Le moment du « printemps arabe » au Maroc est-il enfin arrivé ?

Maroc, printemps arabe, #Maroc,

Après le suicide d’un charretier, des centaines de Marocains ont protesté contre leur gouvernement. Mais ce n’est pas le premier cas de ce genre et ce ne sera probablement pas le dernier.

En début de semaine, des centaines de Marocains ont protesté contre la mort de Yassine Lekhmidi, un homme de 25 ans, dans la ville de Sidi Bennour.

En juillet, la police locale a confisqué un chariot de nourriture que Lekhmidi conduisait parce qu’il ne portait pas de masque de protection contre le COVID-19. Bien qu’il ait payé une amende pour cette infraction, la police a refusé de lui rendre son chariot.

Désemparé par la perte d’une importante source de revenus pour sa famille, Lekhmidi s’est immolé par le feu. Le jeune homme a été hospitalisé pour des brûlures au troisième degré le 28 juillet et a succombé à ses blessures le 6 août.

Au cours de la semaine dernière, des centaines d’habitants de Sidi Bennour sont descendus dans la rue pour demander justice pour Lekhmidi et sa famille. Dans le reste du pays, les Marocains se sont montrés prudemment favorables à cette cause.

« Je pense que les citoyens ont le droit de manifester, mais ils doivent le faire légalement », a déclaré à DW Imad, un étudiant de 27 ans originaire de Rabat.

« Il y a eu quelques protestations ici récemment. C’est l’impact négatif du coronavirus », a ajouté Abdullah, un détaillant de vêtements de 40 ans originaire de Salé. « De la façon dont je le vois, c’est normal. Les gens ont le droit de réclamer la justice sociale. »

Le retour du printemps arabe ?

Les manifestations à Sidi Bennour se sont calmées ces derniers jours. Pourtant, les observateurs internationaux se sont rapidement demandé si la mort de Lekhmidi pourrait déclencher des protestations plus larges, beaucoup établissant des parallèles entre son auto-immolation et celle de Mohamed Bouazizi.

La mort de Bouazizi, un vendeur ambulant tunisien, dans des circonstances similaires en 2010, est largement considérée comme le déclencheur de la révolution populaire contre la dictature tunisienne en 2011, qui a à son tour inspiré les manifestations dites du printemps arabe.

Mais en fait, la mort de Lekhmidi n’est pas le premier cas de ce type au Maroc à avoir déclenché des manifestations antigouvernementales. Au cours de la dernière décennie, il y a eu en fait plusieurs incidents dans lesquels l’injustice après un accrochage avec les autorités a fait descendre les Marocains dans la rue.

En 2012, par exemple, cinq diplômés universitaires sans emploi se sont immolés par le feu devant un bâtiment du ministère de l’éducation lors de manifestations antigouvernementales dans la capitale Rabat. Une personne est décédée lors de cet incident.

En 2017, des milliers de Marocains ont protesté contre la mort de deux frères piégés dans une mine de charbon abandonnée dans la ville de Jerada. Les chômeurs avaient extrait le charbon des mines dangereuses puis l’avaient vendu aux « barons du charbon » locaux, dont certains occupaient des postes au gouvernement.

Objets de mépris

L’événement sans doute le plus connu – et le plus horrible – s’est produit en 2016, lorsque la police a confisqué plusieurs tonnes d’espadon à un poissonnier, Mouhcine Fikri, dans la ville côtière de Hoceima.

Désespéré de récupérer sa précieuse marchandise, Fikri a sauté à l’arrière d’un camion à ordures dans lequel le poisson avait été jeté.

Bien que les autorités locales l’aient nié par la suite, un fonctionnaire aurait dit au conducteur du camion de le « broyer ». Fikri a été écrasé à mort à l’arrière du véhicule, sous les yeux des fonctionnaires.

Dans les jours qui ont suivi, des milliers d’habitants ont manifesté pour que justice soit rendue à Fikri, et sa mort serait à l’origine du mouvement de protestation Hirak al-Shaʿbi dans la région marginalisée du Rif, au Maroc.

Ces incidents ont en commun la « hogra », qui se définit comme « le sentiment d’être l’objet de mépris, d’injustice structurelle et d’humiliation », associé à « des agents de l’État qui rendent la vie invivable », explique l’Arab Studies Institute, un groupe de réflexion basé aux États-Unis, dans un lexique en ligne définissant les termes issus des mouvements de protestation en Afrique du Nord.

