Pays Bas: Un politicien accusé d’un projet d’assassinat du Premier ministre

Pays Bas, Mark Rutte, Arnoud Van Doorn, Muslim Partij van de Eenheid, Mocro Mafia,

Un membre du conseil municipal de La Haye a été arrêté et accusé d’avoir planifié une attaque terroriste contre le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Arnoud Van Doorn clame son innocence. Il a été arrêté dimanche dans le quartier Benoordenhout de la ville, où habite sa mère. Van Doorn est un représentant du Muslim Partij van de Eenheid (Parti de l’unité) et a été lié dans le passé à plusieurs incidents mineurs.

Le problème était que, dimanche, Mark Rutte se trouvait également dans la même zone. Van Doorn a été arrêté par trois agents de sécurité du Premier ministre qui lui ont demandé ses papiers d’identité. Van Doorn a passé plusieurs appels téléphoniques en attendant, dont un au Coordinateur national de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme (NCTV), et a découvert qu’il était détenu, mais n’a reçu aucune raison.

Alors qu’il était assis dans une cellule du cachot de la police de Scheveningen, la station balnéaire voisine de La Haye, on lui a finalement expliqué pourquoi il était détenu : l’intention de préparer un attentat. La preuve? Il avait passé la journée à Benoordenhout, où Rutte était également présente.

« Mais je visite cette place presque tous les jours, car ma mère y vit dans une maison de retraite », a-t-il déclaré à l’Algemeen Dagblad.

« Il y a aussi une terrasse sur cette place où je m’assois régulièrement, un supermarché où je fais régulièrement mes courses et une salle de sport. J’y vois souvent Rutte sans sécurité. Ensuite, je viens de le saluer. Parfois, je m’assois juste à côté de lui avec une tasse de café et parfois je me tiens derrière lui au supermarché.

Van Doorn se plaint que les agents de sécurité auraient facilement pu vérifier son histoire en appelant sa mère et même en demandant au propriétaire du café s’il y était connu.

« Mais ils ne se sont jamais inquiétés », a-t-il déclaré.

« Au lieu de cela, j’ai été menotté et emmené au poste de police. Là, ils ont eu neuf heures pour m’interroger, mais ils ne l’ont pas fait.

Il a finalement passé 32 heures en cellule d’isolement, sans autre raison apparente que d’être dans le même quartier que le Premier ministre.

« C’est juste de l’intimidation à l’état pur », a-t-il déclaré.

«Ils me poursuivent parce que je critique la NCTV. Ils voulaient juste m’abattre maintenant.

Après avoir été interrogé le lendemain, il a été autorisé à partir. « Pas d’excuses, rien. C’était une sorte d’erreur, merci, ça peut arriver et au revoir », a-t-il déclaré.

mercredi 29 septembre 2021

Par Alan Espoir

Brussels Times, 29/09/2021