Le juge refuse de poursuivre Brahim Ghali pour génocide

Sahara Occidental, Brahim Ghali, Espagne, Maroc, #Sahara Occidental, #Maroc, #BrahimGhali,

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, ne sera pas poursuivi pour génocide. C’est ce qu’a décidé le juge de l’Audience nationale espagnole Santiago Pedraz, qui considère que les faits qui lui sont reprochés dans la plainte d’Asadeh, qui s’étendent de 1974 à 1990, sont déjà prescrits.

Le juge de l’Audience nationale espagnole, Santiago Pedraz, a refusé de poursuivre le dirigeant du Front Polisario, Brahim Ghali, dans le cadre de l’affaire ouverte pour un crime présumé de génocide à la suite d’une des plaintes déposées contre lui, car il estime que les faits sont prescrits.

Le magistrat a accepté de clôturer cette affaire sans poursuivre le Ghali après que la Chambre criminelle ait annulé sa décision de classement pour vice de forme, car, s’agissant d’un crime de génocide, l’affaire doit être traitée en référé et la décision de classement n’appartient pas au juge d’instruction, mais à la Chambre.

Après avoir transformé la procédure préliminaire en une enquête ordinaire, le magistrat a conclu l’enquête ouverte par une plainte de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (Asadeh) et a refusé d’agir contre Ghali.

Le juge Pedraz justifie son refus de poursuivre le leader du Polisario par le fait que les faits de la plainte datent de 1974 à 1990, de sorte qu’ils seraient déjà prescrits selon le code pénal de 1973 (celui qui était applicable au moment des faits comme la loi pénale la plus favorable).

Et, sans analyser si elles pourraient constituer le crime de génocide en vertu du Code pénal actuel, le juge a également souligné que le comportement allégué « ne comprend pas tous les éléments » du génocide.

Conformément aux critères énoncés dans les arrêts précédents, M. Pedraz reprend dans son ordonnance les contradictions existantes entre les déclarations faites dans la plainte concernant la participation du Ghali aux actes allégués et les déclarations des témoins.

Il constate également « une insuffisance manifeste de détails pertinents sur les circonstances du lieu et du moment des événements » ou sur la participation du chef du Polisario, autant de points qui, selon lui, sapent la crédibilité des témoignages recueillis et empêchent le maintien de son inculpation.

Après plus d’un mois d’hospitalisation à Logroño pour cause de covidie, ce qui a entraîné une crise diplomatique avec le Maroc, Ghali est rentré en Algérie après avoir témoigné en juin devant Pedraz, qui a refusé d’imposer des mesures de précaution.

Avec le rejet de ce procès, qui remonte à 2008 et qui est dirigé contre treize militaires, il n’en reste plus qu’un seul actif devant l’Audience nationale espagnole, celui intenté par le Sahraoui espagnol Fadel Mihdi Breica.

González Laya

La décision de Pedraz intervient le jour même où l’ancienne ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha González Laya, a comparu en tant qu’enquêteur devant un tribunal d’instruction de Saragosse, qui enquête sur l’entrée du Ghali en Espagne en avril dernier.

Après avoir fait sa déclaration pendant une heure, l’ancienne ministre a déclaré aux médias que son intention est de fournir toutes les explications qui peuvent aider le juge à parvenir rapidement à la conclusion qui a toujours guidé ses actions, dans ce cas, que tout a été fait « conformément à la loi », ce qu’elle espère que Lasala « fera bientôt ».

« C’est, dans une certaine mesure, l’esprit dans lequel j’ai voulu apparaître », a poursuivi González Laya, qui a insisté : « L’entrée – du Ghali – était, de mon point de vue, conforme à la Loi ». Il a précisé son intention d’agir avec « transparence » et « très calmement ».

NAIZ, 04/10/2021