Algérie – Un été pourri

Algérie, incendies, Kabylie, #Algérie, Djamel Bensmaïl, #Djamel Bensmaïl,

Par Ouali M.

Le variant delta avait déjà commencé le travail de sape pour gâcher les vacances des Algériens. Les incendies meurtriers ont achevé le processus en calcinant une bonne partie du pays et, malheureusement aussi chez certains, en asséchant les cœurs de tout bon sentiment et les cerveaux de toute raison.

La foule, c’est un peu Dr Jekill et Mr Hyde, comme l’ont largement démontré les théoriciens qui ont étudié ce phénomène social universel. Elle se montre héroïque parfois, et abjecte en d’autres circonstances. Ainsi, des jours durant, par impuissance face à l’ampleur de la catastrophe, on a répété en litanie aux Algériens qu’il ne pouvait y avoir, cela doit être vrai dans certains cas, que des criminels pour allumer ces incendies qui ont consumé leurs biens et parfois leurs proches.

Des jours durant la foule s’est montrée courageuse face au feu. Versatile, elle allait aussi montrer toute sa cruauté face à l’un de ses semblables. A qui la foule, chargée de haine, pouvait-elle s’en prendre, sinon à l’étranger à la région. L’étranger, l’Autre, a toujours été la victime expiatoire de la foule lorsqu’elle perd les pédales.

A Larbaâ Nath Irathen, la foule, dans sa lâcheté, a commis un crime inqualifiable en lynchant un jeune homme soupçonné de pyromanie, en l’immolant par le feu, certains poussant la vilenie jusqu’à diffuser la vidéo de l’immonde acte sur les réseaux sociaux. Tous ceux qui ont participé à ce cérémonial démoniaque doivent être traînés devant la justice et rendre des comptes pour que l’impunité ne reproduise pas ce genre de tragédie.

Larbaâ Nath Irathen n’est qu’un lieu topographique, cela aurait pu arriver n’importe où et pour des raisons encore moins compréhensibles et explicables. La raison, toutefois, nous indique aussi que l’Algérie doit commencer à sérieusement se préparer à faire face aux catastrophes climatiques que les scientifiques prédisent pour très bientôt, mais aussi revoir toute la stratégie tracée auparavant qui s’est révélée totalement inefficace à les endiguer lors de séismes, d’inondations, de sécheresse et, aujourd’hui d’incendies de forêts.

Est-ce compréhensible, par exemple, que le Maroc et la Tunisie aient des Canadair et pas l’Algérie ? Ce n’est malheureusement pas la dernière et bizarre énigme qui stupéfie l’esprit des citoyens de ce pays. Il est tout aussi bizarre que l’Algérie rechigne à demander l’aide internationale, alors qu’elle est acculée à le faire par manque de moyens, au lieu de laisser la catastrophe étendre son ombre.

La solidarité n’est pas qu’à sens unique et il n’y a aucun déshonneur à se faire aider par les pays bienveillants à notre égard.

O. M.

Horizons, 14/08/2021