La rivalité Algérie-Maroc vue par un think tank allemand

Rivalités maghrébines sur l’Afrique subsaharienne
L’Algérie et la Tunisie cherchent à suivre le Maroc

Isabelle Werenfels

La pandémie de Covid-19 a placé les relations avec l’Afrique subsaharienne plus haut dans l’agenda des pays du Maghreb et a consolidé les tendances existantes. Le Maroc est l’Etat maghrébin avec la politique sub-saharienne la plus sophistiquée. Ses motivations incluent des marchés de croissance attractifs en Afrique, la frustration face à un accès restreint à l’Europe, une intégration dans l’impasse au Maghreb et le souhait de voir le Sahara occidental reconnu comme marocain. La politique sub-saharienne du Maroc a exacerbé les tensions avec l’Algérie et éveillé les ambitions en Tunisie. Alger, en tant que bailleur de fonds et acteur sécuritaire de l’Union africaine (UA) et « protecteur » du mouvement indépendantiste du Sahara occidental, cherche à contrecarrer les avancées de Rabat. Tunis, pour sa part, tente de suivre les traces de Rabat, espérant que des relations plus étroites avec l’Afrique stimuleront la croissance économique. L’Union européenne doit considérer ces tendances comme une opportunité pour l’intégration africaine et la coopération triangulaire UE/Maghreb/Sub-Sahara. Cela pourrait contrecarrer le sentiment d’inutilité croissante de l’Algérie, renforcer l’économie tunisienne, relativiser les ambitions hégémoniques du Maroc et ainsi atténuer la dynamique négative de la rivalité.

Les politiques africaines des États du Maghreb diffèrent considérablement par leur intensité, leur visibilité, leurs motivations et leurs priorités. À un niveau plus large, ils reflètent les capacités générales de chaque État en matière de politique intérieure et étrangère. Cela est visible notamment dans la manière dont les pays commercialisent leurs politiques africaines.

Depuis quelque temps, le Maroc a la politique africaine la plus dynamique et la plus progressiste des trois pays. Le roi Hassan II, qui a régné de 1961 à 1999, avait déjà sondé l’Afrique de l’Ouest. Mais c’est sous la direction de son fils Mohammed VI (depuis 1999) que le Maroc a activement joué un rôle économique et diplomatique clé en Afrique. Mohammed VI a pris personnellement en charge la politique africaine du pays, l’accompagnant d’une intense diplomatie de voyage et d’apparitions stratégiques, par exemple lors du 5e sommet UA-UE en 2017 à Abidjan. Rabat a obtenu des succès notables avec son approche du soft power, qui englobe des composantes économiques, de coopération au développement, de migration et religieuses. En janvier 2017, le Maroc a été réadmis à l’UA après 33 ans, contre les objections de poids lourds comme l’Afrique du Sud et l’Algérie mais fortement soutenu par de nombreux États d’Afrique de l’Ouest ainsi que le Rwanda. Le Maroc a quitté le prédécesseur de l’UA en signe de protestation en 1984 après avoir accepté le Sahara occidental comme membre.

Le Maroc a énormément étendu sa présence en Afrique subsaharienne au cours de la dernière décennie, surtout sur le plan économique. C’est l’un des plus grands investisseurs africains du continent, aux côtés de l’Afrique du Sud, du Kenya et du Nigeria, et le plus grand investisseur africain en Afrique de l’Ouest, où les compagnies d’assurance, les opérateurs de télécommunications et les banques marocaines détiennent des parts de marché importantes. Le Maroc exporte également des technologies agricoles et des énergies renouvelables, en particulier vers l’Afrique de l’Ouest, et se tourne de plus en plus vers l’Afrique orientale et centrale, par exemple l’Éthiopie, le Rwanda et le Cameroun. Depuis 2017, Rabat sollicite également l’adhésion à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à ce jour sans succès.

Un moteur central de cette politique est la volonté d’ouvrir de nouveaux marchés pour les entreprises marocaines, en particulier ceux contrôlés par la famille royale. Deux aspects pertinents ici sont l’accès limité au marché unique européen et l’interaction économique marginale à travers la frontière fermée avec l’Algérie. La volonté du Maroc de faire reconnaître sa revendication sur le Sahara occidental est au moins aussi importante pour son « tour vers l’Afrique ». A cela s’ajoute la rivalité régionale avec l’Algérie qui va au-delà de la question du Sahara occidental, où l’Algérie fonctionne comme le « protecteur » du mouvement indépendantiste, le Polisario. Les deux États cherchent à exploiter les nouvelles opportunités créées par les changements dans le contexte régional plus large, telles que l’éviction du dirigeant libyen et défenseur d’une plus grande unité africaine Mouammar al-Kadhafi, qui a joué un rôle extrêmement actif dans la diplomatie africaine, et questions de sécurité.

Voisin Algérie Irrité

L’ascension du Maroc sur le continent pourrait être qualifiée de presque traumatisante pour l’Algérie, dont l’influence s’est considérablement affaiblie. Au cours des premières décennies après l’indépendance en 1962, l’Algérie a joui d’un grand prestige dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne en raison de son soutien militaire, logistique et financier aux mouvements anticoloniaux. Une coopération étroite au développement avec les États africains nouvellement indépendants et un engagement important dans le Mouvement des non-alignés ont également renforcé la position de l’Algérie à travers le continent.

Depuis sa guerre civile des années 1990, qui a coïncidé avec la fin de l’ordre de la guerre froide, Alger n’a pas réussi à restaurer sa grandeur perdue et sa politique de « profondeur stratégique » en Afrique. La sphère de la sécurité représente une exception partielle. Ici, l’Algérie joue un rôle important au sein des institutions de l’UA, et Alger s’est également engagé en tant que médiateur dans les conflits africains avec un certain succès. Les initiatives économiques sous le président Abdelaziz Bouteflika entre 1999 et 2019 – comme une ambitieuse conférence sur l’investissement à Alger fin 2016 – ont eu moins de succès. Bien que l’Algérie ait été membre fondateur de l’agence de développement de l’UA NEPAD (aujourd’hui AUDA), son engagement est resté modeste, malgré le fait qu’elle disposait de ressources matérielles considérables jusqu’à il y a quelques années.

A partir de 2013, l’engagement de l’Algérie en Afrique a été entravé par les graves problèmes de santé de Bouteflika, qui ont mis fin à sa diplomatie itinérante. Pourtant, même avant cela, le président algérien avait montré un intérêt décroissant pour l’Afrique, bien qu’il ait appartenu il y a des décennies aux architectes de la première politique étrangère de l’Algérie et de son soutien aux mouvements anticoloniaux.

Son successeur Abdelmadjid Tebboune, en poste depuis décembre 2019, a annoncé le « retour en Afrique » de l’Algérie lors de son premier sommet de l’UA en février 2020. Si cela est probablement motivé par une volonté de ne pas laisser entièrement le terrain au Maroc, les défis sécuritaires extérieurs conduisent également Alger. regarder vers le sud : instabilité au Mali, chaos en Libye, pression migratoire sur ses frontières sud, et présence militaire européenne et américaine au Sahel. Ce dernier Alger observe avec méfiance.

Cependant, une stratégie africaine profilée comparable à celle du Maroc n’est actuellement pas observable. Et les perspectives d’une émergence ne sont pas particulièrement bonnes. Les décideurs algériens sont préoccupés par d’importants défis internes et économiques – pour lesquels ils n’ont pas été en mesure à ce jour de présenter des stratégies.

La Tunisie cherche à rattraper son retard

La Tunisie observe de plus en plus attentivement et avec envie la politique africaine du Maroc. Dans les ministères et les milieux d’affaires, on entend que la Tunisie pourrait en effet offrir une expertise comparable ou meilleure, par exemple dans les secteurs de l’informatique, de la promotion immobilière et bancaire, dans la planification technique des grands projets d’infrastructure et dans les services de santé et d’éducation.

Après une bonne vingtaine d’années où l’Afrique subsaharienne a joué un rôle marginal, la Tunisie sort progressivement de son sommeil. Après la chute du régime de Ben Ali en 2011, le gouvernement de transition a tenté de relancer l’engagement diplomatique africain de l’époque du président Habib Bourguiba (1957-1987). Mais ce fut un bref épisode de peu d’importance stratégique. Par exemple, Tunis n’a pas pu empêcher la décision de la Banque africaine de développement en 2013 de déplacer son siège à Abidjan .

La Tunisie a néanmoins progressivement élargi son engagement en Afrique subsaharienne, comme en témoigne son adhésion à la CEDEAO en 2017 en tant qu’observateur, et son adhésion au Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) en 2018. En 2017, le Premier ministre de l’époque, Youssef Chahed, s’est rendu au Niger, au Mali et au Burkina Faso. Le nouveau Premier ministre nommé à l’automne 2020, Hichem Mechichi, a annoncé qu’il allait intensifier la diplomatie économique en Afrique. Le président du pays, Kaïs Saïed, n’a jusqu’à présent manifesté qu’un intérêt limité pour l’Afrique subsaharienne.

Jusqu’à présent, c’est le secteur privé qui insiste le plus pour une orientation plus claire sur l’Afrique, en premier lieu le Conseil des Affaires Tunisie-Afrique (TABC). Elle établit des contacts, organise des conférences et milite pour les réformes juridiques et administratives nécessaires pour encourager les investissements et les exportations. Compte tenu des problèmes fondamentaux de la jeune démocratie – prise de décision lente, parlement débordé et manque de continuité politique – il s’agit inévitablement d’un processus de longue haleine.

Jeu de pouvoir institutionnel

La confiance du Maroc, la défense par l’Algérie de son héritage et le regain d’intérêt de la Tunisie se reflètent également au sein des institutions et organisations africaines. La disparition du dictateur libyen Kadhafi en 2011 a fait de l’Algérie le poids lourd incontesté du Maghreb au sein de l’UA. Mais le Maroc contribue désormais au moins autant financièrement et attend des positions et une influence pertinentes dans les organes de l’UA.

Pendant près de deux décennies, un Algérien a occupé le poste de commissaire de l’UA à la paix et à la sécurité, qui supervise également le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA. Le Maroc a rejoint le CPS en 2018 et a occupé sa présidence tournante en 2019. Là où Rabat est représenté dans les organes de l’UA, il y a souvent des conflits sur des formulations qui (pourraient potentiellement) se rapporter au conflit du Sahara occidental, et sur la présence de la République sahraouie en tant que membre de l’UA. Si le Maroc n’a pas réussi à ce jour à exclure le Polisario de l’UA, les fronts se sont durcis. Des pays influents comme l’Afrique du Sud maintiennent leur soutien sans équivoque au Polisario, mais treize membres de l’UA soutiennent explicitement la revendication du Maroc sur le Sahara occidental, ayant ouvert des consulats dans la partie occupée par le Maroc depuis 2019.

L’Algérie abrite une importante institution de l’UA, le Centre africain d’études et de recherches sur le terrorisme (CAERT). Le Maroc et la Tunisie ont désormais le leur : l’Observatoire africain des migrations fondé en 2018 est basé à Rabat, l’Institut de statistique de l’UA à Tunis. En 2020, le Maroc a également remporté une victoire mineure en ce qui concerne la représentation africaine aux Nations Unies, en assurant la présidence de la mission indépendante d’établissement des faits du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur la Libye. Le candidat algérien au poste de représentant spécial de l’ONU en Libye a apparemment été rejeté par Washington. Cet exemple illustre comment l’influence des États maghrébins en Afrique fonctionne parfois de manière oblique et/ou repose sur des appuis extérieurs.

Se bousculer sur les alliances de sécurité

Les effets négatifs de la rivalité algéro-marocaine sont particulièrement évidents dans le domaine de la sécurité. L’Algérie a été l’une des forces motrices de l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) à travers son engagement au Conseil de paix et de sécurité de l’UA et au CAERT. Mais malgré les défis de sécurité partagés et urgents dans la région du Sahel/Sahara, aucune des initiatives de sécurité multilatérales n’inclut les trois États du Maghreb – à part une implication lâche dans le Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme de Washington. Au lieu de cela, l’Algérie et le Maroc tentent chacun de faire leur propre marque.

