Israël : Pas d’ambassade au Maroc

Maroc, Israël, #Maroc, #Israël, normalisation, bureai de liaison,

Lapid se rend au Maroc dans le cadre de la visite la plus importante depuis le rétablissement des liens
Le ministre des affaires étrangères ouvre une mission diplomatique à Rabat et rencontre son homologue marocain Bourita ; ce voyage de deux jours est le premier d’un haut diplomate israélien depuis 2003.

Le ministre des affaires étrangères, Yair Lapid, s’est envolé mercredi pour une visite de deux jours au Maroc. Il s’agit de la première visite officielle d’un haut responsable diplomatique israélien depuis 2003 et du voyage le plus important depuis la signature, l’année dernière, d’un accord entre Jérusalem et Rabat visant à rétablir les liens après quelque deux décennies.

Lapid ouvrira officiellement le bureau de liaison israélien à Rabat dans l’après-midi, et rencontrera son homologue marocain, Nasser Bourita.

Jeudi, Lapid passera du temps à Casablanca avec la communauté juive locale et priera dans la synagogue Beth-El.

Ce voyage est le fruit d’un accord négocié par les États-Unis pour que le Maroc reprenne ses liens avec Israël, qui avaient été rompus en 2000 après le déclenchement de la deuxième Intifada. Bien que les pays n’établissent pas de liens complets, les responsables israéliens ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que Rabat finisse par améliorer les relations et établisse des missions diplomatiques complètes.

« Cette visite historique s’inscrit dans la continuité de l’amitié de longue date et des racines et traditions profondes de la communauté juive du Maroc et de la grande communauté d’Israéliens d’origine marocaine », a déclaré M. Lapid dans un communiqué, faisant référence au million d’Israéliens d’origine marocaine, dont beaucoup se rendent régulièrement dans le pays d’Afrique du Nord.

« Ce sera un moment d’activité politique et économique, et nous continuerons à travailler à des accords qui apporteront innovation et opportunités à nos pays. »

Le ministre de la protection sociale, Meir Cohen, né à Essaouira, au Maroc, le directeur général du ministère des affaires étrangères, Alon Ushpiz, le président de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, Ram Ben Barak, et le haut fonctionnaire du ministère de la santé, Inbar Zucker, se sont joints à M. Lapid.

David Levy s’est rendu au Maroc en tant que ministre des affaires étrangères en décembre 1999. En 2003, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Silvan Shalom, s’est rendu en visite officielle pour tenter, en vain, de convaincre Rabat de reprendre les relations diplomatiques.

Malgré l’absence de liens officiels dans les années qui ont suivi, Israël et le Maroc ont maintenu une relation discrète dans le secteur du commerce des armes et le Maroc a continué à autoriser les Israéliens à se rendre dans le pays, mais uniquement dans le cadre de groupes organisés.

Les premiers vols commerciaux directs entre Israël et le Maroc ont décollé en juillet, sept mois après que les pays aient convenu de normaliser et d’ouvrir des bureaux diplomatiques réciproques, mais pas d’ambassades.

Une source diplomatique israélienne a déclaré le mois dernier que les liens avec le royaume nord-africain « se transformeront en relations diplomatiques complètes ».

Selon les experts, le voyage donnera à Lapid l’occasion d’améliorer non seulement les liens bilatéraux, mais aussi le statut régional d’Israël.

« L’accent mis sur les opportunités régionales et multirégionales offertes par l’amélioration des relations israélo-marocaines pourrait aider à faire évoluer les liens vers des relations diplomatiques complètes au niveau des ambassadeurs et à injecter une nouvelle substance dans les liens en développement », a déclaré Nimrod Goren, président de Mitvim – l’Institut israélien pour les politiques étrangères régionales.

« La normalisation avec le Maroc a déjà aidé Israël récemment à récupérer un statut d’observateur au sein de l’Union africaine, et elle pourrait conduire à un impact israélien accru en Méditerranée, promouvoir la participation conjointe d’Israël et du Maroc à des programmes de l’UE lourdement financés, soutenir les canaux de dialogue politique israélo-palestinien de haut niveau, et permettre aux entreprises israéliennes de faire partie de la coopération commerciale maroco-émiratie. »

En juillet, Lapid a invité son homologue marocain, Nasser Bourita, à visiter Israël.

« Après mon voyage au Maroc, le ministre Bourita viendra visiter Israël pour ouvrir des missions ici », a déclaré Lapid lors d’une réunion de la faction Yesh Atid à la Knesset à l’époque.

Le directeur général du ministère des affaires étrangères, Alon Ushpiz, était au Maroc début juillet et a remis l’invitation écrite de Lapid lors d’une réunion avec Bourita.

Lapid a souligné dans sa lettre que le rétablissement des liens entre Israël et le Maroc était une étape historique. Le haut diplomate israélien a également exprimé son désir de faire progresser la coopération bilatérale dans les domaines du commerce, de la technologie, de la culture et du tourisme.

Le mois dernier également, un avion de l’armée de l’air marocaine a atterri sur la base aérienne israélienne d’Hatzor, apparemment pour participer à un exercice multinational de l’armée de l’air israélienne.

L’accord avec le Maroc s’inscrit dans le cadre d’une vague d’accords diplomatiques entre Israël et des États arabes, dont les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan. Fin juin, Lapid a effectué un voyage historique aux Émirats arabes unis pour inaugurer l’ambassade d’Israël à Abu Dhabi et le consulat à Dubaï.

The Times of Israel, 11/08/2021