports de la Banque mondiale qui a salué « la résilience de l’économie algérienne dans un milieu instable ». L’économie algérienne devra enregistrer un taux de croissance de près de 4 %, dépassant, ainsi, les prévisions de la Banque mondiale (2,6 %).

A la fin de l’année, les « recettes de l’Algérie couvriront toutes ses acquisitions de l’étranger, sans toucher aux réserves de change », a affirmé le Président Tebboune, ajoutant que si « nous ne connaîtrons pas de situation exceptionnelle, nous pourrons atteindre l’équilibre financier vers la fin 2021, sans toucher aux 44 milliards de dollars de réserves de change, qui étaient estimées à 57 milliards USD à la fin 2020 ». Revenant sur les résultats de l’économi nationale en 2021, le Président Tebboune prévoit des exportations hors-hydrocarbures estimées à 4,5 milliards USD, un chiffre jamais atteint « depuis 25 ans ». A ce propos, il a mis en avant le rôle de la politique mise en place en matière de rationalisation des importations en vue de réaliser l’équilibre de la balance commerciale du pays, faisant état par là même de la révision « structurelle et sans créer de pénurie » de la politique d’importation. Une telle démarche a fait passer la facture d’importation de 60 milliards USD à 32 milliards USD.

Le Midi Libre, 12/10/2021

Be the first to comment

Leave a Reply