Sous surveillance

Le Maroc a un parlement élu et est une monarchie constitutionnelle. Mais en réalité, c’est le roi Mohammed VI, qui est sur le trône depuis plus de 22 ans, qui détient la majeure partie du pouvoir politique et économique.

Dans un passé récent, les autorités du pays ont réagi rapidement aux manifestations et aux grèves antigouvernementales. Elles laissent se dérouler certaines manifestations mais réagissent rapidement aux contestations sérieuses. Par exemple, dans l’affaire de la poissonnière malheureuse, le roi a promis une enquête. En quelques jours, plusieurs auteurs présumés ont été arrêtés.

Mais dans d’autres situations, les voix dissidentes, les journalistes d’investigation et les manifestants sont réprimés, parfois durement. Par exemple, fin 2017, après l’indignation suscitée par la mort du poissonnier, une loi a été adoptée qui a permis aux autorités marocaines de réprimer plus impitoyablement le mouvement Hirak al-Shaʿbi.

C’est en partie la raison pour laquelle les protestations liées à ce mouvement restent isolées au Maroc et n’ont pas réussi à se développer en une sorte de moment révolutionnaire à l’échelle nationale, selon les habitants.

« Lorsque vous avez un système de sécurité comme celui-ci, il est vraiment difficile d’aller dans la rue pour protester ou faire des demandes », a déclaré à DW un militant de la société civile à Rabat – qui a requis l’anonymat par crainte de représailles. « Tout le monde connaît quelqu’un qui travaille dans l’appareil de sécurité. C’est si répandu et si important. Cela décourage vraiment les gens de sortir dans la rue. »

Une pression pandémique

En outre, l’opposition est divisée. « Il est toujours difficile de savoir quand un mouvement de protestation va s’intensifier – ou ne mener nulle part », a déclaré Jacob Mundy, chercheur invité au Conseil européen des relations étrangères et professeur associé spécialisé dans le Moyen-Orient et le Maghreb à l’université Colgate de New York. « La dernière grande vague de protestations au Maroc s’est enlisée dans des questions ethniques séparatistes dans le nord du pays, une politique que la plupart des Marocains ne partagent pas. Si les manifestations au Maroc se généralisent à l’ensemble du pays, alors cela pourrait être un signe que quelque chose est différent cette fois-ci. »

Il a été suggéré que la pandémie de COVID-19 pourrait faire cette différence, car la crise sanitaire met la pression sur ce que les observateurs décrivent comme le « récit de l’autoritarisme bienveillant » du Maroc.

Les lockdowns, le manque de tourisme et l’impact qui en résulte sur l’économie ont élargi les inégalités de revenus préexistantes qui, selon un rapport de 2018 de l’OCDE, étaient déjà pires au Maroc que dans toute autre nation d’Afrique du Nord.

Alors que la pression sociale s’est accumulée à l’intérieur du pays, les habitants disent qu’il y a également eu plus de suppression des opinions dissidentes. Ils en veulent pour preuve les récentes révélations sur l’utilisation par le gouvernement marocain du logiciel d’espionnage numérique Pegasus pour cibler les avocats et les journalistes spécialisés dans les droits de l’homme, ainsi que l’arrestation de journalistes indépendants, souvent sur la base d’accusations non liées et contestées.

Le Maroc sur une « pente glissante de mal en pis ».

« Les effets de la pandémie de coronavirus risquent de diminuer la capacité de la monarchie à soumettre la population et à limiter la dissidence politique … politiquement, la crise sanitaire a renforcé l’autoritarisme du régime », ont confirmé les experts de la Dotation Carnegie pour la paix internationale dans un commentaire de juillet 2020.

« Il y a encore deux ans, faire une interview comme celle-ci n’aurait pas été un problème », conclut le militant de Rabat, « mais maintenant, il est beaucoup plus difficile d’exprimer des revendications, peu importe qui vous êtes. »

« Beaucoup de gens ici travaillent dans l’économie informelle ou au jour le jour, comme ouvriers », a expliqué l’activiste à DW. « La pandémie a mis fin à tout cela. Il est donc de plus en plus difficile pour les gens de gagner leur vie. Pour la première fois, j’ai entendu parler de personnes souffrant de la faim dans certaines des plus grandes villes du Maroc. Et puis il semble aussi y avoir des tentatives systématiques pour empêcher les gens d’en parler ouvertement. J’ai l’impression que nous sommes sur une pente glissante », conclut le militant, « et que nous allons de mal en pis ».

DW, 12/08/2021