The Guardian : un printemps qui tourne à l’hiver

Le point de vue du Guardian sur le coup d’État en Tunisie : un printemps qui tourne à l’hiver

En 2011, un gouvernement autoritaire et répressif s’est effondré parce qu’il s’est révélé incapable de répondre aux demandes du peuple. Pourquoi son retour résoudrait-il quoi que ce soit ?

n 2011, la Tunisie a été la première nation arabe à renverser son dictateur, et la seule où subsiste une véritable démocratie. Mais les événements dans la capitale, Tunis, laissent penser que le pays vit une contre-révolution. Dimanche, le président, Kais Saied, a renvoyé le premier ministre du pays, démis le gouvernement et gelé le parlement. M. Saied a suspendu l’immunité parlementaire des législateurs, ce qui constitue un avertissement précis aux opposants politiques. Ce n’est jamais un bon signe lorsque les forces de sécurité prennent d’assaut les stations de télévision. Des manifestations ont éclaté – les manifestants sont descendus dans la rue à la fois pour soutenir le président et contre lui. La chaleur du printemps arabe s’est définitivement transformée en froid de l’hiver.

L’opposition – menée principalement par Ennahda, le parti islamiste modéré qui compte le plus de sièges au Parlement – a qualifié ses actions de « coup d’État ». Il est difficile de ne pas être d’accord avec cette description. Mais beaucoup de Tunisiens haussent les épaules ou, pire encore, sont attirés par les démagogues, les religieux purs et durs et ceux qui font l’éloge de l’ancienne dictature du pays. La raison pour laquelle une partie de la population est réceptive à l’apathie ou à des notions peu libérales est que la liberté et la démocratie en Tunisie n’ont pas apporté la stabilité politique et une économie prospère. Au contraire, la corruption, l’inflation et le chômage persistent. Ces dernières années, les Tunisiens sont descendus dans la rue pour exprimer leur mécontentement, parfois de manière violente.

La pandémie a également révélé à quel point l’État tunisien est devenu dysfonctionnel. Une enquête de l’Institut national de la statistique tunisien a révélé qu’un tiers des ménages craignaient de manquer de nourriture l’année dernière. Pourtant, selon des documents ayant fait l’objet d’une fuite, le gouvernement semblait disposé à supprimer les subventions au pain dans le cadre des négociations en vue d’obtenir un prêt de 4 milliards de dollars du Fonds monétaire international, le quatrième en dix ans. La colère suscitée par la gestion de la pandémie par le gouvernement n’a été qu’aggravée par le niveau de la dette nationale : les remboursements des prêts sont désormais six fois supérieurs au budget de la santé du pays.

Il est facile de comprendre que les institutions démocratiques tunisiennes ne répondent pas aux besoins de la population. Mais le système présidentiel d’un homme fort s’est effondré il y a dix ans parce qu’il s’est avéré incapable de répondre aux demandes de la population. La dictature a survécu grâce à une répression brutale. Ce dont la Tunisie a besoin, c’est que les politiciens adoptent une vision plus réaliste de la direction que doit prendre le pays. Un retour à l’autocratie ne garantira pas la stabilité du régime. Le président Saied a défié la constitution pour suspendre le parlement. Son incapacité à travailler avec un premier ministre qu’il a choisi suggère qu’il n’est pas bien adapté à un système politique complexe. Son éloge de la dictature militaire égyptienne n’inspire guère confiance.

La démocratie tunisienne a été un triomphe de la politique du consensus. Pourtant, la coalition gouvernementale a souvent signifié que les décisions étaient remises à plus tard par crainte de briser les alliances. Cela a conduit, en particulier après les élections de 2019, à un soutien croissant pour de nouveaux partis plus extrêmes, alors que les appels à un meilleur niveau de vie et à la justice sociale restaient sans réponse. En se serrant les coudes, les élus semblent avoir encouragé l’instabilité politique qu’ils voulaient éviter. Pourtant, le pays n’est pas dépourvu de politiciens rusés. Rachid Ghannouchi, l’actuel président du parlement et cofondateur d’Ennahda, a déjà sauvé une fois la transition démocratique précoce de la Tunisie de l’effondrement, en 2013. Il y a une crise en Tunisie. Elle sera désamorcée en voyant l’urgence pour ce qu’elle est et en s’attaquant à ses causes – et non en insistant sur des arguments anti-démocratiques bien au-delà de leur date de péremption.

The Guardian, 26/07/2021

Etiquettes : Tunisie, Printemps Arabe, Kaïs Saïed, Ennahdha,