Ammar Belhimer : «L’Algérie a démasqué traîtres»

Algérie, Maroc, Israël, Sionisme, #Algérie, #Maroc,

Ammar Belhimer évoque l’alliance maroco-sioniste: «L’Algérie a démasqué traîtres»

Un grand effort est déployé en Algérie même. Des complots qui se tramaient contre l’Algérie ont été déjoués. La perspicacité de ces experts algériens a permis de «démasquer les parties étrangères qui se cachent derrière, ainsi que leurs agents traîtres».

La diplomatie algérienne revient en force, ces derniers temps. C’est un fait établi que le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, met en évidence dans un entretien accordé au quotidien Aldjazaïr Elyoum. Cette conviction, le ministre l’argumente de fort belle manière en soulignant la force de la politique étrangère du pays est axée sur «l’action proactive». M.Belhimer explique cette posture comme un renforcement du «rôle de l’Algérie aux plans, régional et international, et la vision prospective dans la lecture et la compréhension des différents développements permettant de les traiter avec la méthodologie adéquate, au moment opportun».

Cette approche qui a largement montré son efficacité repose sur l’expertise de «cadres qui ont engrangé une vaste expérience qui devrait leur permettre d’accompagner utilement et collectivement le ministre des Affaires étrangères». Le ministre révèle qu’un grand travail est mené par des «compétences nationales, toutes spécialités confondues». Un bataillon d’hommes et de femmes qui «sont à pied d’œuvre pour procéder à une analyse objective et sérieuse de la réalité». Il y a, pour ainsi dire, un grand effort qui est déployé en Algérie même et a porté ses fruits puisque, affirme M.Belhimer, des complots qui se tramaient contre l’Algérie ont été déjoués. La perspicacité de ces experts algériens a permis de «démasquer les parties étrangères qui se cachent derrière, ainsi que leurs agents traîtres». La révélation est de taille.

Dans le même chapitre et abordant le volet espionnage, le ministre a mis en exergue l’existence depuis deux ans environ l’opération d’espionnage maroco-sioniste. Evoquant le programme Pegasus, M.Belhimer affirme que le grand scandale maroco-sioniste «vient confirmer nos affirmations sur cette dangereuse opération d’espionnage, qui n’est pas la première du genre.»

Sur le cyber-harcèlement dont est victime l’Algérie à travers les faux comptes sur les réseaux sociaux et les fausses informations destiné à provoquer le chaos dans le pays, le ministre a indiqué que l’administration de Facebook avait confié la détection des fake-news relatives à l’Algérie à des médias étrangers, une décision à laquelle «nous nous sommes opposés en prenant des mesures pratiques consistant en la formation d’un groupe de suivi et d’évaluation, sous la supervision du ministère de la Communication avec la participation de représentants de nombre de secteurs, d’organismes et d’institutions concernés».

Mais il reste que cette campagne anti-Algérie est bel et bien orchestrée à partir de Rabat. Ceci amène M.Belhimer à noter que «l’achat des consciences par le régime marocain n’est pas surprenant, car il a coutume d’user de telles méthodes immorales», faisant savoir que «les médias internationaux dont une partie s’est lancée dans ce sale jeu sont très au fait des méthodes du Maroc, notamment des chantages et pots-de-vin, en vue d’influencer les positions soutenant la légalité internationale et le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ainsi que son recours à tous les moyens pour ternir la réputation de l’Algérie».

Le ministre a par ailleurs insisté sur «la faillite des laboratoires de la conspiration maroco-sioniste visant à influencer l’opinion publique et à démoraliser le peuple algérien, car ils se heurtent toujours à un front interne uni et conscient de ce qui se trame contre lui».

A une question sur le secteur de la communication, M. Belhimer a affirmé que le secteur «s’emploie à contribuer à la consolidation de la prise de conscience des citoyens et à leur immunisation contre les contre-vérités et les mensonges des mouches électroniques dissimulées sur les réseaux sociaux derrière des masques, de faux slogans et des identités numériques qui s’acharnent à cibler la légitimité de l’Etat». Il relèvera à ce propos que «la cyberguerre visant la légitimité de l’Etat et ses institutions s’intensifie à l’approche de certaines dates à l’instar de l’anniversaire des évènements du 5 octobre».

Enfin, il a estimé que «la fermeture temporaire ou définitive de certaines chaînes de télévision privées entre dans le cadre des missions et prérogatives de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV), prévues dans la loi sur l’audiovisuel». Il signalera que «les raisons de leur fermeture étaient strictement professionnelles et objectives».

Anissa Mesdouf

Ouest Tribune,08/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire