Le G7 appelle au retour à l’ordre constitutionnel en Tunisie

Tunisie, G7, Kaïs Saïed, #Tunisie, ordre constitutionnel,

TUNIS, 6 sept (Reuters) – Les ambassadeurs du groupe des économies avancées du G7 ont exhorté lundi le président tunisien à nommer d’urgence un nouveau chef du gouvernement et à revenir à un ordre constitutionnel dans lequel un parlement élu joue un rôle important.

La déclaration, publiée par l’ambassade britannique sur les réseaux sociaux, est l’expression publique la plus importante du malaise des grandes démocraties depuis que le président Kais Saied a pris le pouvoir en juillet par des mesures que ses opposants ont qualifiées de coup d’État.

« Nous soulignons le besoin urgent de nommer un nouveau chef de gouvernement pour former un gouvernement capable de faire face aux crises économiques et sanitaires immédiates auxquelles la Tunisie est confrontée », indique le communiqué.

Saied n’a pas commenté directement la déclaration du G7. Mais dans des remarques plus tard lundi à la Garde nationale, il a déclaré: « La Tunisie est un pays souverain et la souveraineté appartient au peuple ».

Les démocraties occidentales ont été parmi les donateurs les plus importants qui ont aidé à soutenir les finances publiques tunisiennes au cours de la dernière décennie alors que l’économie s’est effondrée depuis la révolution de 2011 qui a introduit la démocratie.

Saied, qui a été élu en 2019, a déclaré le 25 juillet qu’il gelait le Parlement, levait l’immunité de ses membres, limogeait le Premier ministre et qu’il assumerait le pouvoir exécutif aux côtés d’un nouveau Premier ministre.

Il a déclaré que son intervention était conforme à la constitution et rendue nécessaire par une urgence nationale en raison de la paralysie politique, des taux élevés de COVID-19 et des manifestations. Il a juré que les droits ne seraient pas affectés.

Six semaines plus tard, cependant, il n’a pas nommé de Premier ministre ni dit ce qu’il envisage de faire, a indéfiniment annulé les mesures d’urgence et a déclaré qu’il ne pouvait y avoir « pas de retour en arrière », tandis que les Tunisiens spéculent sur s’il modifiera la constitution.

Le communiqué du G7 a déclaré que la nomination d’un Premier ministre « créerait un espace pour un dialogue inclusif sur les réformes constitutionnelles et électorales proposées » et a ajouté que les valeurs démocratiques resteraient au cœur de leurs relations avec la Tunisie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire