L’Espagne suspend les cadeaux destinés au Maroc (presse)

Maroc, Espagne, migration, Ceuta, #Maroc, #Espagne,

Albares fait avorter un autre cadeau de Laya au Maroc : 90 quads d’une valeur de 1,2 million d’euros.

Il semble que la politique de cadeaux constants au Maroc se soit ralentie. En l’espace d’un an, le gouvernement a donné au pays africain toutes sortes de véhicules et d’appareils technologiques, prétendument destinés à contrôler l’immigration clandestine. Eh bien, il semble que l’arrivée de José Manuel Albares au poste de ministre des affaires étrangères ait mis fin à cette politique gaspilleuse et inefficace. Le tout nouveau ministre socialiste a fait avorter un contrat qui prévoyait de donner pas moins de 90 quads/ATV au ministère de l’Intérieur marocain, d’une valeur de 1 224 000 euros hors taxes, afin de contribuer à nouveau au contrôle des flux migratoires. Albares semble s’être rendu compte que la politique de cadeaux constants au Maroc n’a servi à rien. Ceuta en est la preuve. Quoi qu’il en soit, et bien qu’Albares ait mis un frein à ce contrat, il semble que les relations entre le pays africain et l’Espagne reviennent progressivement à la case départ.

Elle s’appelle la Fundación Internacional y para Iberoamérica de Administración y Políticas Públicas (FIIAPP). Cette institution au nom si complexe relève du ministère des affaires étrangères. Sa fonction est d’essayer d’améliorer les services publics dans les pays tiers en investissant dans des questions spécifiques. Parfois, du personnel est engagé. D’autres fois, des équipements spécifiques sont fournis directement à d’autres gouvernements. Et dans le cas du Maroc, ce n’est pas la première fois que l’exécutif utilise le FIIAPP pour faire des cadeaux intéressants au pays voisin.

Dans le passé, le gouvernement a donné un bon nombre de véhicules et d’appareils technologiques. Nous parlons de camions militaires, de SUV de luxe, de caméras à vision nocturne, de lunettes infrarouges et de tout ce qui sert (apparemment) à contrôler l’immigration clandestine qui affecte tant les frontières hispano-marocaines.

Cette politique de cadeaux constants a été une stratégie du gouvernement. Tant le ministère des affaires étrangères de Laya que le ministère de l’intérieur de Fernando Grande Marlaska ont été les protagonistes du flux constant de cadeaux au Maroc. Jusqu’à l’arrivée d’Albares à la tête du ministère des affaires étrangères, le gouvernement de Pedro Sánchez a offert au pays voisin 98 caméras et visionneuses thermiques à longue portée d’une valeur de pas moins de 7,8 millions d’euros, 150 SUV dernier cri et 18 camions militaires qui ont coûté 11 millions supplémentaires aux caisses espagnoles.

ALBARES A CHANGÉ D’AVIS ET A PRÉFÉRÉ ÉCONOMISER LES 1,2 MILLIONS D’EUROS.

Aujourd’hui, le ministère des affaires étrangères d’Albares a annulé une nouvelle expédition de 90 quads vers le Maroc parce qu’il comprend que les circonstances ont changé. En effet, dans le document auquel MONCLOA.com a eu un accès exclusif, il est expliqué « qu’au cours de la procédure d’appel d’offres, il a été constaté que la nécessité du contrat s’est perdue, étant donné que le bénéficiaire du projet auquel l’exécution de ce contrat est liée n’est pas en mesure de réaliser l’évaluation technique des quads à fournir ». L’idée initiale, approuvée par un ministère qui était encore sous le contrôle de Laya, était de donner ces véhicules (dont 30 automatiques et 60 manuels) au Maroc pour contrôler l’immigration, mais Albares a changé d’avis et a préféré économiser les 1,2 million d’euros.

L’idée du nouveau ministre socialiste n’est pas de repousser ce prix. Il n’essaiera même pas de changer l’argent pour qu’il finisse aussi par servir de « pot-de-vin » au pays voisin pour qu’il contrôle ses frontières avec l’Espagne. Ce qu’Albares veut, c’est mettre fin à cette politique de cadeaux qui, rien qu’en 2020 et 2021, a soutiré plus de 20 millions d’euros à tous les Espagnols à des fins qui ont été peu utiles si l’on tient compte de ce qui s’est passé à Ceuta. Les camions, les voitures de luxe, les caméras de vision nocturne et maintenant les VTT qui remplacent ces fonds réservés ont parfois fini dans des points hors des frontières espagnoles, selon des sources consultées par MONCLOA.com.

La Fundación Internacional y para Iberoamérica de Administración y Políticas Públicas (Fondation internationale et ibéro-américaine d’administration et de politique publiques) a directement décidé de « renoncer à l’attribution de l’appel d’offres en question » afin de ne pas le remettre sur la table. Selon le gouvernement, le prix décerné en mars 2021 a été complètement « déserté », c’est pourquoi, pour sauver les apparences, ils ont arrêté l’attribution de ces quads. Ce que le parti détaille est tout à fait différent, car certains suggèrent qu’Albares voulait simplement mettre fin à cette politique de cadeaux constants aux forces de sécurité marocaines, étant donné qu’elles n’ont pas été d’une grande utilité pour contrôler les immigrants illégaux qui ont « envahi » Ceuta après que le ministre, Arancha González Laya, ait insisté pour accueillir secrètement le chef militaire du Front Polisario, Brahim Ghali. Le ministre des affaires étrangères veut mettre fin à la politique menée par Laya, qui a mis l’Espagne dans une situation très difficile.

L’AUTRE CADEAU DE 2021

Il a reproduit un contrat pour 2020. En pleine crise avec le Maroc, le gouvernement a approuvé l’envoi de 98 caméras et de visionneuses thermiques à longue portée d’une valeur de 7,8 millions d’euros au ministère de l’intérieur du pays voisin, afin de remettre les relations sur les rails. L’opposition se demande s’il ne serait pas préférable de contrôler nous-mêmes nos frontières et de ne pas dépendre des interminables « pots-de-vin » versés au pays africain pour mieux contrôler le flux migratoire. En tout cas, depuis que la pandémie a éclaté, l’Espagne n’a cessé d’octroyer des SUV, des camions militaires, des voitures de luxe, des caméras thermiques, des lunettes de visée et tout ce qui lui tombait sous la main pour faire plaisir aux Marocains. Mais aujourd’hui, après la crise migratoire à Ceuta et les tensions liées au récent départ du Maroc du chef militaire du Front Polisario, Brahim Ghali, vers un hôpital de La Rioja, le gouvernement a approuvé une autre livraison d’une valeur de près de huit millions d’euros au Maroc.

Il est difficile de différencier les contrats car ils sont pratiquement identiques. Ils ne diffèrent qu’à quelques détails près. C’est la Fondation internationale et ibéro-américaine (FIIAPP) qui fournira une nouvelle fois ces caméras thermiques et ces viseurs au ministère marocain de l’intérieur au cours des 11 prochains mois. Alors qu’en 2020, le gouvernement avait approuvé la livraison de 65 caméras thermiques et de 25 lunettes de visée (au total, 90 appareils d’une valeur de 7 978 750,00 euros publics), l’exécutif a décidé de faire monter les enchères et de donner au pays africain voisin 7 885 570 euros avec un total de 98 appareils, soit huit de plus que dans le lot précédent.

Moncloa, 12/08/2021