L’Espagne et les USA appellent les opérateurs à éviter l’espace aérien du Sahara Occidental

Sahara Occidental, Maroc, Espagne, Iles Canaries, espace aérien, #Sahara, #Maroc, #FIR

Une nouvelle zone de conflit est en train d’émerger au Sahara occidental. Le pays est divisé en deux – le Maroc contrôle l’ouest, et le mouvement indépendantiste de la région, le Polisario, contrôle l’est. Le Polisario a déclaré la guerre au Maroc.

Le risque principal est lié aux tirs anti-aériens provenant du conflit. La FAA a publié une note avertissant que le Polisario a probablement accès à des armes anti-aériennes qui peuvent présenter un risque par inadvertance pour les avions civils jusqu’au FL120.

Le GCCC/Canarias FIR a publié un Notam avertissant les opérateurs d’éviter d’utiliser les voies aériennes au-dessus du Sahara Occidental en dessous du FL200.

Le risque secondaire est dû au manque de couverture ATC continue. Le Sahara Occidental ne contrôle pas son propre espace aérien – il tombe dans les deux FIR GCCC/Canarias et GOOO/Dakar, ce qui peut compliquer la gestion de l’espace aérien si le conflit s’intensifie.

La FAA conseille aux aéronefs opérant dans la région de rester en contact avec l’ATC et d’être préparé à d’éventuelles restrictions de l’espace aérien et à des réorientations.

Liste des avertissements actuels :
Source Référence Délivré Valable jusqu’au
Espagne Notam GCCC B6602/21 03 Sep 2021 01 Oct 2021
USA FAA Information Note Morocco/Western Sahara 19 Nov 2020 En cours

Safe AirSpace, 03/09/2021

Division de l’analyse des menaces de la FAA Maroc/Sahara occidental – Note d’information du 19 novembre 2020

Note : Ces informations sont fournies uniquement à des fins de connaissance de la situation et ne constituent pas un avis ou une interdiction de vol de la FAA.

Maroc / Sahara occidental – Préoccupations relatives aux conflits potentiels Le 13 novembre 2020, l’armée marocaine est entrée dans la bande tampon démilitarisée entre le Sahara occidental sous contrôle marocain et la Mauritanie et a dégagé les manifestants pro-Front Polisario qui bloquaient la route près de la ville de Guerguerat depuis le 21 octobre. Des centaines de camions passent chaque jour par le poste frontière de Guerguerat, ce qui fait de cette route une voie d’importation essentielle pour la Mauritanie. Le 14 novembre, le chef du Front Polisario, le mouvement indépendantiste du Sahara occidental, a déclaré que l’armée marocaine avait violé les termes du cessez-le-feu de 1991 en pénétrant dans la zone tampon démilitarisée. En conséquence, le Front Polisario a déclaré que le cessez-le-feu de 29 ans avec le Maroc était terminé, et a déclaré qu’il reprendrait immédiatement les opérations armées contre les forces militaires marocaines. Le Maroc a déclaré que ses opérations militaires étaient limitées et qu’il pensait que l’accord de cessez-le-feu restait en vigueur.

Dans des déclarations à la presse depuis le 14 novembre, le Front Polisario a affirmé que des systèmes d’avions sans pilote (UAS) de l’armée marocaine ont survolé des zones contrôlées par le Polisario. Le Front Polisario a mené des attaques indirectes contre des postes de sécurité marocains, mais aucun rapport ne fait état de tirs sol-air ou d’autres opérations de défense aérienne. Le Front Polisario a probablement encore accès aux anciens systèmes portatifs de défense aérienne SA-7 (MANPADS) et aux systèmes tactiques de missiles sol-air (SAM), y compris les SA-9, qui présentent un risque d’inadvertance à basse altitude pour l’aviation civile opérant dans la région contestée. Les MANPADS SA-7 et les SAM SA-9 présentent un risque jusqu’à 3 500 mètres/11 483 pieds.

Depuis que l’Espagne s’est retirée de son ancienne colonie en 1975, le Maroc et le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, se sont disputés le contrôle du Sahara Occidental. Pendant la guerre du Sahara occidental de 1975 à 1991, le Front Polisario a utilisé des SA-7 contre de nombreux avions militaires et civils, y compris plusieurs avions de chasse de l’Armée de l’air royale marocaine et un avion de transport Britten-Norman Defender de l’Armée de l’air mauritanienne. En 1985, le Front Polisario a mal identifié un avion civil biturbopropulseur Dornier Do 228 volant à 2 743 mètres et l’a abattu avec un SA-7 au-dessus du Sahara occidental, tuant les trois membres d’équipage. Le Front Polisario a affirmé plus tard avoir confondu l’avion civil immatriculé en Allemagne avec un avion de reconnaissance militaire marocain. En 1988, le Front Polisario a également utilisé des SA-7 lorsqu’il a abattu par erreur deux Douglas DC-7CF civils à 3.353 mètres/11.000 pieds entre Dakar, Sénégal, et Agadir, Maroc. Depuis 1991, la mission de maintien de la paix de l’ONU pour le référendum au Sahara Occidental (MINURSO) a surveillé le cessez-le-feu entre les parties le long d’un mur construit par le Maroc d’environ 1 400 kilomètres (869,9 miles) divisant le territoire contesté.

L’espace aérien au-dessus du Sahara Occidental tombe à la fois dans les régions d’information de vol (FIR) de Canarias (GCCC) et de Dakar (GOOO), ce qui pourrait compliquer la gestion de l’espace aérien en cas d’escalade du conflit. L’Administration fédérale de l’aviation (FAA) continue de surveiller de près l’environnement de risque pour l’aviation civile américaine dans la région. Les hostilités au Sahara Occidental peuvent s’intensifier rapidement avec peu ou pas d’avertissement. Les opérateurs civils doivent rester en communication avec les autorités de contrôle du trafic aérien appropriées, suivre de près les avis aux aviateurs (NOTAM) applicables, et être préparés à la possibilité de restrictions supplémentaires de l’espace aérien, de déroutements potentiels et d’attentes lorsqu’ils opèrent dans la région.

Des copies des Special Federal Aviation Regulations (SFAR), des NOTAM d’interdiction de vol et des NOTAM consultatifs émis par la FAA sont affichées à titre de référence sur le site Web de la FAA consacré aux interdictions, restrictions et avis à l’adresse suivante : http://www.faa.gov/air_traffic/publications/us_restrictions/. Un résumé des NOTAM d’interdiction de vol, des NOTAM consultatifs et des SFAR d’interdiction de vol actuellement émis par la FAA est également fourni en pièce jointe.

Préparé par : Division de l’analyse des menaces (AXE-200)
Coordonné par : État et TSA
Programmes de sécurité nationale et réponse aux incidents
Bureau de la sécurité et de la sûreté des matières dangereuses Federal Aviation Administration
Courriel : faa-watch@faa.gov

Source: Safe Airspace, 19/11/2020