Pourquoi j’ai été ciblé par le logiciel espion Pegasus

Arabie Saoudite, espionnage, logiciels espions, Madawi Al Rasheed,

Madawi al-Rasheed

Mon travail pour exposer les crimes du régime saoudien a conduit à une tentative de piratage de mon téléphone. Aujourd’hui, je suis submergé par des sentiments de vulnérabilité et d’intrusion

La prédiction orwellienne s’est finalement réalisée. Je savais que ce n’était qu’une question de temps avant que le régime saoudien n’essaye de pirater mon téléphone, en utilisant le logiciel Pegasus fabriqué par la société de sécurité privée israélienne NSO Group.

Cette évolution met en évidence la consolidation d’un nouvel axe du mal : Israël , l’ Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont devenus un chœur de puissances malveillantes visant à étouffer l’activisme et la quête de démocratie dans la région. Israël fournit des connaissances ; les autres fournissent des fonds.

La privatisation de l’ appareil de sécurité israélien et la multiplication des entreprises privées fondées par d’anciens agents de la défense et du Mossad constituent une menace non seulement pour les Palestiniens d’Israël, de Gaza et de la Cisjordanie occupée, mais aussi pour tous les citoyens du Golfe, avec Les logiciels espions israéliens vendus aux dictatures du monde arabe.

En retour, Israël accède aux cercles de renseignement intérieurs et aux États profonds du Golfe, ce qui lui permet de les tenir en otage pendant longtemps. Israël soutient les autocraties du Golfe, pensant que cela garantit à jamais sa propre sécurité. Mais Israël a tort.

La normalisation avec Israël n’est pas seulement immorale à cause de la situation des Palestiniens ; c’est aussi une menace existentielle pour tous les ressortissants du Golfe qui cherchent des réformes politiques dans leur propre pays. La soi-disant « seule démocratie au Moyen-Orient » a tellement enraciné son système d’apartheid qu’aucune propagande ne peut le sauver, et les fortes objections publiques à la normalisation des régimes arabes avec Israël ne feront que s’intensifier dans les mois et les années à venir.

Saga de surveillance

Les Émirats arabes unis jouent un rôle clé dans la saga de surveillance par les entreprises privées israéliennes. Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane est tombé sous le charme de Mohammed ben Zayed, son homologue émirati. Oubliez le « plus haut bâtiment , l’ aéroport le plus fréquenté et les ministères de la tolérance et du bonheur » – qui sont au cœur de la propagande des Émirats arabes unis – et rappelez-vous que ben Zayed est le mentor de ben Salmane.

Les deux sont unis par leur haine de la démocratie, de la diversité politique, de la liberté d’expression et des droits de l’homme. Les deux sont désormais la clé d’un axe du mal supervisé par une technologie israélienne malveillante, dont la prétendue raison d’être est d’aider les gouvernements à attraper les criminels et les terroristes. Pourtant, il est utilisé contre des militants pacifiques.

Forbidden Stories , une ONG basée à Paris et spécialisée dans la défense des journalistes et des militants des droits humains, a obtenu plus de 50 000 numéros de téléphone ciblés dans le monde par des logiciels malveillants israéliens pour le compte de clients de l’ONS, principalement des gouvernements. Ils ont alerté divers médias et, avec le soutien d’Amnesty International, ont lancé le projet Pegasus.

Les résultats ont montré qu’en avril 2019, il y avait eu une tentative de piratage de mon téléphone , mais sans succès. Bien que ce soit un soulagement, je suis submergé par des sentiments de vulnérabilité et d’intrusion.

Pour obtenir des preuves du projet Pegasus, j’ai dû soumettre le contenu de mon téléphone – dans lequel ma vie privée et professionnelle était stockée – à leur équipe technologique.

Je me suis assis devant un écran d’ordinateur pendant trois heures, à regarder ma vie virtuelle se rendre au laboratoire d’Amnesty International, où une recherche de logiciels malveillants a été menée. J’ai reçu des preuves de l’échec de la tentative de piratage d’avril le même jour.

Contrôler le récit

En tant que citoyen britannique d’origine saoudienne, j’ai passé plus de la moitié de ma vie à écrire, à faire des recherches et à enseigner. Vous ne vous attendriez pas à ce que je sois piraté. Mais de telles activités professionnelles sont un crime en Arabie saoudite, où le régime est déterminé à contrôler le récit du passé, du présent et du futur.

Mon crime est d’avoir percé ce récit, en utilisant des compétences de recherche universitaire et un accès aux Saoudiens dont les voix restent en sourdine. Toutes mes recherches se sont concentrées sur le fait de donner une voix aux sans-voix, ce qui implique inévitablement d’interroger des Saoudiens à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Ma démystification des mensonges officiels saoudiens dérange le régime, qui n’a épargné aucune occasion de ternir ma réputation, m’accusant d’être un agent des gouvernements occidentaux, de la Turquie, de l’Iran, du Qatar, et auparavant de la Libye et de l’Irak.

Dans les années 1990, le régime m’a ciblé avec des menaces directes de violence – mais avec l’avènement d’Internet, ces menaces sont devenues virtuelles, propagées par des agents du régime. Le piratage de mon téléphone n’est que le dernier épisode.

En 2014, mon compte Twitter a été piraté à la recherche de scandales sensationnels et éventuellement de complots clandestins avec d’autres exilés saoudiens. Les pirates doivent avoir été déçu de ne pas trouver de tout cela, mais ils l’ ont fait exposer ma conversation privée avec le cheikh Awad al-Qarni , une figure islamiste clé qui m’a envoyé des salutations et m’a demandé de ne pas augmenter ma critique du silence du mouvement islamiste lors de premier plan Des dirigeants saoudiens des droits humains ont été arrêtés.

Les espions du régime ont lancé une campagne pour discréditer Qarni pour avoir envoyé un message direct à une femme non voilée, comme moi. Qarni est en prison depuis plusieurs années.

Vies en danger

Je n’ai jamais rien eu à cacher, car tout ce que je savais était documenté et publié dans des livres et des articles. Je n’avais pas de secrets, mais ce n’était pas le sujet. Je chérissais ma vie privée et détestais l’intrusion saoudienne dans ma vie. Je m’inquiétais également pour ceux qui communiquent avec moi depuis l’intérieur du pays, car leur vie pourrait être en danger.

Parmi les charges retenues contre Mohammed al-Otaibi , un militant des droits humains, figurait mes livres et articles sur son ordinateur. Il est toujours en prison. Il est de ma responsabilité de protéger ceux qui se confient à moi et veulent que leur voix soit entendue.

Le meurtre de Jamal Khashoggi en octobre 2018 a coïncidé avec une plus grande surveillance saoudienne des exilés en Grande-Bretagne, au Canada et ailleurs. Le choc suscité par les détails horribles de la découpe d’un journaliste pacifique a été aggravé par les craintes de piratage. C’était la première fois que des exilés entendaient parler de NSO aidant les Saoudiens à pirater le téléphone d’un jeune exilé basé au Canada, Omar al-Zahrani, qui avait communiqué avec Khashoggi au sujet de la création d’une plate-forme médiatique pour démystifier la propagande saoudienne.

Le coût financier de la sécurisation de mon téléphone était colossal, mais cela en valait la peine. Bien que l’assaut d’avril 2019 sur mon appareil ait échoué, je suis sûr qu’il y aura d’autres tentatives à l’avenir.

En 2019, j’étais impliqué dans des discussions avec d’autres exilés dans trois pays sur la formation d’un parti politique, ce qui pourrait expliquer la tentative d’infiltration de mon téléphone à cette époque. Le régime voulait plus de détails sur qui parrainerait un tel projet – et qui étaient les coupables. Le projet s’est concrétisé le 23 septembre 2020, jour où le royaume célèbre sa fête nationale, lorsqu’un petit groupe de militants, dont moi-même, a annoncé la création de l’Assemblée nationale saoudienne (NAAS). Yahya Asiri, le secrétaire général, a été piraté, et son nom apparaît dans les fichiers Pegasus.

Debout contre l’oppression

Je suis passé du monde universitaire à l’activisme politique parce que le régime saoudien a commis des crimes odieux et que la vie des exilés, y compris la mienne, était en danger. Le régime saoudien m’a pris pour cible lorsque j’étais universitaire, et à nouveau après que je sois devenu militant. De telles attaques se poursuivront sûrement dans les mois et les années à venir.

En avril 2019, j’écrivais également un livre sur les relations État-société. Le méchant n’était autre que ben Salmane , qui a détenu des centaines de Saoudiens et précipité la fuite de dizaines de plus.

J’ai été déconcerté par les représentations médiatiques occidentales du prince comme un réformateur moderne , alors que les prisons saoudiennes regorgeaient de prisonniers d’opinion innocents, que les femmes faisaient campagne contre la discrimination et qu’une jeune diaspora se réunissait dans le monde entier. Mon livre, The Son King , était définitivement un faux pas.

En 2019, une nouvelle opposition saoudienne virtuelle en exil commençait à se former, s’opposant à l’oppression et à la dictature. Le NAAS s’appuie sur les médias sociaux pour se connecter et échanger des idées, ce qui le rend extrêmement vulnérable, comme l’ont démontré le meurtre de Khashoggi et le piratage des téléphones des militants. À la suite des révélations du Pegasus Project, NAAS reviendra sûrement aux anciennes méthodes de mobilisation, de réunions et d’activisme.

Grâce aux malwares israéliens, à la complicité des Emirats Arabes Unis et aux intrusions saoudiennes, les exilés devront rechercher des méthodes sécurisées pour partager des informations et se mobiliser. Comme beaucoup se sont réfugiés aux États-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne et dans toute l’Europe, ces États ont la responsabilité de les protéger de la surveillance saoudienne. Sinon, il y a un réel risque que la saga Khashoggi se répète.

La diplomatie doit être activée pour empêcher l’axe du mal de répandre plus de peur, d’appréhension et éventuellement de meurtre – et si cela ne fonctionne pas, des sanctions devraient être prises, à tout le moins en Grande-Bretagne, où résident deux des fondateurs de NAAS.

Middle East Eye, 20/07/2021

Etiquettes : Madawi al-Rasheed, Pegasus, espionnage, NSO Group, logiciels espions, spyware, #Pegasus #NSOGroup #Espionnage