La Libye à la croisée des chemins

Libye, élections, mercenaires, #Libye

La semaine dernière, j’ai visité la Libye à un moment critique. Les semaines à venir détermineront si l’espoir généré ces derniers temps se consolidera ou si des intérêts particuliers maintiendront le pays dans une situation d’incertitude, avec un grave danger d’un retour à la violence armée. Nous sommes prêts à faire notre part pour l’éviter.

Je suis allé plusieurs fois en Libye au cours des deux dernières années et je peux mesurer les progrès réalisés ces derniers temps vers la paix. Cependant, les divisions politiques et la fragmentation de la Libye définissent toujours un scénario compliqué, aggravé par l’absence de l’État dans une grande partie du pays. Dans ce contexte, la violence peut encore éclater à tout moment et s’intensifier rapidement. Aucun des acteurs ne peut remporter la victoire par lui-même, mais chacun peut provoquer les autres dans une confrontation directe.

Le chemin difficile vers les élections

La période de transition devrait se terminer sur Décembre 24 e avec les élections générales, mais le chemin vers eux se heurte à toutes sortes de difficultés et oppositions. Des efforts considérables seront nécessaires de la part des parties prenantes nationales et internationales pour s’assurer qu’elles se déroulent de manière libre, équitable et crédible et que tous en accepteraient les résultats. Cependant, une vision partagée pour l’avenir du pays, un but commun et un esprit de compromis parmi les Libyens ne peuvent être générés par la pression internationale, ou remplacés par des mécanismes procéduraux. Il appartiendra avant tout aux dirigeants libyens eux-mêmes de relever le défi pour leur pays.

« Une vision partagée pour l’avenir, un objectif commun et un esprit de compromis entre les Libyens ne peuvent être générés par la pression internationale. Ce sera avant tout aux dirigeants libyens eux-mêmes de relever le défi pour leur pays. »

Le Premier ministre Abdelhamid Dbeiba, en poste depuis mars de cette année, est le principal acteur chargé d’assurer le succès du processus politique dans cet environnement très complexe, avec les défis supplémentaires d’opérer sans contrôle sur la majorité du territoire, et donc loin, sans budget.

La paix en Libye changerait la donne régionale

La paix en Libye changerait également la donne régionale, étant donné sa situation stratégique en Méditerranée, au nord de l’Afrique et au Sahel, ainsi que sa taille et son potentiel économique. Avec une superficie équivalente à la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne réunies, une population de seulement 7 millions d’habitants et les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique, le destin de la Libye a le potentiel d’avoir un impact sur toute la région, à la fois en termes positifs et négatifs.

« En termes de sécurité, les risques que pose l’instabilité en Libye ne sont que trop évidents avec le nombre d’armes en circulation et le potentiel de ses vastes zones incontrôlées à devenir des refuges pour le terrorisme et le crime organisé. »

En termes de sécurité, les risques que pose l’instabilité en Libye ne sont que trop évidents avec le nombre d’armes en circulation et le potentiel de ses vastes zones incontrôlées à devenir des refuges pour le terrorisme et le crime organisé. La crise actuelle au Sahel a été déclenchée par les événements en Libye en 2011, et la mort récente du président tchadien Idriss Deby dans un affrontement avec des rebelles venant de Libye souligne clairement sa persistance. Avec la paix en Libye et un meilleur contrôle du sud du pays, la sécurité à Tunis, en Algérie, au Tchad, au Niger, au Soudan et, potentiellement, en Egypte serait fortement renforcée.

En termes économiques, la reconstruction de la Libye nécessitera un investissement d’environ 100 milliards de dollars. Le pays dispose de ressources substantielles provenant des exportations de pétrole, actuellement 1,2 million de barils par jour, ainsi que d’un fonds souverain d’une valeur de plus de 60 milliards de dollars. Une étude récente de l’ ONU CESAO estime que les gains totaux(le lien est externe) pour la région de la paix en Libye vaudra plus de 160 milliards de dollars sur la période 2021-2025 ; le chômage diminuerait d’environ 6 % en Tunisie, 9 % en Égypte et 14 % au Soudan. Ce sont des chiffres spectaculaires.

En termes de migration, l’impact de la paix en Libye serait également très important. Le pays accueillait environ 2,5 millions de travailleurs étrangers avant la révolution, et 3 millions seraient nécessaires dans les années à venir pour la reconstruction. Les envois de fonds ont atteint les 3 milliards de dollars en 2013, bénéficiant presque exclusivement aux voisins libyens, l’Égypte et la Tunisie.

« Il est difficile d’imaginer une politique unique de l’UE qui contribuerait aussi efficacement que la promotion de la paix et de la stabilité en Libye à la réalisation de nos priorités dans la région.

Compte tenu de ce potentiel, il est difficile d’imaginer une politique unique de l’UE qui contribuerait aussi efficacement que la promotion de la paix et de la stabilité en Libye à la réalisation de nos priorités dans la région. Cela nous amène à la question de savoir ce que nous pouvons mieux faire pour contribuer à la paix.

