Craignant les djihadistes, la Mauritanie surveille sa frontière avec le Mali

Sur une route stratégique qui mène à la frontière avec le Mali, une unité de la Garde nationale mauritanienne effectue une opération de reconnaissance.

Cette unité est l’une des nombreuses unités basées à Nema. Elle a contribué à sécuriser le corridor proche du Mali, qui lutte contre une insurrection djihadiste et une crise politique.

La sécurité ayant été rétablie dans la région, les habitants de Nema sont seulement mécontents du coût élevé de la vie.

Les commerçants doivent parcourir 1 200 km pour se rendre à Nouakchott, la capitale, afin d’acheter des légumes pour les vendre sur leurs étals.

Il est moins cher et plus court d’aller à Timbkutu ou à Bamako, mais la route n’est pas sûre.

« Il y a la sécurité ici, oui c’est normal, mais manger ici n’est pas facile, c’est très cher de manger ici. La viande est très chère, la nourriture est chère, parfois il n’y a pas de salaire, on travaille, on vend des pommes et des oignons, mais le marché reste cher », a déclaré Sidi, un habitant de Nema.

La Mauritanie est membre du G5 Sahel, une alliance militaire formée pour lutter contre les groupes djihadistes qui comprend également le Niger, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad.

« Je sais qu’aujourd’hui nous considérons qu’il ne faut pas baisser les bras. Nous ne devons pas dire que nous avons totalement gagné la guerre contre le terrorisme. S’il n’y a pas de sécurité, il n’y a pas de développement. Et s’il n’y a pas de développement, il n’y a pas de sécurité. Ce sont deux concepts qui se complètent et s’entremêlent », a déclaré Hanena Ould Sidi, ministre de la défense de Mauritanie.

Ces dernières années, le pays a fait des progrès en matière de bonne gouvernance afin de prévenir la radicalisation des jeunes.

Africanews, 28/07/2021

Etiquettes : Mauritanie, Mali, Sahel, djihadistes,