Clergé français: Plus de 200000 enfants abusés depuis 1950

Clergé français, France, viol, pédophilie, pédocriminalité, église, #ClergéFrançais, #Pédophilie, #Eglise,

-L’enquête révèle que 216 000 enfants auraient été victimes d’abus.
-L’Église catholique française a fait preuve d’une « cruelle indifférence », selon un rapport.
-Dernier scandale d’abus sexuels à secouer l’Église catholique romaine
-Un évêque de haut rang demande pardon et promet d’agir.

PARIS, 5 octobre (Reuters) – Le clergé français a abusé sexuellement de plus de 200 000 enfants au cours des 70 dernières années, selon les conclusions d’une importante enquête publiée mardi, et ses auteurs ont accusé l’Eglise catholique d’avoir fermé les yeux pendant trop longtemps.

L’Église a fait preuve d’une « indifférence profonde, totale et même cruelle pendant des années », se protégeant elle-même plutôt que les victimes de ce qui était un abus systémique, a déclaré Jean-Marc Sauve, chef de la commission qui a compilé le rapport.

La plupart des victimes étaient des garçons, a-t-il ajouté, dont beaucoup avaient entre 10 et 13 ans.

Non seulement l’Église n’a pas pris les mesures nécessaires pour prévenir les abus, mais elle a également omis de les signaler et a parfois sciemment mis les enfants en contact avec des prédateurs, a-t-il ajouté.

Le chef de la conférence des évêques de France, Eric de Moulins-Beaufort, a déclaré que l’Église avait honte. Il a demandé pardon et a promis d’agir.

Les révélations en France sont les dernières à ébranler l’Église catholique romaine, après une série de scandales d’abus sexuels dans le monde entier, impliquant souvent des enfants.

La commission a été créée par les évêques catholiques de France à la fin de 2018 pour faire la lumière sur les abus et restaurer la confiance du public dans l’église à une époque où les congrégations diminuent. Elle a travaillé de manière indépendante de l’Église.

M. Sauve a déclaré que le problème était toujours là. Il a ajouté que l’église avait jusqu’aux années 2000 fait preuve d’une totale indifférence à l’égard des victimes et qu’elle n’a commencé à réellement changer d’attitude qu’en 2015-2016.

L’ÉGLISE EST INVITÉE À SE RÉFORMER

L’enseignement de l’Église catholique sur des sujets tels que la sexualité, l’obéissance et le caractère sacré du sacerdoce a contribué à créer des angles morts qui ont permis aux abus sexuels commis par des membres du clergé de se produire, a déclaré M. Sauve, ajoutant que l’Église devait réformer la façon dont elle abordait ces questions pour rétablir la confiance avec la société.

L’Église doit assumer la responsabilité de ce qui s’est passé, a déclaré la commission, et veiller à ce que les rapports d’abus soient transmis aux autorités judiciaires.

Elle doit également fournir aux victimes une compensation financière adéquate, « qui, bien qu’elle ne soit pas suffisante (pour traiter le traumatisme causé par les abus sexuels), est néanmoins indispensable car elle complète le processus de reconnaissance. »

Elle a ajouté une liste de recommandations comprenant la vérification systématique du casier judiciaire de toute personne chargée par l’Église d’être en contact régulier avec des enfants ou des personnes vulnérables, et la fourniture aux prêtres d’une formation adéquate.

M. Sauve a déclaré que la commission elle-même avait identifié environ 2 700 victimes par le biais d’un appel à témoignages, et que des milliers d’autres avaient été retrouvées dans des archives.

Mais une vaste étude menée par des groupes de recherche et de sondage a estimé qu’il y avait eu environ 216 000 victimes, et que ce nombre pourrait atteindre 330 000 si l’on tient compte des abus commis par des membres laïcs.

Mme Sauve a déclaré que cette ampleur était sans précédent, la plupart des autres enquêtes sur les abus sexuels commis par l’Église catholique se concentrant sur les victimes identifiées individuellement.

Il y a eu environ 2 900 à 3 200 pédophiles présumés dans l’Église française au cours des 70 dernières années, a-t-il ajouté.

DISGRACE

François Devaux, victime d’abus sexuels dans l’église et fondateur de l’association de victimes La Parole Libérée, a déclaré aux représentants de l’église lors de la présentation du rapport : « Vous êtes une honte pour notre humanité.

« Dans cet enfer, il y a eu d’abominables crimes de masse (…) mais il y a eu encore pire, la trahison de la confiance, la trahison du moral, la trahison des enfants. »

Il a accusé l’Église de lâcheté et a remercié la commission, affirmant que le rapport marquerait un tournant : « Vous apportez enfin aux victimes une reconnaissance institutionnelle de la responsabilité de l’Église. »

Les conclusions françaises interviennent un an après que la Grande-Bretagne a déclaré que l’Église catholique avait reçu plus de 900 plaintes impliquant plus de 3 000 cas d’abus sexuels sur des enfants en Angleterre et au Pays de Galles entre 1970 et 2015, et qu’il y avait plus de 100 allégations signalées par an depuis 2016.

En juin, le pape François a déclaré que la crise des abus sexuels de l’Église catholique était une « catastrophe » mondiale. Depuis son élection en 2013, il a pris une série de mesures visant à éradiquer les abus sexuels commis par des clercs sur des mineurs.

Cette année, il a publié la révision la plus importante du droit de l’Église catholique en quatre décennies, insistant pour que les évêques prennent des mesures contre les clercs qui abusent des mineurs et des adultes vulnérables.

Mais ses détracteurs l’accusent d’avoir réagi beaucoup trop lentement aux scandales d’abus sexuels, de ne pas avoir d’empathie pour les victimes et de croire aveuglément la parole de ses collègues du clergé.

Les évêques français demandent pardon après la publication d’un rapport sur les abus sexuels commis dans les églises

Un représentant des évêques catholiques français a demandé mardi aux victimes d’abus sexuels commis par des membres du clergé de lui pardonner, après la publication d’un rapport sur l’ampleur des abus commis dans l’Église française depuis des décennies.

Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, a déclaré que lui et ses collègues évêques voulaient exprimer aux victimes leur honte face aux abus révélés dans le rapport.

Reuters, 05/10/2021