En 2010, Alger a mis en place un Comité mixte d’état-major (CEMOC) à Tamanrasset pour lutter contre le terrorisme au Sahel avec le Mali, la Mauritanie et le Niger et développer leurs capacités sécuritaires. Le Maroc et la Tunisie participent à la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), fondée par Kadhafi et qui a également une dimension sécuritaire. Mais ni la CEN-SAD ni la CEMOC ne jouent un rôle significatif au Sahel. Les initiatives impliquant également des acteurs internationaux, comme le G5-Sahel, sont plus visibles.

Bien que l’Algérie ait obtenu des succès dans le domaine de la résolution des conflits, par exemple avec l’ Accord d’Alger pour le Mali en 2015, le Maroc s’est battu pour ce rôle. Par exemple, l’Accord politique libyen établissant un gouvernement soutenu par l’ONU a été signé à Skhirat, au Maroc, en 2015. À l’automne 2020, les parties au conflit libyen ont à nouveau négocié au Maroc, puis en Tunisie – bien que l’Algérie ait offert à plusieurs reprises ses services en tant que médiateur et profite de la confiance des parties importantes au conflit. Ce que l’on constate encore une fois, c’est la forte capacité stratégique et de mise en œuvre de la monarchie marocaine. Même au Mali, où l’Algérie espérait se positionner rapidement comme médiateur après le coup d’État d’août 2020, le Maroc est vite arrivé pour proposer ses services.

La Tunisie cherche à se démarquer principalement dans le maintien de la paix. En 2019, la plus petite nation du Maghreb a participé à cinq missions de l’ONU en Afrique subsaharienne, dont la MINUSMA au Mali. Le Maroc a été impliqué dans trois missions en 2019, dans deux cas avec des contingents importants. En novembre 2020, l’Algérie a adopté un amendement constitutionnel autorisant ses forces armées à participer aux opérations internationales de maintien de la paix – dont la plupart se déroulent en Afrique. Cela pourrait déclencher une course au maintien de la paix au Maghreb, avec des effets potentiellement positifs.

Concurrence économique inégale

Le secteur où l’Algérie et la Tunisie ont le plus de retard à rattraper est l’économie. Casablanca est en volume le plus grand centre financier du continent et le Maroc a une longueur d’avance dans le commerce et l’investissement en Afrique subsaharienne (voir Figure).

Entre 2005 et 2019, les exportations du Maroc ont quadruplé et celles de la Tunisie ont plus que doublé. Les deux ont d’importants excédents commerciaux avec l’Afrique subsaharienne. L’Algérie, quant à elle, importe beaucoup plus d’Afrique subsaharienne qu’elle n’y exporte. Son volume d’exportation est cependant en nette augmentation depuis quelques années et ses importations en provenance d’Afrique australe se sont envolées. Cela indique des relations commerciales croissantes avec certaines économies subsahariennes.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) lancée en 2019 comprend les trois États du Maghreb. Il est conçu pour entrer en vigueur progressivement, et il est initialement peu probable qu’il modifie le déséquilibre vers le Maroc. La Tunisie et l’Algérie n’ont pas (encore) de stratégie économique pour l’Afrique subsaharienne. Les autres obstacles sont le contrôle des changes et l’absence d’accords de double imposition. L’Algérie souffre également d’un manque de diversification de son secteur d’exportation et de services non compétitifs ; il reste à voir si les idées du gouvernement telles que l’offre de services de son secteur de la construction publique aux États d’Afrique subsaharienne seront mises en œuvre et trouveront une demande. La Tunisie a pour sa part pris des premières mesures concrètes, comme l’ouverture de deux nouvelles ambassades et quatre bureaux commerciaux en Afrique.

