Le PJD et l’histoire de la politique partisane au Maroc

Maroc, PJD, islamistes, partis politiques, #Maroc, #PJD, #Islamistes,

Le 8 septembre, les citoyens marocains ont infligé au Parti de la justice et du développement (PJD) une défaite écrasante aux urnes et ont retiré ce qui était essentiellement un mandat de 10 ans pour la primauté partisane dans le pays. Peut-être tirée par la combinaison des élections locales et parlementaires, la participation électorale officielle a atteint plus de 50 %, ce qui est historiquement élevé pour le Maroc. Le PJD est passé de 125 sièges au parlement de 2016 – sur un total de 395 – à seulement 12, choquant même ses adversaires les plus ardents.

Cela a incité de nombreux commentateurs à déclarer la mort de l’islam politique et la fin du printemps arabe. Cependant, comme certains l’ ont fait valoir , ces prédictions ont été grandement exagérées. La défaite du PJD ne se comprend pas non plus dans les épreuves et tribulations régionales de l’islam politique, ni dans le contexte du printemps arabe (qui, selon votre degré d’optimisme, a été soit enterré au début de 2013 soit persiste jusqu’à aujourd’hui malgré de grandes difficultés en Algérie et au Soudan). Au contraire, ce qui est le plus instructif, c’est l’histoire récente du PJD lui-même, en tant que parti politique indépendant au Maroc. L’histoire de la politique partisane marocaine et la manière dont la monarchie marocaine a géré ses relations avec des partis politiques indépendants similaires sont également instructives.

Surprendre les experts

La défaite a surpris la plupart des observateurs, y compris le PJD et ses adversaires. Rien n’indiquait que les pertes électorales du PJD seraient si lourdes. Les données d’enquête menées au Maroc et parmi les projets comparatifs ont indiqué un degré de satisfaction relativement élevé de la part des citoyens marocains à l’égard de la performance du gouvernement. Selon l’indice de confiance 2021 de l’Institut marocain d’analyse des politiques, la confiance dans le gouvernement marocain a plus que doublé entre 2020 et 2021. Ces chiffres se démarquent par rapport à la région : printemps 2021, le Maroc placé plus hautdans la confiance du gouvernement et la satisfaction de la performance du gouvernement (y compris la réponse à la pandémie) dans sept pays interrogés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Saadeddine Othmani lui-même a vanté ces résultats dans le cadre de sa stratégie de campagne lorsqu’il s’adressait à la presse locale sceptique.

Tout en essayant de s’approprier le crédit, Othmani ne faisait pas que des slogans. Le gouvernement marocain a géré la pandémie avec un succès relatif. Les fermetures ont été ciblées, les éruptions ont été rapidement traitées et les taux d’infection étaient raisonnables pour un pays de la taille du Maroc. Fait important, le déploiement du vaccin a été efficaceet un appétit pour le vaccin relativement élevé par rapport aux autres pays de la région. Le gouvernement marocain est apparu comme le seul gouvernement régional épargné par la pandémie, selon les chiffres du Baromètre arabe (contrairement à la Jordanie, où les taux d’approbation étaient initialement élevés puis ont chuté en raison de la gestion de la pandémie). En tant que parti qui dirigeait officiellement (mais peut-être cérémonieusement) ce gouvernement, il aurait été raisonnable de s’attendre à ce que le PJD soit récompensé pour cette performance, au moins électoralement.

De plus, la compétition du PJD laissait beaucoup à désirer. Ses rivaux partisans avaient subi des crises de réputation récentes et ne s’en sortaient pas forcément mieux devant l’opinion publique. Aziz Akhannouch, leader du Rassemblement national des indépendants (RNI), victorieux, a été la cible d’une vigoureuse campagne de boycott économique en 2018 visant un certain nombre d’entreprises dans lesquelles il détient une participation importante. Le Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM), qui s’est classé deuxième au scrutin, a lui-même été en proie à la tourmente et à la crise parmi ses dirigeants. Enfin, l’Istiqlal a peut-être porté le coup le plus dur à sa réputation lors du congrès général de 2017qui fut plus tard nommée « la bataille des plats ». Bien qu’ils consacraient des ressources substantielles à l’élection (en particulier le RNI), il était peu probable que le PJD se retrouve derrière les trois partis – sans parler des quatre autres partis qui l’ont battu – lors des élections de 2021.

Les leçons de l’histoire

Avec le recul, la défaite électorale du PJD n’aurait pas dû être si surprenante. Le PJD en 2021 n’était plus le parti qui avait remporté deux élections en 2011 et 2016. Par une série de manœuvres et de machinations, le palais (ou le makhzen tant vanté ) a pu émousser toutes les armes du PJD. Le parti a failli se scinder en différentes factions après la décision de 2017 de « diriger » un gouvernement sans son chef charismatique – Abdelilah Benkirane. C’est Benkirane lui-même qui a empêché que cela se produise et a appelé à l’unité du parti, mais de nombreux membres de la direction et des cadres du parti n’étaient pas convaincus que ce qu’Othmani et ses collègues du PJD qui ont plaidé pour la participation au gouvernement n’ont pas fait de la trahison.. Il n’était pas clair en 2017 que le PJD survivrait à la décision de participer et de diriger un gouvernement qui a été essentiellement dépouillé de ses dirigeants élus. Que la décision soit revenue hanter le parti lors des élections suivantes a un parallèle historique frappant, avec un parti d’un penchant idéologique complètement différent.

