Maroc-Algérie: Fini la fausse normalité (Edito du Moudjahid)

Algérie, Maroc, Kabylie, MAK, Sahara Occidental,

«L’Algérie refuse de continuer à entretenir une fausse normalité ayant pour effet de maintenir l’ensemble maghrébin dans une situation de grave précarité, en porte-à-faux par rapport au droit international.»

Trop d’attaques, d’invectives et de manquements flagrants aux règles de bon voisinage, de fuites en avant, de complots contre l’Algérie, son peuple et ses dirigeants ne peuvent avoir qu’une réplique cinglante : la rupture des relations diplomatiques. Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, l’a annoncé, hier à Alger.

Cette décision est mûrement réfléchie. Le chef de la diplomatie algérienne l’a abondamment explicitée et en a exposé les raisons.

Le Royaume du Maroc a fait de son territoire une franchise diplomatique et une tête de pont pour planifier, organiser et soutenir une série d’actions hostiles et caractérisées contre l’Algérie. «Depuis 1948, aucun responsable israélien n’a fait de déclaration hostile à un pays arabe à partir d’un autre pays arabe», s’est indigné Ramtane Lamamra, faisant référence aux propos hostiles d’un responsable de l’entité sioniste envers l’Algérie, lors d’une récente visite à Rabat. Aussi, la réaction de notre État est logique.

La dernière réunion du Haut Conseil de Sécurité, présidée par le président de la République, a souligné que les actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc contre l’Algérie ont nécessité la révision des relations entre les deux pays et l’intensification des contrôles sécuritaires aux frontières Ouest.

Rabat fomente des crises en œuvrant à leur aggravation. Orchestre des campagnes de presse haineuses contre le peuple algérien et ses dirigeants. Colonise le Sahara occidental, bloque son droit à l’autodétermination, au mépris du droit international.

Manœuvre pour introduire l’entité sioniste au sein de l’UA. L’Algérie refuse les faits accomplis unilatéraux aux conséquences funestes pour les peuples maghrébins.

Ce n’est pas de cette manière que l’on marque l’histoire, mais en faisant preuve de clairvoyance et de sens de responsabilité. Ce qui n’a jamais été le cas pour le makhzen qui ne cesse d’avouer son animosité. Cette attitude condamne les peuples de la région à la mésentente et à la confrontation.

Face à cet entêtement, l’Algérie est déterminée à jouer pleinement un rôle pivot dans son espace régional, conformément à sa doctrine immuable de non-ingérence dans les affaires des États. Le Président Tebboune s’est pleinement investi dans l’exportation de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans le continent africain, à commencer par l’espace sahélo-saharien.

El Moudjahid, 25/08/2021