L’accréditation d’Israël auprès de l’UA divise l’Afrique

Union Africaine, UA, Israël, Afrique,

De nombreux États africains s’attardent sur le retour d’Israël à l’Union africaine en tant qu’observateur.

Israël cherche depuis longtemps à reprendre sa position d’État observateur auprès de l’Union africaine (UA). Il avait ce statut auprès de l’Organisation de l’unité africaine jusqu’à ce que cet organe continental devienne l’UA en 2002. Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a maintenant ouvert à nouveau la porte à Israël – et tout le monde ne salue pas sa décision.

Mais quelle est l’importance de cette question pour l’Afrique et l’UA, et suggère-t-elle des changements significatifs dans les relations du continent avec Israël ?

Si son accréditation n’est pas annulée, Israël rejoindra une liste croissante de plus de 90 partenaires externes approuvés par l’UA. Il aura un accès limité aux documents de l’UA et siègera en tant qu’observateur lorsqu’il sera invité aux réunions. Les États et organisations non africains accrédités sont censés soutenir le travail de l’UA dans l’esprit de ses principes fondateurs .

La plupart des gouvernements africains sont restés silencieux sur la décision de Faki en juillet. Cela pourrait indiquer l’influence croissante d’Israël sur le continent en raison de l’évolution de la dynamique mondiale, en particulier la normalisation des relations avec plusieurs pays arabes en 2020.

Mais cette décision a bouleversé 21 des 55 États de l’UA, dont certains sont membres de la Ligue des États arabes et de la Communauté de développement de l’Afrique australe – à tel point que la question sera réévaluée lors de la réunion des ministres africains des Affaires étrangères en octobre.

La demande d’accréditation d’Israël fait suite à une amélioration de ses relations avec certains membres de la Ligue des États arabes, dont le Maroc et le Soudan. Mais plusieurs pays d’Afrique australe et du nord s’opposent à ce qu’ils considèrent comme la décision unilatérale de Faki de recevoir les lettres de créance de l’ambassadeur d’Israël en Éthiopie, au Burundi et au Tchad sans consultation adéquate avec les États membres de l’UA.

La plupart de l’opposition est basée sur des préoccupations politiques et procédurales. La base juridique de l’accréditation de l’UA suit les critères d’octroi du statut d’observateur, sur la base d’un système adopté par le Conseil exécutif en 2005.

Ce système permet aux États non africains de participer aux sessions ouvertes du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA et aux sessions d’ouverture et de clôture des sommets de l’UA. Les États ont également un accès limité aux documents de l’UA et peuvent être invités par le président de la commission à participer aux réunions et à faire des déclarations. Ils ne peuvent cependant pas voter.

Les critères permettent au président d’examiner les demandes d’accréditation, « en gardant à l’esprit l’intérêt suprême de l’Union et les opinions et préoccupations connues des États membres ». Ce n’est que s’ils sont convaincus qu’«il n’y a aucune raison de ne pas accéder à une telle demande» qu’elle sera approuvée.

Les pays qui ont critiqué la décision de Faki affirment qu’il est peu probable que tous les États membres africains soutiennent l’accréditation d’Israël, étant donné la position politique de l’UA sur la Palestine. L’UA a appelé à « la fin de l’occupation israélienne qui a commencé en 1967, [et] l’indépendance de l’État de Palestine sur les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale ».

Ceux qui s’opposent à Faki sur la question disent que l’UA a rejeté deux demandes précédentes d’Israël en 2013 et 2016 pour cette raison. Comme la situation en Palestine n’a pas changé, soutiennent-ils, le statut d’Israël ne devrait pas non plus. Ils affirment que cette décision serait contraire aux principes fondateurs et à la vision de l’UA. Cependant, plusieurs de ces États, dont l’Afrique du Sud et le Botswana, entretiennent des relations bilatérales avec Israël. Cela soulève des questions sur leurs objections à ce que le continent entretienne des relations avec Israël.

En réponse aux critiques début août, Faki a reconnu l’engagement continu de l’UA en faveur d’une solution à deux États pour la Palestine, mais a fait valoir que l’accréditation relevait de son mandat. Il a également souligné que plus de 40 États membres de l’UA ont des relations bilatérales avec Israël et ne peuvent pas s’opposer à son changement de statut.

Israël a, ces dernières années, normalisé ses relations avec de nombreux pays africains à mesure que son intérêt pour le continent s’est accru et que la politique régionale et mondiale a évolué en sa faveur . L’amélioration des relations avec le Soudan et le Maroc en 2020 a fait suite à une série d’accords de coopération entre Israël et les États arabes, négociés par les États-Unis.

Les partisans d’Israël dans le débat sur l’accréditation comparent la situation à l’ occupation par le Royaume-Uni (Royaume-Uni) des îles Chagos à Maurice. Les dirigeants africains ont toujours appelé à la décolonisation de la Palestine de l’occupation israélienne, comme ils l’ont fait dans le cas des îles. Mais comme l’accréditation du Royaume-Uni auprès de l’UA n’a jamais fait l’objet d’un examen minutieux, celle d’Israël non plus, soutiennent-ils.

Les règles et procédures de l’UA exigent que si même un État membre s’oppose à l’accréditation d’un État non africain, le Conseil exécutif doit décider. Compte tenu de l’absence actuelle de consensus, la question sera soumise à un vote. Si les membres conviennent que la question est procédurale, un vote à la majorité simple par un quorum des deux tiers décidera du statut d’Israël. Dans le cas contraire, une majorité des deux tiers est requise.

À l’approche de la réunion des ministres des Affaires étrangères d’octobre, les opposants et partisans d’Israël font pression pour obtenir leur soutien. Si des États ayant des relations bilatérales avec Israël s’opposent ouvertement à son statut, d’autres pourraient emboîter le pas si la question est soumise à un vote secret.

Après avoir attendu près de 20 ans, l’accréditation de l’UA serait un triomphe de politique étrangère pour Israël. Même si les pays africains continueront d’appeler à une solution politique à l’impasse israélo-palestinienne, les relations avec le continent pourraient se renforcer malgré les incertitudes actuelles.

Au-delà de discuter de l’accréditation d’Israël, le Conseil exécutif de l’UA devrait réfléchir à la manière dont ceux qui reçoivent ce statut contribuent aux priorités de l’organe continental. Le CPS devrait être chargé d’examiner le rôle et l’impact des partenaires extérieurs dans les efforts de l’Afrique pour parvenir à la paix et à la sécurité.

SHEWIT WOLDEMICHAEL

Institute for African Studies, 09/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire