Algérie : Prix des voitures d’occasion

Algérie, voitures, automobiles, véhicules, occasion, deuxième main, #Algérie,

La crise actuelle présente au niveau du marché automobile dans notre pays n’est une surprise pour personne.

Ce qui est en grande partie dû à la crise multidimensionnelle qui frappe depuis quelques mois l’Algérie. En plus du blocage de l’importation des véhicules neufs et d’occasion. Pour vous donner une idée bien précise des prix actuels des voitures, nous vous rapportons ici le montant de quelques véhicules d’occasion en Algérie.

Notons, par ailleurs, que ces automobiles ont été exposées au niveau du marché hebdomadaire de véhicules d’occasion de Tidjelabine situé à l’Est de Boumerdes. On commencera par citer l’exemple le moins cher, mais qui reste tout de même très onéreux. Il s’agit donc d’une Clio 4 essence datant de l’année 2016 et ayant circulé 180.000 kilomètres.

Son propriétaire dit qu’on lui a proposé pour son bien la somme de 165 millions de centimes. Cependant, jugeant que ce n’était pas assez suffisant vu la loi de l’offre et de la demande actuelle, il a préféré décliner en espérant au moins empocher la coquette somme de 180 millions de centimes.

Le prix de quelques voitures de luxe

Une Kia Rio 2020 avec 29.000 kilomètres au compteur vaut, quant à elle, entre 290 et 300 millions de centimes. Sachant que son détenteur n’a pas voulu s’en séparer pour le prix de 246 millions de centimes qu’il a trouvé pas suffisant pour ce qu’il propose. Pour ce qui est des voitures de luxe, on citera une Mercedes GLC 2018 ayant roulé 120.000 kilomètres et qui se vend à pas moins de 720 millions de centimes.

Et pour conclure, on restera dans le même style de voiture avec une Audi Q3 2016 qui elle, pour sa part, est proposée au prix de 620 millions de centimes. Un prix quelque peu loin du prix proposé qui ne dépasse pas les 605 millions de centimes, a confié le vendeur. Vous êtes intéressés ? Vous pouvez en savoir plus depuis l’émission diffusée sur Ennahar Tv.

Témoignages au marché de Tidjelabine

À l’issue de l’émission susmentionnée, un certain vendeur pousse un coup de gueule. Il confie que le marché automobile en Algérie est à l’arrêt total. Les raisons derrière cette crise est le manque de matériel dû à la suspension de l’importation depuis quelques mois maintenant. S’ajoute à ça la chute du dinar algérien qui n’arrange en rien la situation, profère le même intervenant.

Celui-ci déclare encore que le citoyen moyen est le premier touché dans cette affaire. Le souhait d’acheter une voiture pour ces personnes est devenu tel un rêve lointain, voire irréalisable dans de telles circonstances. Un autre interlocuteur rejoint l’ancien et confie que toute chose qui existe en petite quantité voit sa valeur grimper.

Toujours selon lui, régler le dossier de l’importation automobile est devenu primordial. Ce qui contribuera à arranger la situation actuelle. Et par conséquent, mener à la baisse des prix des voitures. Et ce, à des montants bien plus raisonnables et surtout plus abordables pour les citoyens. C’est aussi ce qu’on a pu rapporter de l’émission en question.

Source : Le Midi Libre, 24/08/2021