La connectivité est la clé

L’Algérie et la Tunisie ont toutes deux reconnu que la réussite économique du Maroc en Afrique subsaharienne a été stimulée par une politique de connectivité tournée vers l’avenir. En réponse, la Tunisie a établi de nouvelles routes aériennes vers l’Afrique subsaharienne et l’Algérie a ouvert un poste frontière vers la Mauritanie. Alger a salué ce dernier comme une étape vers l’intensification de la coopération avec l’Afrique de l’Ouest dans son ensemble. En 2020, l’Algérie a également achevé sa section de l’autoroute transsaharienne, qui devrait à terme atteindre le Nigéria ; La Tunisie est également connectée. Que cette route – si son tronçon sahélien soit achevé un jour – puisse devenir une artère de transport majeure dépendra de manière cruciale de la stabilité et de la sécurité dans la région du Sahel/Sahara.

Les liaisons de transport du Maroc vers l’Afrique subsaharienne devraient rester inégalées à long terme, ne serait-ce qu’en raison de la situation géographique du pays. Casablanca est de loin le plus grand hub aérien du Maghreb et Tanger Med s’est imposé comme le plus grand port d’Afrique en termes de volumes de transport de conteneurs, bénéficiant de sa situation à la jonction de l’Atlantique et de la Méditerranée. Les routes maritimes de l’Algérie à l’Afrique subsaharienne sont longues, de la Tunisie encore plus longues. La Tunisie souffre d’un inconvénient supplémentaire dans la mesure où toutes ses routes terrestres passent par le territoire libyen ou algérien, rendant les exportations dangereuses ou dépendantes de la coopération algérienne. Pour la capacité d’exportation de la Tunisie vers le sud, il sera vital de développer le transport aérien – et ses ports, malgré les routes maritimes relativement longues. Encore,

Des rivalités existent également en matière d’infrastructures énergétiques. Les plans d’un gazoduc transsaharien du Nigeria à l’Algérie existent depuis des décennies. Un accord pour un gazoduc du Nigeria via le Maroc vers l’Espagne signé en 2016 semble avoir de meilleures perspectives de réalisation.

L’avancement de ces projets d’infrastructure dépend notamment du soutien d’États non africains. La Chine est particulièrement en vue et réfléchit de manière perceptible à une coopération trilatérale avec l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. A ce titre, il influence la compétition maghrébine pour le rôle de « porte d’entrée vers l’Afrique ». A ce jour, l’Algérie est le soi-disant « partenaire stratégique global » de Pékin au Maghreb. Mais plus récemment, la Chine s’est de plus en plus tournée vers le Maroc, par exemple en tant que base de fabrication et d’exportation automobile pour l’Afrique dans son ensemble. La Russie, en tant que partenaire traditionnel de l’Algérie, s’intéresse également au Maroc pour une coopération trilatérale avec l’Afrique subsaharienne.

Gagner les cœurs et les esprits

Les tentatives tunisiennes et algériennes de suivre le Maroc dans le domaine du soft power sont encore modestes, comme en témoigne leur communication externe. L’Algérie n’a pas pu capitaliser fortement sur l’allègement de la dette d’environ trois milliards de dollars US pour quatorze États africains entre 2013 et 2018. En revanche, Rabat a réussi à générer une visibilité internationale pour ses livraisons d’équipements de protection « made in Morocco L’Afrique subsaharienne pendant la première vague de la pandémie de Covid-19.

Dans le fond comme dans la représentation, la stratégie sub-saharienne du Maroc poursuit également une approche nettement plus sophistiquée. Tout d’abord, beaucoup plus de recherches sur l’Afrique sont menées au Maroc. Le roi Hassan II a fondé un Institut d’études africaines en 1987 ; depuis lors, un nombre croissant de groupes de réflexion marocains ont vu le jour pour travailler sur l’Afrique subsaharienne et le rôle du Maroc dans ce pays.

