Maroc-Algérie : Tournure dangereuse (Middle East Monitor)

Maroc, Algérie, MAK, Rachad, Kabylie,

L’Algérie militarise sa frontière avec le Maroc et envisage de fermer l’espace aérien

Les relations entre le Maroc et l’Algérie ont pris une tournure dangereuse après que l’Algérie a militarisé sa frontière avec le Maroc. Les observateurs n’ont pas exclu la possibilité de fermer l’espace aérien partagé avec son voisin occidental.

Le Haut Conseil d’Etat algérien, dirigé par le président Abdelmadjid Tebboune, a tenu une réunion extraordinaire mercredi dernier, et a accusé Rabat de menacer la stabilité et la sécurité de l’Algérie en coordination avec Israël.

Dans son communiqué, le conseil a accusé les autorités marocaines d’avoir provoqué les incendies dans le pays avec l’aide du mouvement indépendantiste kabyle MAK, tout en annonçant son intention de reconsidérer les relations avec le Maroc.

En début de semaine, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a accusé le Maroc de se coordonner avec Israël pour déstabiliser l’Algérie et a dénoncé les déclarations du ministre des Affaires étrangères israélien, qui a évoqué la coordination entre l’Algérie et l’Iran lors de sa visite à Rabat .

La presse algérienne mène une campagne sans précédent contre le Maroc, comme l’a rapporté vendredi soir le journal Algérie Patriotique que l’Algérie envisage de suspendre la liaison aérienne entre Alger et Casablanca pour reconsidérer les relations bilatérales entre les deux pays.

Le journal, propriété de l’ancien ministre de la Défense Khaled Nizar, a confirmé que l’armée algérienne avait militarisé la frontière avec le Maroc et déclaré l’état d’urgence exceptionnel.

De son côté, le Maroc a intensifié sa présence militaire aux frontières, et l’on craint des tensions conduisant à des escarmouches militaires.

Malgré les mesures annoncées par l’Algérie, dont la révision des relations, Rabat est restée silencieuse et n’a pas répondu à la déclaration du Haut Conseil d’Etat algérien.

La presse marocaine interprète les récentes prises de position de l’Algérie comme une tentative du pouvoir d’exporter ses problèmes internes à l’étranger.

Middle East Monitor, 21/08/2021