Dans un contexte de nation post-conflit, de renforcement des institutions et de reconstruction économique, notre aide pourrait être significative et les autorités libyennes sont tout à fait conscientes de notre volonté de nous engager. La gouvernance, y compris dans le domaine économique et sécuritaire, pourrait être un axe majeur de notre coopération. Cela ne nécessiterait pas d’importantes sommes d’aide, car la Libye est capable de financer son propre développement, mais avec nos États membres, nous pouvons avoir une valeur ajoutée en fournissant une expertise technique, en aidant à trouver des investissements étrangers et en nous coordonnant avec les institutions financières internationales.

La priorité immédiate : consolider la paix et la stabilité

Mais nous n’en sommes pas encore là. La priorité immédiate est de consolider la paix et la stabilité. Là aussi, l’Union européenne continue d’apporter une contribution importante à travers son opération navale Irini à la mise en œuvre de l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité des Nations unies et pourrait envisager davantage une assistance dans le domaine de la sécurité et de la défense dans un cadre de stabilisation des Nations unies.

Les élections de décembre constituent une étape clé pour avancer vers la réconciliation politique. La Mission d’appui des Nations Unies en Libye a pour mandat direct de servir de médiateur dans ce contexte, et nous soutenons fermement ses efforts.

Des pourparlers sont en cours dans les domaines politique, sécuritaire et économique

Des pourparlers sont en cours dans les domaines politique, sécuritaire et économique, et l’UE et les États membres y participent activement. En tant que coprésidents du groupe de travail économique (avec l’ONU, les États-Unis et l’Égypte), nous, en tant qu’UE, essayons en particulier de faire en sorte que l’économie devienne un moteur de paix plutôt qu’un moteur de conflit, comme cela a été le cas jusqu’à présent . Certains progrès ont été accomplis et l’accent est désormais mis sur l’unification des institutions économiques.

Cependant, nous devons renforcer ces pourparlers avec un sentiment d’urgence ; la dynamique actuelle ne fournira pas l’énergie politique nécessaire pour générer un accord politique durable. L’UE et les États membres devraient être en mesure d’avoir un impact plus efficace sur le processus, mais cela ne peut se produire que si nous agissons ensemble : l’UE a besoin d’une voix unique si elle veut apporter une contribution significative.

« L’UE et les États membres devraient être en mesure d’avoir un impact plus efficace sur le processus de paix en Libye, mais cela ne peut se produire que si nous agissons ensemble : l’UE a besoin d’une seule voix si elle veut apporter une contribution significative.

Un dernier mot sur la migration. Il faut d’abord comprendre la situation très particulière de la Libye. Elle partage plus de 4 000 km de frontières avec six pays (Égypte, Soudan, Tchad, Niger, Algérie et Tunisie), avec une population de plus de 200 millions d’habitants, tous nettement plus pauvres que les 7 millions de Libyens. Les frontières ne sont guère plus que des lignes dans le sable dans de nombreuses régions et, pour ne rien arranger, le fragile équilibre ethnique du Sud peut être affecté par les mouvements migratoires en provenance des pays voisins.

Les conditions humanitaires des migrants et des réfugiés doivent bien entendu être traitées d’urgence dans ce contexte. Les conditions épouvantables des centres de détention sont inacceptables, et l’amélioration du traitement des migrants sera au cœur de notre travail dans ce domaine.

« Les conditions humanitaires des migrants et des réfugiés doivent être traitées de toute urgence dans ce contexte. Les conditions épouvantables des centres de détention sont inacceptables, et l’amélioration du traitement des migrants sera au cœur de notre travail dans ce domaine.

Les autorités libyennes demandent clairement le renforcement du soutien de l’UE dans le sud du pays, en utilisant la mission d’assistance aux frontières de l’UE et nos autres outils pour parvenir à une approche intégrée liant la gestion et la sécurité des frontières à la création d’emplois et à l’amélioration des services de base. Il est cependant important de garder à l’esprit que, dans les circonstances actuelles, la situation sécuritaire dans la région ne permet pas d’établir une présence internationale stable sur le terrain.

Une approche plus équilibrée de la migration en Libye, déjà en discussion, devrait inclure une gestion efficace des frontières au nord et au sud du pays, la protection des migrants et réfugiés vulnérables, et la gouvernance des migrations, notamment en ce qui concerne les travailleurs étrangers nécessaires à la reconstruction.

Notre sécurité et notre prospérité sont clairement liées

La Libye est un acteur clé pour la stabilité de la Méditerranée, de l’Afrique du Nord et du Sahel. Notre sécurité et notre prospérité sont clairement liées : ce qui est bon pour la Libye est bon pour l’Europe. Nous sommes prêts à faire notre part et j’ai hâte de retourner bientôt en Libye.

Josep Borrell

EEAS, 13/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire