Maroc: Les étudiants contre la normalisation avec Israël

Maroc, Israël, Normalisation, UNEM, Palestine, #Maroc, #Israël, #Palestine, #Normalisation, #UNEM,

L’Union nationale des étudiants marocains (UNEM) a exprimé son opposition aux accords de coopération entre les universités marocaines et israéliennes, appelant la communauté universitaire à condamner et rejeter les pactes, et les autorités universitaires à les rétracter.

Dans un communiqué du 23 septembre, l’UNEM a déclaré : « Nous exprimons notre rejet absolu des accords honteux conclus entre l’Université Mohammed VI Polytechnique [UM6P – université privée] au Maroc et l’Université Ben Gourion [BGU] en Israël, et ceux qui lient le National École de commerce et de gestion de l’Université Hassan II de Casablanca [UH2C – université publique] et la Faculté de gestion de l’Université de Tel Aviv.

« Nous appelons les autorités marocaines concernées à se rétracter et à retirer les signatures, et nous appelons tous les étudiants à exprimer leur rejet et leur condamnation.

« Nous appelons toutes les composantes de la communauté universitaire, y compris les professeurs, les administrateurs et les étudiants, à se tenir côte à côte pour défendre l’université marocaine contre… les schémas de normalisation avec Israël visant à réaliser une percée éducative, culturelle et sécuritaire sans précédent dans l’histoire. de notre bien-aimé Maroc », a déclaré l’UNEM.

Israël et le Maroc ont normalisé leurs relations diplomatiques l’année dernière, établissant des relations diplomatiques culturelles et commerciales en décembre 2020 dans le cadre des accords d’Abraham négociés par l’administration de l’ancien président américain Donald Trump.

Boycott académique

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a publié une déclaration le 24 août qui a déclaré que les universités israéliennes faisaient « partie intégrante du système de colonialisme et de discrimination raciale, et sont impliquées dans ses crimes en cours contre le peuple palestinien et les peuples de la région arabe, car ils jouent un rôle clé dans le développement des connaissances et des techniques de répression militaires et sécuritaires israéliennes.

Le PACBI a appelé la communauté universitaire et la société civile marocaine à intensifier la pression locale sur l’université afin d’« annuler définitivement » les accords.

Une autre organisation, le Front marocain pour le soutien à la Palestine et contre la normalisation (MFPSAN), a publié une déclaration le 1er octobreappelant les Marocains à résister aux « projets de normalisation avec Israël par le biais des établissements d’enseignement » et à faire connaître la cause palestinienne et la lutte du peuple palestinien.

« Nous nous engageons à poursuivre la lutte jusqu’à ce que la décision de normalisation soit renversée et qu’une loi soit adoptée la criminalisant », a déclaré le communiqué du MFPSAN.

Réponse de l’université

Dans un communiqué publié sur le site institutionnel, le président de l’UM6P Hicham El Habti a déclaré que l’université estimait que la mise en commun des compétences des institutions scientifiques et technologiques des deux pays aurait un « impact majeur sur les populations aux niveaux local et régional ».

Il a déclaré que l’UM6P et le BGU considèrent la recherche scientifique comme un « élément clé du développement, notamment en termes de durabilité ».

D’ici la mi-octobre, BGU et UM6P devraient signer un protocole d’accord pour définir leur collaboration sur des projets de recherche scientifique et des échanges d’étudiants et de professeurs dans les domaines de l’agriculture, de l’eau, de l’énergie et de la restauration écologique.

Le partenariat de recherche sur le développement durable sera soutenu par les sociétés mondiales ICL (Israël) et OCP (Maroc).

D’autres collaborations

Le 13 septembre, BGU a signé un accord académiqueavec l’Université internationale de Rabat (UIR), une université semi-publique au Maroc visant à collaborer sur des programmes communs de recherche, d’enseignement, de mobilité des étudiants et du personnel, ainsi que des études sur le patrimoine culturel des juifs marocains.

L’UM6P a également signé un accord avec l’Université hébraïque de Jérusalem (HUJI) d’Israël pour promouvoir la coopération universitaire et technologique, selon un communiqué publié sur le site Internet HUJI.

El Habti l’a décrit comme « l’un des premiers partenariats formels entre des universités du Maroc et d’Israël ».

Selon le président de HUJI, le professeur Asher Cohen, la collaboration entre les institutions comprendra des recherches conjointes et des diplômes collaboratifs, l’innovation à l’échelle mondiale et l’échange de publications et de matériel académique.

« Nous sommes fiers d’être l’une des premières universités israéliennes à officialiser une relation avec notre estimé homologue marocain. Nous attendons avec impatience les nombreuses façons dont cette collaboration profitera à nos deux pays et à la région dans son ensemble », a déclaré Cohen.

University World News s’est efforcé de contacter l’UM6P, l’UH2C et l’UIR pour obtenir leur point de vue sur la manière dont ils mettront en œuvre les programmes de coopération académique avec les universités israéliennes, y compris l’Université de Tel Aviv, BGU et HUJI, au milieu de l’opposition de la communauté universitaire marocaine, mais n’a reçu aucune réponse. .

Wagdy Sawahel

University World News, 05 octobre 2021