La stratégie se traduit également par des politiques concrètes. Dans la politique de développement , par exemple, Rabat a une orientation Sud-Sud bien établie englobant l’aide au développement classique comme les projets d’eau. L’Algérie tente de rattraper son retard : au printemps 2020, le président Tebboune a annoncé la création d’une agence de développement pour l’Afrique. L’Agence tunisienne de coopération technique (ATCT) couvre actuellement l’Afrique avec un seul bureau en Mauritanie, mais s’appuie de plus en plus sur un soutien extérieur pour ses activités africaines, par exemple de la Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) allemande et de l’Agence turque de coopération et de coordination. (TİKA).

La politique éducative du Maroc est également sans égal. En 2019, il a accueilli plus de 17 000 étudiants d’Afrique subsaharienne, dont environ la moitié ont reçu des bourses marocaines. L’Algérie a ouvert un institut de l’Université panafricaine (PAU) en 2014 avec le soutien de l’Allemagne, bien que son nombre d’étudiants soit relativement faible. Les chiffres complets pour les étudiants africains dans le pays ne sont pas disponibles. En Tunisie, le nombre d’étudiants des pays africains a presque diminué de moitié, passant de 12.000 (2010) à 6.500 (2018)

En diplomatie religieuse aussi , le Maroc est incontesté. Rabat forme des imams d’une dizaine d’Etats africains et recourt fréquemment à ses ordres soufis pour ouvrir des portes. Cela s’applique particulièrement à la Tijaniyya, qui compte des millions d’adhérents en Afrique de l’Ouest. Les dirigeants de la Tijaniyya marocaine ont accompagné les délégations du roi et des entreprises en Afrique subsaharienne, et lorsque le ministre marocain des Affaires étrangères s’est rendu au Mali après le coup d’État de 2020, il a également rencontré le chef local de l’ordre. Alors que la tombe du fondateur à Fès, au Maroc, est devenue un lieu de pèlerinage pour les croyants de toute l’Afrique subsaharienne, Alger n’a pas réussi à générer un capital symbolique à partir de sa ville natale en Algérie.

Enfin et surtout, le Maroc a dominé les autres États du Maghreb avec sa politique migratoire . Depuis 2014, elle a accordé des permis de séjour temporaires à des dizaines de milliers de migrants irréguliers d’Afrique subsaharienne, leur permettant d’accéder au marché du travail et aux systèmes de santé et d’éducation. Même si cette politique semble plus convaincante sur le papier que sur le terrain, elle a valu au Maroc une bonne volonté en Afrique subsaharienne et une meilleure visibilité que l’Algérie et la Tunisie. Bien que la Tunisie ait franchi une étape importante en 2018 en tant que premier pays arabe à adopter une législation contre le racisme, ses mesures, comme celles de l’Algérie, manquent souvent de visibilité. Le Maroc vend tout simplement ce qu’il fait de mieux, tant au pays qu’à l’étranger.

Les limites de la politique africaine

Au-delà de la concurrence entre eux, les ambitions africaines des États maghrébins se heurtent à des contraintes :

Premièrement, les politiques africaines des gouvernements respectifs ne sont pas soutenues par leurs sociétés, qui se tournent généralement davantage vers l’Europe et le monde arabe. La politique africaine du Maroc est le cheval de bataille du roi mais trouve peu de résonance parmi les partis politiques. Les acteurs de la société civile se plaignent que les grandes entreprises liées à la monarchie profitent le plus alors que les effets de retombée sont absents. En Algérie aussi, l’indifférence à l’égard de l’Afrique subsaharienne prédomine, la politique africaine dépendant d’une poignée d’élites du mouvement indépendantiste, de quelques acteurs de la société civile et de quelques entrepreneurs visionnaires. Le virage de la Tunisie vers le Sud est propagé principalement par des élites dynamiques du secteur privé.

A l’autre bout de l’équation, les ambitions maghrébines se heurtent également à des résistances de la part des gouvernements et des populations d’Afrique subsaharienne. Le racisme répandu au Maghreb – mis en lumière par la migration croissante en provenance d’Afrique subsaharienne – joue un rôle. Les Africains subsahariens sont fréquemment victimes de discrimination et de violence, y compris de la part des autorités. Depuis 2018, le Mali et le Niger connaissent des manifestations récurrentes contre la politique d’expulsion impitoyable de l’Algérie. Les États maghrébins risquent d’acquérir une réputation d’exécutants des politiques européennes contre la migration irrégulière.