L’Union socialiste des forces populaires (USFP) avait historiquement entretenu les relations les plus acrimonieuses avec la monarchie marocaine. Beaucoup de ses dirigeants ont été persécutés et réprimés par le meurtre, l’exil et l’emprisonnement. S’il y avait un parti politique indépendant qui pouvait prétendre être l’opposition dominante à la monarchie, ce serait l’USFP. Les années 1990 ont vu une détente entre la monarchie et l’USFP, et en 1997, le parti a remporté (ou a été autorisé à gagner) les élections législatives. Le roi Hassan II a ensuite demandé au chef de l’USFP Abderrahmane Youssefi de former un gouvernement en 1998. En 2002, l’USFP a de nouveau remporté les élections législatives, mais plutôt que d’assigner son chef à former un gouvernement une seconde fois, le nouveau roi, Mohammed VI, a assigné Driss Jettou, un « technocrate » indépendant et non partisan, de le faire à la place.

Les parallèles entre l’expérience de l’USFP et celle du PJD sont nombreux. Comme l’USFP, le PJD a accepté de participer au gouvernement dans des conditions qu’il ne contrôle pas entièrement. Comme l’USFP, le PJD a supervisé des politiques de libéralisation économique (privatisations dans le cas de l’USFP, baisse des subventions dans le cas du PJD) qu’il ne prônait pas mais qu’il approuvait sans équivoque. Comme l’USFP, le PJD avait des partenaires gouvernementaux qui lui étaient « imposés », que les partis attaquaient et combattaient activement dans la sphère publique (Driss Basri dans le cas de l’USFP, Akhannouch dans le cas du PJD). A l’instar de l’USFP, le PJD a fini par se porter garant de nombreuses dérives administratives à l’encontre d’acteurs sociaux favorables à son activisme.ciblé depuis 2017. Enfin, et peut-être le moins remarquable, le PJD a signé la libéralisation du cannabis et le traité de normalisation avec Israël – qui semblait contredire de manière flagrante ses principes conservateurs de la même manière que la libéralisation économique contredisait les principes du parti socialiste. La comparaison entre les deux éclaire ainsi le sort électoral du PJD, sinon (encore) organisationnel, similaire à celui de l’USFP il y a 15 ans. A ce titre, ce n’est ni le sort du printemps arabe ni celui de l’islam politique qui sont particulièrement instructifs pour contextualiser et analyser la défaite électorale du PJD.

La disparition de l’islam politique ?

Comme tous les partis indépendants au Maroc – ceux qui n’ont pas été formés explicitement par la monarchie et sa coterie pour organiser les élections et administrer le gouvernement – le PJD a bénéficié des avantages d’une participation politique formelle, mais a également supporté ses coûts. Ce faisant, l’idéologie a joué un rôle important dans l’activisme politique du PJD. Ailleurs , j’ai défini l’idéologie comme une articulation de l’appartenance à une communauté politique souhaitée qui structure, informe et restreint le menu de l’action politique possible.. L’idéologie du PJD a très certainement limité ses actions de manière importante. Il convient de noter ici l’incapacité d’Othmani à justifier suffisamment sa signature des accords de normalisation avec Israël en 2020 (anathème, selon l’idéologie du parti) auprès de la base de son parti, qu’il a tenté de réparer lors de sa grande réception du chef du Hamas Ismail Haniyeh en 2021. Cela dit, depuis 2015, le PJD avait pris ses distances assez notablement avec les Frères musulmans et ses partis et mouvements subsidiaires dans la région MENA, plaçant ses racines dans le mouvement nationaliste marocain. En tant que tel, son destin ne se reflète pas sur « l’islam politique » en soi.

De plus, les experts qui soutiennent que l’islam politique a subi une défaite écrasante dans la région MENA sont extrêmement optimistes dans leur pensée. Au Maroc en particulier, la force politique la plus importante, la plus disciplinée et la plus populaire reste le groupe islamiste Al-Adl Wa Al-Ihsan. Al-Adl a une capacité de mobilisation sans précédent au Maroc, et il n’y a aucun signe que cette capacité ait été réduite ces derniers temps. En fait, le sort du PJD lors de sa participation aux institutions gouvernementales pourrait finir par renforcer l’approche d’Al-Adl consistant à rejeter la participation politique formelle dans le système de gouvernance marocain. La participation et la défaite à des élections autoritaires, bien qu’ayant des implications notables, sont rarement un signe d’effondrement idéologique et les islamistes sont passés maîtres dans l’art de jouer leur rôle de victime lorsqu’ils sont chassés des institutions du pouvoir.

Au lieu de cela, il est peut-être plus prudent d’étudier l’expérience du PJD en tant qu’organisation politique dans le contexte national marocain. Ce contexte a finalement pesé plus lourd dans la prise de décision du parti, ainsi que dans la détermination de son sort électoral et organisationnel. À cet égard, les grandes déclarations idéologiques ne sont pas particulièrement instructives. De plus, le paradigme de la cooptation-coercition – qui a longtemps été dominant dans l’analyse des politiques autoritaires et des relations titulaire-opposition dans la région MENA – est d’une utilité limitée. Le Maroc a remis en cause à plusieurs reprises les hypothèses sur lesquelles le paradigme est basé, par exemple qu’il existe une opposition unitaire, ou que le menu de choix pour le titulaire autoritaire est exclusivement soit la cooptation, soit la coercition. Une approche plus nuancée, qui tire profit de l’histoire marocaine et se concentre sur la relation ancienne et évolutive entre la monarchie et les forces politiques indépendantes, est plus utile.

Abdul-Wahab Kayyali, chercheur indépendant vivant à Montréal, QC, Canada. Ses intérêts de recherche portent sur les partis politiques, les mouvements sociaux et l’agence politique générale dans le monde arabe. Il tweete à @awkayyali . Les opinions exprimées dans cet article sont les siennes.

Middle East Institute, 04/10/2021