Affaire Pegasus: Personne n’évoque la responsabilité d’Israël

Questionnée par un journaliste, Eri Kaneko, Porte-parole associée de M.  António Guterres, Secrétaire général de l’ONU, a evité d’évoquer la responsabilité de l’Etat d’Israël dans le scandale d’espionnage massif connu sous le nom d’affaire Pegasus

Question : Ma question sur ce système d’espionnage Pegasus. Tout le monde concentre ses critiques sur le système lui-même et peut-être sur l’entreprise, mais personne ne parle du pays qui est derrière, c’est-à-dire Israël. Israël agit comme un État voyou dans ce… dans cette affaire. Pourquoi personne ne pointe du doigt l’État qui parraine ces activités perverses à travers le monde ?

Porte-parole associé : Je veux dire, je pense que la cybersécurité est un problème qui concerne chaque pays. Nous avons vu le piratage de divers acteurs et divers… personnes pointer du doigt partout. Ce n’est pas le seul cas. C’est déjà arrivé. Cela continue et nous nous attendons à le voir à l’avenir aussi, je pense.

Ce qu’il est important de dire, c’est que le Secrétaire général a parlé de la nécessité d’un cadre de réglementation plus rapide et plus flexible pour ces types de technologies et de la manière dont les pays doivent se réunir pour décider de certaines limites. Donc, je pense que l’important est de se concentrer sur la façon dont les gouvernements, les entreprises et la société civile peuvent établir ces protocoles pour définir ensemble les meilleures pratiques. Et le Secrétaire général a été très clair sur le fait que nous avons besoin d’une meilleure gouvernance sur ce type de pratiques.

Question : Mais quand la Russie le fait, les gens pointent du doigt la Russie. Quand la Chine le fait, aussi, ils mentionnent la Chine. Quand l’Angleterre a mis sur écoute le Bureau du Secrétaire général, on a dit tout à fait que c’était l’Angleterre. Pourquoi maintenant, dans ce cas, Israël manque-t-il ?

Porte-parole associé : Je ne sais pas si vous avez lu des rapports, mais je vais simplement vous indiquer tous les rapports des médias où les faits sont exposés… [dialogue croisé]

Question : Oui, je suis les médias… [dialogue croisé]

Porte-parole associé : C’est tout le commentaire que nous avons à ce sujet. Je pense que le rapport Pegasus est très clair à ce sujet, et nous allons le laisser parler de lui-même.

Oui, dans la pièce ici.

Question : Merci beaucoup. J’ai un petit suivi à ce sujet. Le personnel de l’ONU ou les services pertinents de l’ONU ont-ils pris des mesures de sécurité supplémentaires après cette histoire avec Pegasus ?

Porte-parole associé : Oui, je veux dire, je pense – et Farhan en a parlé hier – que nous prenons toutes les mesures pour nous assurer que nos communications sont sécurisées. Et, évidemment, comme je l’ai dit, ce n’est pas la première fois que quelque chose comme ça arrive, et ce ne sera pas la dernière, et nous faisons tout notre possible pour sécuriser nos communications.

Etiquettes : ONU, Eri Kaneko, Pegasus, espionnage, Israël, NSO Group,