Maroc : Raissouni poursuit sa grève de la faim

Maroc, Soulaiman Raïssouni, #Maroc,

Selon Lakome, la famille du journaliste Suleiman Raissouni a confirmé lundi qu’il poursuivait toujours sa grève de la faim, qui a atteint son 124e jour, sans être transféré à l’hôpital.

Kholoud Al-Mukhtari, l’épouse de Raissouni, a écrit sur sa page Facebook : « La vie de Sulaiman Al-Raissouni est en danger et il n’a pas encore été transféré à l’hôpital. Nous attendons que la correspondance du ministère public soit activée concernant son état grave. « 

« Le journaliste, Suleiman Raissouni, a été transféré dans sa cellule d’isolement, mais il n’a pas encore bénéficié de son droit aux soins et à l’hospitalisation. Chaque minute qui passe dans la vie de Suleiman signifie beaucoup pour nous, et nous la vivons avec une grande douleur et du chagrin, contrairement à ceux qui manipulent sa vie et s’appliquent à y mettre fin ».

Elle a déclaré : « C’est le nouveau moyen de torture, pour faciliter la vie d’une personne ayant un besoin urgent de traitement, et non pour lui apporter une assistance alors qu’elle est dans un état grave après plus de 120 jours de grève de la faim », et a exigé que qu’il soit sauvé de « la torture et de l’assassinat systématique».

De son côté, la journaliste Hajar Raissouni a écrit : « Suleiman est en grève de la faim depuis 124 jours, et attend son transfert à l’hôpital depuis plus d’une semaine, mais on ne sait pas pourquoi il n’a pas été transféré aux soins médicaux pour qu’il puisse reprendre une alimentation normale et surveiller son état de santé. »

« Au début, ils ont dit qu’ils voulaient qu’il arrête sa grève de la faim, et après qu’il a décidé de l’arrêter, ils ont refusé de l’emmener à l’hôpital », a-t-elle ajouté dans un article de blog.

D’autre part, Al-Maati Monjib, un militant des droits humains, a écrit : « Il y a plus d’une semaine, le journaliste Suleiman Raissouni a décidé d’arrêter sa grève de la faim sur la base de son transfert à l’hôpital. Cependant, l’administration prétend maintenant que les hôpitaux n’ont pas la capacité de l’accueillir. Par conséquent, Suleiman poursuit sa grève pour protester contre cette nouvelle injustice. « 

Monjib a ajouté : « Il est maintenant clair que quelqu’un qui veut sa mort et se débarrasse de lui d’une fois pour toutes, et c’est un crime que le peuple marocain ne lui pardonnera pas ».

Le militant des droits humains a estimé que « si le problème est la capacité d’accueil, pourquoi ils ne laissent pas sa famille le transférer d’urgence dans une clinique ou un hôpital privé, car revenir à la nutrition sans hospitalisation et sans la surveillance médicale nécessaire n’est pas moins dangereux que une grève de la faim.

Monjib a conclu son message en disant : « Honte à vous, 124 jours de grève de la faim !! Qu’est-ce que vous voulez? La volonté de vengeance devient-elle un meurtre prémédité ? Une injustice et quelle injustice !!

L’équipe de défense de Raissouni a confirmé mardi dernier que le journaliste arrêté avait exprimé sa volonté d’arrêter sa grève de la faim en échange de son transfert à l’hôpital afin de recevoir des soins, une disposition qu’il a confirmée le 6 août, mais sans trouver de réponse à sa demande et sans transfère à l’hôpital, à un moment où son état de santé s’est encore détérioré.