Le Maroc libère l’étudiante italo-marocaine Ikram Nazih

Maroc, Italie, Ikram Nazih, Islam, blasphème,

Le Maroc libère une étudiante reconnue coupable d’avoir offensé publiquement l’islam

La jeune femme a partagé un dessin animé satirique sur Facebook

L’étudiante italo-marocaine Ikram Nazih a été libérée après une opération diplomatique complexe. La jeune femme a été interpellée à l’ aéroport de Casablanca , au Maroc, le 19 juin, alors qu’elle s’apprêtait à passer quelques jours de vacances avec sa famille.

En 2019, la femme de 23 ans avait été condamnée à trois ans et demi de prison et près de 5 000 euros d’amende pour avoir publiquement offensé l’islam après avoir partagé un dessin satirique sur Facebook .

Selon le journal italien Domani, Nazih a accroché une illustration pendant 15 minutes dans laquelle la sourate, comme le chapitre 108 du Coran est connu , a été réécrite en incluant des concepts liés à l’ alcool et au whisky .

L’étudiant a été dénoncé en 2019 par une association religieuse marocaine et condamné une semaine plus tard par un tribunal. Le mandat d’arrêt a été activé une fois que Nazih a mis le pied au Maroc.

Le code pénal de ce pays prévoit des peines allant jusqu’à deux ans de prison pour ceux qui offensent la religion islamique , pouvant être portées à cinq ans si cette infraction est commise en public ou via les réseaux sociaux .

Choc en Italie
Cette affaire a beaucoup attiré l’attention en Italie , pays de naissance et où réside actuellement la jeune femme affranchie. La décision a été largement célébrée dans un pays où plus de 50 000 signatures ont été recueillies pour réclamer la libération de la jeune femme.

La nouvelle a été annoncée par le sous-secrétaire italien aux Affaires étrangères, Enzo Amendola : « En appel, les arguments de la défense ont été entendus et, grâce à l’ excellente coopération institutionnelle avec les autorités locales, Ikram sera libéré de prison » , a- t-il déclaré aux médias italiens.

Mundo Deportivo, 25/08/2021