« Roi des pauvres »? La riche vie du roi du Maroc

Maroc, Mohammed VI, roi des pauvres, #Maroc,

Muhammad VI a promis de gouverner le Maroc comme l’un du peuple. Un nouveau livre révèle maintenant: Le roi vit dans 12 palais et dépense un million de dollars par an en nourriture.

Il aime que ses jouets préférés soient bien entretenus. En fait, Muhammad VI, roi du Maroc, est connu comme celui qui a fait voler son Aston Martin sur un avion Hercules vers un constructeur au Royaume-Uni, juste pour le faire dépanner. Plus de cinq millions de ses sujets vivent avec un dollar pendant environ une journée.

Mais « Sa Majesté », comme même les membres de sa famille immédiate doivent l’appeler, ne devrait pas se ménager ou lésiner sur lui-même, car la générosité de son peuple est sans limite. Il reçoit 40 millions de dollars par an de fonds publics sous forme de menues dépenses, qu’il dépense comme bon lui semble, selon les auteurs du livre « Le Roi Predateur ».

Le livre, publié à Paris, offre un rare aperçu de la vie extravagante de l’un des derniers rois absolus du monde. Il dépense un million de dollars par an en nourriture pour animaux et deux fois plus pour sa garde-robe.

Ses membres du personnel restent tout le temps dans ses 12 palais, s’assurant que la température est de 17 degrés et équipant l’endroit de tout type de délicatesse connue de l’homme, au cas où le roi voudrait passer pour une visite. Les palais coûtent au contribuable 1,5 million de dollars par jour, mais le roi n’en utilise que quatre.

Cette ostentation souligne le mystère du printemps arabe : comment les monarchies corrompues et libertines du Moyen-Orient ont-elles réussi à survivre à l’outrage qui s’est abattu sur d’autres régimes de la région ? De Bahreïn à la Jordanie, les émirs et les rois ont fait face à des protestations.

Aucun d’entre eux n’a cependant été contraint de fuir, comme le fils tunisien d’Ali, ou contraint à la démission, comme l’Egyptien Hosni Moubarak, ou capturé et tué comme Mouammar Kadhafi, l’ancien dictateur libyen. Les Marocains adorent leur roi de 48 ans, très différent des figures gériatriques et détachées qui ont gouverné l’Egypte et la Tunisie.

Un choix assez impressionnant de voitures

En 2002, il a épousé la princesse Lala Selma, qui a assisté au mariage du prince William l’année dernière et est la première épouse d’un roi marocain à être reconnue publiquement et à recevoir un titre royal. Mais la tolérance à l’égard des déchets royaux diminue, déclarent Catherine Gersite et Eric Laurent, les journalistes auteurs du livre, qui affirment avoir eu accès aux sources de la maison royale.

La cérémonie de couronnement du roi en 1999, au cours de laquelle il a été présenté au public comme « le roi des pauvres », semble être un lointain souvenir. Le « roi Midas », qui ne se contente pas de vider les caisses de l’État, domine également l’économie. Aujourd’hui, ses détracteurs l’appellent « le PDG de Morocco Ltd ». parce qu’il contrôle une si grande partie de l’agriculture et de l’industrie du pays par le biais de sociétés de portefeuille royales.

Fortune

Évalué à plus de trois milliards de dollars, il est plus riche que les dirigeants de nombreux pays pétroliers. « Il a pris le contrôle de tous les principaux secteurs de l’économie », a déclaré le livre. « Il contrôle les banques, les assurances, les exportations et la production agricole.

Son amour du luxe est évident dans sa collection de voitures scintillantes. « Presque chaque matin, il exige qu’on lui montre une douzaine de voitures de la collection pour qu’il puisse choisir celle qu’il veut utiliser. Ferrari, Aston Martin, Maybach… Il a une sélection assez impressionnante. »

Même dans le domaine de l’habillement, seuls les meilleurs le fournissent. Selon les rapports, il a déjà dépensé 55 000 $ pour un manteau en cachemire à Londres. Lors d’un voyage à l’étranger, il n’est pas rare de le trouver en compagnie de 300 invités éparpillés sur plusieurs avions. Dans son avion privé, il a sa propre salle de gym.

Tempérament instable

Le style de vie ostentatoire s’accompagne d’un tempérament instable et capricieux. Le roi, dont le père, le roi Hassan, le battait sévèrement, est connu pour ses crises de colère, au cours desquelles il maltraite ses assistants. Rien de tout cela n’empêche les personnalités françaises de lui plaire : beaucoup d’entre elles, comme Dominique Strauss-Kahn, l’homme politique socialiste impliqué dans des scandales, ont des appartements de vacances à Marrakech. Jacques Chirac, ancien président français et ami du père de Mahomet, se trouve souvent au bord de la piscine de l’hôtel Gazelle d’Or à Tarudant.

Le soutien français, cependant, n’a pas adouci les masses, et Mahomet, subtilement, a précédé la médecine dans les manifestations du printemps arabe en rédigeant la constitution de son pays et en donnant plus de pouvoir aux élus. En vertu des nouvelles lois, il a maintenu le contrôle de la sécurité, de l’armée et des affaires religieuses. Il sait que son peuple est en colère.

Selon des télégrammes de l’ambassade américaine révélés dans WikiLeaks, la corruption rampante a également pénétré le palais. Un ambassadeur s’est plaint dans un télégramme à Washington de la « cupidité repoussante des associés du roi ».

« L’Etat utilise d’importantes institutions étatiques pour extorquer des pots-de-vin dans le secteur immobilier », a déclaré un homme d’affaires marocain cité dans l’un des télégrammes. Inutile de dire que le palais rejette ces allégations et prétend qu’il s’agit de mensonges flagrants.

NRG, 12/03/2021