Des centaines de Gazaouis protestent contre le blocus à la frontière israélienne

Palestine, Israël, Gaza,

JERUSALEM (AP) – Des centaines de Palestiniens se sont rassemblés dimanche soir le long de la barrière de séparation avec Israël, mettant le feu à des pneus et lançant des explosifs, alors que les dirigeants du Hamas de Gaza poursuivaient leur campagne visant à faire pression sur Israël pour qu’il allège le blocus étouffant du territoire. Un manifestant a été modérément blessé par des tirs israéliens.

Il s’agissait de la deuxième manifestation nocturne consécutive à la frontière et elle s’est déroulée quelques heures après que des avions de guerre israéliens aient effectué une série de frappes aériennes sur des cibles présumées du Hamas en réponse aux troubles. Les responsables du Hamas ont promis d’organiser des manifestations nocturnes toute la semaine.

« L’occupation sioniste supporte toutes les répercussions et conséquences du renforcement du siège de Gaza et de l’escalade de la crise humanitaire parmi ses résidents », a déclaré le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum. « Aucun calme ou stabilité ne sera atteint tant que notre peuple n’aura pas une vie libre et digne ».

L’armée israélienne a déclaré que les manifestants avaient mis le feu à des pneus et lancé des explosifs en direction des troupes israéliennes, et que ses forces avaient pris des mesures non précisées pour disperser la foule. Le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu’un manifestant avait été blessé par balle et souffrait de blessures modérées. Aucun autre détail n’était disponible dans l’immédiat.

Israël, avec l’aide de l’Égypte, maintient un blocus strict sur Gaza depuis que le Hamas a pris le contrôle du territoire en 2007, un an après avoir remporté les élections palestiniennes.

Israël affirme que la fermeture, qui restreint fortement la circulation des biens et des personnes à l’entrée et à la sortie de Gaza, est nécessaire pour empêcher le Hamas de renforcer ses capacités militaires. Ses détracteurs affirment que cette fermeture, qui a dévasté l’économie, équivaut à une punition collective.

Israël a renforcé le blocus depuis une guerre de 11 jours contre le Hamas en mai, tandis que l’Égypte tente de négocier un cessez-le-feu à long terme. Israël a exigé du Hamas qu’il rende les restes de deux soldats morts et qu’il libère deux civils israéliens captifs en échange d’un assouplissement du blocus.

Le Hamas est de plus en plus furieux de l’absence de progrès dans les pourparlers de cessez-le-feu. Ces dernières semaines, ses agents ont lancé une série de ballons incendiaires de l’autre côté de la frontière, provoquant une série d’incendies dans le sud d’Israël.

Le Hamas a également autorisé un certain nombre de manifestations violentes le long de la frontière.

Deux Palestiniens, dont un garçon de 12 ans et un militant du Hamas, ont été tués par des tirs israéliens, tandis qu’un soldat israélien a été grièvement blessé lorsqu’un militant lui a tiré une balle dans la tête à bout portant au cours de l’une de ces manifestations.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, s’exprimant avant son retour en Israël depuis Washington, a déclaré que la pression sur le Hamas se poursuivrait.

« Nous opérerons à Gaza en fonction de nos intérêts », a-t-il déclaré en hébreu sur le tarmac.

Israël et le Hamas sont des ennemis acharnés qui se sont livrés quatre guerres depuis que le Hamas a pris le pouvoir, la dernière en mai.

Selon le ministère de la santé de Gaza, au moins 260 Palestiniens ont été tués pendant la guerre Hamas-Israël de mai, dont 67 enfants et 39 femmes. Le Hamas a reconnu la mort de 80 militants. Douze civils, dont deux enfants, ont été tués en Israël, ainsi qu’un soldat.