Maroc: La visite de Gantz pour développer la fabrication de drones

Maroc, Benny Gantz, drones, Israël, Benny Gantz Ministère de la Défense Maroc drone israël maroc israël Moyen-Orient drone Accords d’Abraham

Le ministre de la Défense Benny Gantz aurait signé des accords de coopération en matière de défense avec le royaume nord-africain du Maroc pour développer une industrie nationale de drones.

Le ministre de la Défense Benny Gantz se rendra au Maroc dans les prochains mois, alors que les liens continuent de se renforcer avec le royaume d’Afrique du Nord après la normalisation des relations entre les deux pays en décembre dernier. Selon des rapports étrangers, Gantz signera des accords de coopération en matière de défense, notamment des plans pour développer une industrie nationale pour produire des munitions flottantes.

Le magazine Defense News et la publication française Africa Intelligence ont rapporté que les deux pays travaillaient actuellement sur le développement d’un projet de fabrication de drones pour renforcer la puissance aérienne du Maroc.

Selon le rapport en ligne d’ Africa Intelligence , la filiale du géant de la défense Israel Aerospace Industries, BlueBird Aero Systems Ltd., négocie depuis plusieurs mois avec des équipes marocaines le développement d’une pépinière d’entreprises pour fabriquer de tels drones.

Rabat, selon le rapport, s’est intéressé à l’utilisation de munitions flottantes après que l’IAI a « mis en évidence » dans un argumentaire de vente l’utilisation intensive des drones suicides Harop de la société par l’ Azerbaïdjan pendant la guerre de deux mois avec l’Arménie l’année dernière.

Le Harop est un petit drone qui, selon le site Web de l’entreprise, est une combinaison des « capacités d’un UAV [unmanned Aerial Vehicle] et d’un missile mortel ».

Assez petit pour contourner les systèmes de détection des avions ennemis, le Harop – avec un explosif embarqué de 23 kg. – recherche, identifie et flâne au-dessus des cibles avant de les attaquer et de les détruire. Si une cible n’est pas engagée, le drone reviendra et atterrira à la base.

Mesurant 2m. de long avec une envergure de 3 m., il se compose des unités de munitions, des lanceurs transportables, et d’un abri de contrôle de mission où l’opérateur peut approuver ou annuler des attaques.

Il peut être lancé à partir de différentes plates-formes en mer ou sur terre et sous n’importe quel angle, à la fois verticalement ou horizontalement. Le lanceur dispose également d’un système de ravitaillement pour permettre au drone d’être prêt à tout moment.

Israël est considéré comme l’un des principaux exportateurs de drones et IAI compte plus de 50 clients opérationnels dans le monde, notamment en Australie, au Canada, au Chili, en Colombie, en France, en Allemagne, en Inde , au Mexique, à Singapour et en Corée du Sud.

Israël et le Maroc entretiennent des relations économiques, diplomatiques et militaires étroites depuis des années, et les deux pays ont signé un accord de normalisation en décembre.

Selon un rapport de Haaretz , les relations militaires entre Israël et le Maroc impliquent principalement la coopération en matière de renseignement et le commerce d’armes.

En juin, un C-130 marocain a atterri en Israël pour participer à un exercice international. C’était la première fois qu’une plate-forme aérienne appartenant au pays nord-africain atterrissait dans l’État juif.

En janvier 2020, l’armée marocaine a reçu trois drones de reconnaissance israéliens dans le cadre d’un contrat d’une valeur de 48 millions de dollars. L’accord entre les deux pays a été signé en 2014 et clôturé via la société française Dassault Aviation.

La France exploite le Heron sous le nom de Harfang, et selon des rapports de 2014, les drones acquis par le Maroc ont été retirés par l’armée de l’air française après plusieurs années de service en Afghanistan. Selon le rapport d’Intelligence Online, les drones seront déployés pour contrer les groupes extrémistes et combattre les mouvements rebelles au Sahara occidental.

Selon un autre rapport, Israël a vendu au Maroc d’autres systèmes militaires, y compris des systèmes de communication et de contrôle militaires (tels que des systèmes radar pour les avions de combat) via un tiers.
Jérusalem et Rabat ont rétabli leurs liens dans le cadre des accords d’Abraham avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.


Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’est rendu au Maroc en août et a inauguré la mission du pays à Rabat. Au cours de sa visite de deux jours, Lapid a rencontré son homologue Nasser Bourita et lui a remis une invitation du président Isaac Herzog pour que le roi Mohammed VI se rende en Israël.

The Jerusalem Post, 03/10/2021