Nouveau chapitre de l’histoire ?

Etats-Unis, Ordre mondial, stratégie militaire, Chine, Russie, Proche Orient,

Que cache vraiment le rééquilibrage ou le nouveau façonnement de la stratégie militaire US, son déploiement militaire hors des frontières notamment, mené à la hussarde depuis l’installation du président Joe Biden à la Maison Blanche ?

Il est vrai que ce rééquilibrage était inscrit sur les tablettes des stratèges américains depuis quelques années, déjà, mais on assiste ces dernières semaines à des mouvements accélérés dans le cadre de ce recalibrage des relations qu’entretiennent les Etats-Unis avec de nombreux pays, avec lesquels les relations en question semblaient figées dans le temps, impossible à chambouler du jour au lendemain sans passer par des périodes chaotiques. Ce que les stratèges US ne doivent certainement pas ignorer.

L’épisode chaotique en cours après le retrait militaire des Etats-Unis d’Afghanistan, dans le sillage d’une présence militaire qui aura duré deux décennies, donne une idée sur l’abandon des américains d’une stratégie qui a fait long feu, ou qui a accompli une mission arrivée à sa fin. Et, le retour des Talibans au pouvoir en Afghanistan ne semble guère inquiéter les Etats-Unis, qui se déclarent seulement surpris par la rapidité de la chute de Kaboul. Tout comme la forte probabilité d’un basculement de ce pays du côté de la Chine et l’Iran, qui aurait autrefois dérangé au plus haut point Washington, est accueillie présentement le plus normalement du monde.

Le retrait militaire d’Irak également, qui sera effectif d’ici la fin de l’année en cours, même s’il ne serait pas similaire à tout point de vue à l’Afghanistan, en raison des institutions assez stables en place, le risque de l’influence iranienne dans ce pays n’est pas à écarter. Mais qui s’en souciait outre mesure ? Pas les américains, vraisemblablement tournés vers de nouveaux défis dans d’autres parties du monde, et qui n’en peuvent plus de supporter des dépenses énormes sans grands intérêts pour eux, du moins c’est ce qu’ils laissent penser. Et, il y a encore du « gros calibre » dans ces changements de la stratégie militaire US.

On croyait que la vieille politique américaine au Moyen-Orient serait inchangeable quels que soient les problèmes et humeurs du temps, mais on assiste là également à la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie militaire qui ne cadre pas avec les engagements américains. Les États-Unis d’Amérique qui ont entamé un retrait à grande échelle de leurs propres systèmes de défense aérienne et de défense antimissile déployés dans des pays du Moyen-Orient, ont accéléré la cadence depuis le mois de juin dernier avec le retrait des batteries antimissiles d’Irak, du Koweït, de Jordanie et d’Arabie saoudite, ainsi qu’un bouclier antimissile THAAD qui avait été déployé en Arabie saoudite. Et pour couronner l’opération, les américains ont retiré d’Arabie saoudite ces derniers jours leurs systèmes de défense antimissile les plus avancés, dont les batteries de missiles Patriot. Qui aurait pensé qu’on en arriverait à ce stade ?

Quand on sait que chaque batterie antimissile exige la présence de plusieurs centaines de militaires, leur retrait signifie la fin de mission pour de milliers de soldats américains au Moyen-Orient. Ces pays, dont l’Arabie Saoudite, vont se tourner vers la Chine et la Russie pour acquérir de nouveaux systèmes de défense antiaérienne, les Etats-Unis ne peuvent que trop le savoir, mais cela ne semble pas leur causer trop d’inquiétudes. Sommes-nous témoins de l’ouverture d’un nouveau chapitre de l’histoire des relations internationales ?

Abdelkrim Zerzouri

Le Quotidien d’Oran, 13/09/2021