DW: Au Maroc, des élections avec peu de perspectives de changement

Maroc, élections, PJD, #Maroc,

Des élections législatives auront lieu au Maroc ce mercredi. La famille royale a encore le dernier mot sur les questions importantes, tandis que les islamistes sont affaiblis par une astuce mathématique.

Mercredi, les Marocains décideront de la composition de leur nouveau parlement. Ses 395 sièges sont rééligibles selon la nouvelle loi électorale. Les électeurs marocains sont habitués à ses fréquents changements. Mais un point de la dernière réforme a suscité de vives discussions, à savoir la modification du soi-disant coefficient électoral.

Cela entraîne une modification importante : si la base de calcul pour la répartition des sièges parlementaires était auparavant le nombre de ceux qui sont effectivement allés voter, il faudrait maintenant utiliser le nombre de ceux qui ont fondamentalement le droit de voter – y compris les citoyens qui ont pas exercé leur droit de vote. Selon les analystes, les circonscriptions ne sont calculées de cette façon dans aucun autre pays du monde.

Loi électorale modifiée

« En théorie, aucun parti ne pourra plus obtenir plus d’un siège par circonscription », écrit l’analyste Rania Elghazouli dans un article sur le site Internet de la Fondation Friedrich Naumann. . « Mathématiquement, aucun parti politique ne pourra obtenir plus de 100 sièges au parlement. Cela rend très difficile de trouver un vainqueur clair.

Le Parti islamiste modéré pour la justice et le développement (PJD) – il a reçu le plus de voix lors des deux dernières élections – devrait perdre jusqu’à un tiers de ses sièges précédents. En retour, les petits partis en particulier auront désormais plus de chances d’entrer au parlement. Cependant, certains partis établis, comme le principal concurrent du PJD, le Parti pour l’authenticité et la modernité (PAM), favorable à la monarchie, devraient également bénéficier du changement.

« Division et contrôle »

Au Maroc, il y a toujours eu des restrictions similaires, explique le politologue Mohamed Daadaoui de l’université d’Oklahoma City, spécialisé dans le Maghreb. La maison royale opère une stratégie de « restriction, confinement, division et contrôle » vis-à-vis des partis politiques. La famille royale veut s’assurer qu’elle a toujours le dernier mot sur les questions importantes, a déclaré Daadaoui à DW.

Selon Daadaoui, personne ne pourrait obtenir une majorité puissante pour lui-même en vertu de la réglementation actuellement en vigueur. La nécessité d’obtenir une majorité oblige à former des coalitions avec des partis politiquement très différents. « La modification du coefficient électoral rend également cela difficile ».

Les élections ne devraient pas changer grand-chose dans l’évolution politique du Maroc, s’attend l’analyste. « Au lieu de cela, ils servent principalement à légitimer le régime et le système existants. Ils sont conçus de manière à ce que leur résultat n’ait pas un impact politique trop important. »

Faible participation attendue

Le taux de participation était dû à la déception du système politique et aussi en raison de la pandémie de COVID-19, la encore plus faible que lors des dernières élections de 2016, prédit Daadaoui. À cette époque, seulement 43 pour cent des personnes éligibles avaient voté.

En fait, l’Institut marocain d’analyse politique s’attend cette fois à une participation d’un peu moins d’un tiers : seulement 32 % des quelque 1 400 personnes interrogées avaient l’intention de voter, informe l’institut sur les résultats d’un sondage. En outre, les trois quarts – 74% des personnes interrogées – ont déclaré ne pas faire confiance aux partis politiques. 70 pour cent ont également déclaré qu’ils n’avaient aucune confiance globale dans le parlement.

Des pans importants de la société marocaine continuent de faire pression pour des réformes et plus de droits civiques . Mais l’expert Daadaoui ne s’attend pas à des troubles au cours des élections. « Ce ne sont pas les premières élections qui ont peu de chances d’avoir des conséquences politiques », a déclaré l’analyste. « Les gens savent d’avance que les élections auront un impact limité et, surtout, serviront à entretenir la façade. »

Peu de confiance dans les représentants du peuple

Khadija, une étudiante de 28 ans originaire de Rabat, le voit de manière très similaire. « Lorsque les Marocains votent, ils espèrent fondamentalement des changements », a-t-elle déclaré lors d’une conversation avec DW. « Mais finalement, nous remarquons qu’il n’y a pas eu de grand changement. »

« Nous avons besoin de députés qui travaillent pour le pays et pas seulement pour eux-mêmes », a ajouté Zakaria, un fonctionnaire de 38 ans. « Les gens sont fatigués de constater encore et encore que les élections n’apportent pas de changement. »

Bauke Baumann, chef du bureau de la Fondation allemande Heinrich Böll à Rabat, tire une conclusion similaire. « Je n’ai encore rencontré personne qui combine un changement de gouvernement avec la perspective de changements politiques sérieux », a déclaré Baumann.

Cependant, Baumann voit également des aspects positifs dans le vote à venir. Les attentes des électeurs sont faibles. Néanmoins, Baumann espère que le nouveau gouvernement sera en mesure de mettre en œuvre le modèle de développement national annoncé en mai de cette année.

« Question de volonté politique »

Le plan d’aménagement a été élaboré par le roi Mohammed VI. commandé par moi-même. Il comprend des objectifs ambitieux tels que l’augmentation des revenus, l’augmentation des investissements privés, une meilleure gestion des ressources naturelles du pays et l’augmentation du taux d’emploi des femmes. Il veut aussi remédier aux doléances sociales comme les mariages de mineurs et favoriser de manière générale l’intégration sociale.

« Il serait important que le nouveau gouvernement mette en œuvre les recommandations de ce rapport », déclare Baumann. « La question est de savoir dans quelle mesure les recommandations peuvent réellement être mises en œuvre. Car c’est bien sûr aussi une question de volonté politique – du gouvernement ainsi que de toutes les autres institutions. »

DW, 07/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire