L’Europe et la peur d’ouvrir la porte au terrorisme islamiste

Europe, Union Européenne, terrorisme, islamisme, Maroc, Algérie, Tunisie, Mauritanie, Libye, Afghanistan,

Le Vieux Continent est entouré par l’instabilité de certains pays et l’infiltration de djihadistes parmi les réfugiés.

La Libye, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, le Sahara occidental, la Mauritanie, l’ouest géographique du monde arabe, le Maghreb – « le lieu où le soleil se couche » en langue arabe – sont en première ligne de l’instabilité islamiste après la chute de l’Afghanistan, projetant sur l’Espagne et toute l’Europe méditerranéenne l’ombre de menaces inquiétantes, de l’immigration indésirable au terrorisme.

Iyad Ag Ghaly, le leader du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, une coalition de gangs et d’organisations islamistes liés à Al-Qaïda dans la vaste zone désertique du Sahel, a été l’un des premiers à réagir à la chute de Kaboul : ‘ Rendons hommage et tirons les leçons du nouvel « émirat » islamique d’Afghanistan, après le retrait des troupes d’invasion américaines, fruit final de nombreuses années de combat. La réaction d’Ag Ghaly est hautement symbolique à plus d’un titre : le personnage, malien de naissance, a consacré toute sa vie à la lutte armée contre la France (grande puissance tutélaire dans l’ouest du Sahel, où il a déployé plus de 5 000 soldats depuis 2014). Il est en contact avec toutes les familles de l’islamisme subversif depuis de nombreuses années, en Afrique, au Moyen-Orient et en Afghanistan, transitant, du Mali au Liban, en passant par la Libye, le pion le plus fragile et le plus instable de tout le Maghreb.

Libye : infiltrée par les affiliés de Daech

En Libye, la mise en place d’un régime islamiste en Afghanistan a été perçue comme un « indicateur de tendance » par un gouvernement qui se trouve dans une situation précaire et instable. Entre 2014 et 2020, le pays a connu une guerre civile partiellement inachevée, le gouvernement étant harcelé de toutes parts et, en particulier, par des gangs islamistes dans l’est du pays, où en 2014 l’État islamique autoproclamé de Libye a été créé avec l’objectif spécifique d’établir un « califat » islamique dans tout le Maghreb. Ce groupe libyen fait partie de l’archipel subversif de Daech.

Dans la ville libyenne de Zliten se trouve la légendaire mosquée Al-Asmariya, officiellement présentée comme l’Université des sciences islamiques, l’un des grands centres de l’islam soufi, comparable à la mosquée Al Azahar, au Caire, ou à la Grande mosquée d’Oujda au Maroc. .

La Libye est à la fois un drain pour les immigrés et les islamistes africains et une base d’opérations djihadistes. Bien avant la chute de l’Afghanistan, le chercheur Jesús A. Núñez Villaverde, commentait pour le Royal Elcano Institute la situation libyenne en ces termes : « L’idée que la Libye continue de s’enfoncer dans un abîme s’impose. La Libye est aujourd’hui un territoire atomisé dans lequel personne ne représente vraiment personne et dans lequel la grande majorité des acteurs en jeu ne cherchent qu’à lutter avec ce qui est à tout moment à leur portée ». Depuis des semaines, les chefs de guerre des organisations et gangs islamistes harcèlent le fragile gouvernement libyen, dans une situation très précaire.

Tunisie : Corruption et instabilité

Le président par intérim de la Tunisie en juillet dernier a donné quelque chose de très similaire à un coup d’État, pour prendre tous les pouvoirs et contrôler Ennahdha, le premier parti d’opposition islamiste. La corruption, l’instabilité et l’incertitude favorisent les bouleversements islamistes.

Ennahdha est un parti islamiste conservateur, créé à l’image et à la ressemblance des Frères musulmans égyptiens, avec une présence historique exceptionnelle dans la société tunisienne, en conflit et tension permanente avec tous les gouvernements officiels. Assumant tous les pouvoirs, Kaïs Saied, chef de l’Etat tunisien, sépare les islamistes des centres de pouvoir. Les optimistes espèrent qu’un nouvel homme fort réussira à préserver la stabilité tunisienne.

Marek Halter, écrivain, essayiste, connaissant bien les conflits au Moyen-Orient et au Maghreb, commente après une récente visite en Tunisie : « La corruption et l’islamisation forcée ont fait des ravages, elles ont sapé la vie politique tunisienne. Moncef Marzouki, qui fut le premier président de la République démocratique tunisienne, ajoute : « La révolution tunisienne qui promettait la liberté et le progrès a échoué parce que les islamistes ont soutenu la contre-révolution. L’actuel président a effectué un coup d’État. Personne ne sait ce qui se passera demain.

Algérie : les échos de la guerre civile résonnent

En Algérie, les islamistes ont annoncé leur triomphe aux élections de juin dernier. Le gouvernement n’a pas clarifié les résultats finaux avec précision. Les islamistes avaient déjà remporté une élection en 1990/91. Le gouvernement n’a pas accepté ce triomphe. Une guerre civile a éclaté qui a duré jusqu’en 2002, faisant plus de 200 000 morts. La corruption et la misère continuent d’être le terreau où l’islamisme reste une menace forte.

Il y a tout juste dix jours, le ministère algérien de la Défense publiait ce bref communiqué : « Dans le cadre de notre lutte contre le terrorisme, les forces de l’Armée nationale populaire ont capturé un dangereux terroriste, Laouar Fahim, connu de Naïm, qui travaillait pour le groupes terroristes depuis 1994′. L’islamiste détenu avait en sa possession des armes, des munitions et quelque 5 000 euros, une somme exceptionnelle dans les déserts algériens, qui servent de pont entre le Sahel et la Méditerranée. Au cours des six premiers mois de cette année, l’armée algérienne a abattu une dizaine de terroristes islamistes. La guerre civile, religieuse, islamiste de la fin du 20e siècle a fait plus de 200 000 morts. Le nouvel « émirat » afghan nourrit de sanglants espoirs islamistes.

« L’islamisme le plus radical a conquis un pays, l’Afghanistan, et cette victoire résonne dans tout le monde musulman »
Kamel Daoud, essayiste d’origine algérienne, commente ainsi l’évolution des crises : « L’islamisme le plus radical a conquis un pays, l’Afghanistan, et cette victoire résonne dans tout le monde musulman. En Algérie, la deuxième chute de Kaboul aux mains des barbares n’est pas très excitante. Depuis la guerre civile entre les islamistes et le régime, l’héritage des « pères » djihadistes, les « Afghans » algériens, rentrés de l’école de guerre en Afghanistan, n’est pas oublié. De nombreuses élites algériennes sont tentées de fuir, de s’exiler, craignant les crises à venir, victimes d’attaques de désespoir contenu ».

Maroc : en attendant les élections

Le Parti marocain de la justice et du développement (PJDM) est officiellement un « parti islamiste non-révolutionnaire ». Il fait partie de la coalition gouvernementale et il reste à voir comment il évoluera après les élections de mercredi. Pendant des années, les dirigeants marocains ont déclaré que Rabat partage avec Paris la peur de la croissance et des menaces de l’islamisme radical.

Youssef Chiheb, politologue marocain, insiste sur ce point : « L’islamisme radical est un ennemi commun, pour la France, pour le Maroc, pour tout le Maghreb. D’où la nécessité de coopérer dans les domaines les plus sensibles. Il n’échappe pas à Chiheb, en même temps, que le PJDM, le parti islamiste marocain, a une vision de la « démocratie islamique » plus ou moins similaire à celle de Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie. Une nuance qui n’est pas forcément rassurante. La crise récente à Ceuta donne une première idée des proportions inflammables que pourrait avoir une croissance incontrôlée de l’islamisme conservateur marocain.

Mauritanie : Installée dans l’opposition

En Mauritanie, le premier parti d’opposition est un parti islamiste et le gouvernement s’enflamme contre ceux qui osent critiquer l’islam, justifiant la colère de ceux qui ont tué pour défendre leur religion contre les auteurs des caricatures de Mahomet.

La Mauritanie est un État islamique fragile, un bouchon et un drain pour les gangs djihadistes de l’immense bande saharienne du Sahel, où opèrent de nombreux gangs et organisations terroristes, proches des différents affiliés de Daech et d’Al Qaida.

L’installation d’un « émirat » islamiste, les talibans, en Afghanistan, d’où opèrent d’autres familles de l’islam subversif et terroriste, peut être une menace universelle.

La croissance et la propagation de l’islamisme, entre le Sahel et l’ensemble du Grand Maghreb, de la Libye à la Mauritanie, menacent bien plus étroitement toute l’Europe méditerranéenne, à commencer par l’Espagne bien sûr.

Juan Pedro Quiñonero

ABC, 05/09/2021

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire