Mon voyage à travers le Maroc avec Somewhere Between

Maroc, Somewhere Between, tourisme, voyages, loisirs, The Another Earth, #Maroc, #Tourisme,

J’ai toujours voulu aller au Maroc. Lorsque mon meilleur ami et moi avons planifié notre voyage de rêve que nous allions faire entre le lycée et le collège, le Maroc était sur notre liste. Malheureusement, le voyage n’a jamais eu lieu. Dans la vingtaine, la trentaine et la quarantaine, j’entendais maintes et maintes fois des amis : « Le Maroc est magnifique et spectaculaire, et la nourriture est incroyable ! Il faut aller au Maroc !

Étonnamment, étant donné tous mes voyages au fil des ans, je ne suis jamais arrivé au Maroc jusqu’à cette année avec le programme FILM FORWARD. Parce que je n’y suis pas allé en tant que touriste, je suis reparti avec une réponse totalement différente de celle de mes amis : la chose la plus étonnante au Maroc, ce sont les gens.

Comme Mike Cahill (directeur d’ANOTHER EARTH) l’a si joliment écrit dans son article de blog, lorsqu’un Marocain vous salue, il vous serre la main puis touche son cœur. Cela dit vraiment tout ! Alors que les équipes de THE ANOTHER EARTH et SOMEWHERE BETWEEN se sont séparées pour une partie du programme au Maroc, j’ai eu la chance d’avoir le merveilleux cinéaste marocain, Rabii El Jawhari, comme modérateur de nos questions-réponses, traducteur et compagnon de voyage. Nous avons parcouru environ 745 miles (en voiture) en 6 jours, montrant QUELQUE PART ENTRE 5 fois dans 6 villes.

Comme vous pouvez l’imaginer, Rabii, Mohammed Guedira (notre hôte des affaires culturelles) et moi avons eu de nombreux kilomètres et repas pour discuter d’aspects si variés de la culture marocaine. Voici quelques faits saillants : Lorsque vous rencontrez quelqu’un, vous demandez d’abord : « Comment avez-vous dormi ? Comment vont tous les membres de ta famille ? Comment s’est passé votre voyage ici aujourd’hui ? » avant d’arriver au sujet et à la raison de votre rencontre.

Nous avons également discuté : des enjeux de la réalisation de films au Maroc et de la distribution de ces films ; l’évolution du rôle des femmes au Maroc ; les grands films des studios américains qui viennent tourner au Maroc ; et ce qui fait le meilleur tajine. Il était également intéressant d’avoir le point de vue de Matthew Long, un autre de nos grands hôtes de l’ambassade des États-Unis (Cultural Affairs Officer), qui s’apprêtait à terminer son séjour de 3 ans au Maroc en route vers Nairobi. Il mène certainement une vie professionnelle « quelque part entre » les cultures du monde entier.

Tant de Marocains que j’ai rencontrés à travers le pays lors de nos différentes projections m’ont marqué durablement, pour des raisons aussi variées que les personnes elles-mêmes. Des merveilleux étudiants en cinéma de Casablanca à l’Ecole des Métiers du Cinéma de Casablanca, où nous avons parlé de la définition du « film documentaire »… à Fatima de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès qui m’a parlé et m’a écrit de ses rêves un cinéaste (voir ci-dessous)… à l’homme lors de notre projection à l’American Corner à Oujda qui a dit (en arabe, via un traducteur) : « Je ne connais les Américains que par ce que je vois aux informations sur les guerres en Irak et en Afghanistan. De votre film, je vois maintenant une nouvelle facette des Américains et des familles américaines. »… aux étudiants absolument remarquables et incroyablement inspirants du Centre de langues Oum Lkora dans la ville de Berkane,

Honnêtement, ces élèves – âgés de 10 à 16 ans – dégageaient une telle fierté de leur ville, de leur école, de leur pays qu’ils étaient luminescents ! Et cette intensité ne faiblit pas du tout, alors qu’ils partageaient leur analyse du film et discutaient des questions d’identité, de famille et d’appartenance. Ils m’ont également demandé avec beaucoup d’enthousiasme de partager toutes leurs réflexions, sentiments et questions avec les quatre jeunes femmes présentées dans notre film. J’ai reçu de nombreux messages sur Facebook des étudiants lors de la projection, une véritable continuation du dialogue interculturel (un de mes favoris est ci-dessous). Alors que toutes les différentes rencontres et connexions partagées ont eu un réel impact sur moi, il y a eu une réponse constante à QUELQUE PART ENTRE qui m’a le plus profondément touché : une fois que les gens ont appris que je n’avais pas amené ma fille Ruby – qui apparaît brièvement dans les serre-livres de le film, et qui a inspiré le film – au Maroc, ils ont TOUS demandé que je lui donne leur amour et ont insisté pour que je l’emmène au Maroc quand je reviendrai lui rendre visite. Le dévoué et merveilleux directeur de l’American Corner, Mohamed Bendaha, est allé jusqu’à m’offrir un cadeau à ramener chez Ruby !

J’ai hâte de retourner au Maroc avec ma famille. J’ai hâte de voir comment ces étudiants – en particulier les femmes et les filles – réalisent leurs rêves et poursuivent leur avenir de manière à leur permettre de partager leur chaleur et leurs désirs de connectivité et d’expression personnelles avec le monde en général.

Linda Goldstein Knowlton

Deux réponses du public que j’ai reçues après le programme :

Bonjour, je souhaite vous poser une question concernant le film car je n’ai pas eu l’occasion de la poser lorsque vous êtes venu au département d’anglais d’Oum El Koura, Berkane. Ma question est donc la suivante : Croyez-vous que les USA sont un saladier ou un melting pot ? En d’autres termes, Fang, Jenna, Ann et Halley s’en tiendront-elles à leur culture chinoise ou cette dernière se fondra-t-elle avec la culture américaine et engendrera une culture sino-américaine. J’attends de vos nouvelles bientôt.

Bonne journée à toi, à ton mari, et bien sûr à ta précieuse, enfant du monde, Ruby

Fahd Hachimi (étudiant d’anglais au département d’anglais d’Oum Elkoura)

&

Bonjour chère Linda,

J’espère que vous allez bien et que vous profitez de votre séjour au Maroc même si ces jours sont si chauds. Je suis Fatima, la femme qui rêve d’être aussi cinéaste, quand tu te tenais devant moi, tu m’as donné de l’espoir. Je t’aimais beaucoup, et je pense que ton travail est incroyable et que tu ne peux pas satisfaire tout le monde, tu as fait un travail comme tu le pensais.
J’espère que nous pourrons nous revoir dans le futur.

Salutations,

Fatima.

Sundance Institute, 07/09/2012