Rabat a connu les limites de sa politique africaine depuis 2017, les États d’Afrique de l’Ouest refusant d’adhérer à la CEDEAO en raison des inquiétudes concernant la domination économique – et générale – du Maroc. Dans toute l’Afrique subsaharienne, il existe des doutes fondamentaux quant à la volonté des États du Maghreb de s’intégrer pleinement – ​​et d’être prêts à renoncer à un statut spécial, par exemple dans les relations commerciales avec l’Europe. Un seul Marocain a été officiellement classé dans le bassin des candidats à l’élection des nouveaux commissaires de l’UA en 2021 (avec peu de chances de succès) et aucun Algérien ou Tunisien ne s’est pré-qualifié. Un facteur ici peut être les réserves de nombreux membres de l’UA sur les États du Maghreb.

Néanmoins, les Etats maghrébins devraient profiter de la volonté croissante de trouver des solutions africaines pour l’Afrique. À la lumière des fermetures et des perturbations des transports associées à la pandémie de Covid-19, des voix en Afrique demandent de plus en plus la mise en place de chaînes d’approvisionnement purement continentales pour réduire la dépendance vis-à-vis des acteurs externes. Le Maroc semble surtout déterminé à assumer un rôle central et à ne pas simplement laisser les marchés attractifs de l’Afrique subsaharienne à des acteurs extérieurs comme la Chine, la Russie, la Turquie, le Golfe et les États européens.

Union européenne : promouvoir les dynamiques positives

La politique de l’UE à l’égard du Maghreb s’est jusqu’à présent principalement déroulée dans le cadre de ses politiques de voisinage et de la Méditerranée. Les États de l’UE, y compris l’Allemagne, coopèrent également étroitement avec les États du Maghreb. L’intérêt croissant pour l’Afrique subsaharienne tant au Maghreb qu’en Europe ouvre de nouvelles perspectives pour toutes les parties. Leur réalisation exigera des acteurs économiques et politiques allemands et européens qu’ils conceptualisent plus fortement leurs politiques en termes d’ensemble du continent, et en particulier d’intégration continentale. Ils ne doivent pas considérer l’intérêt du Maghreb en Afrique comme étant en concurrence avec son intérêt en Europe ou avec le propre intérêt de l’Europe en Afrique. Les points de départ appropriés incluent le cadre du Pacte du G20 avec l’Afrique (CwA).

A moyen terme, l’intégration africaine pourrait fonctionner comme le moteur du processus d’intégration maghrébine que l’UE cherche à favoriser, à ce jour sans succès. Une intégration (économique) réussie en Afrique pourrait également servir à stabiliser le Maghreb, ce qui serait clairement dans l’intérêt de l’UE.

Pour l’UE, soutenir de telles évolutions prometteuses implique tout d’abord de se concentrer davantage sur la coopération économique et au développement trilatérale. Concrètement, cela pourrait signifier employer et apprendre de l’expertise maghrébine, par exemple dans des partenariats économiques allemands et européens et des projets de développement avec l’Afrique subsaharienne. Ici, le Maghreb peut aider à construire ou à élargir des ponts financiers et technologiques entre l’Europe et l’Afrique.

Il est donc évident, deuxièmement, pour les exportateurs expérimentés comme l’Allemagne pour offrir une expertise technique aux deux « retardataires » sur des questions telles que le développement de stratégies et l’expansion de l’infrastructure pour l’exportation de marchandises produites localement vers l’Afrique. Cela profiterait également aux industriels allemands et européens produisant au Maghreb en ouvrant des marchés comprenant environ un milliard de consommateurs. Un projet correspondant pour les petites et moyennes entreprises tunisiennes est déjà en cours, avec un financement du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement. La coopération trilatérale peut aussi signifier la création conjointe des conditions préalables au positionnement de la Tunisie en tant que hub informatique et centre de formation en santé pour l’Afrique ; dans les deux domaines, le pays est un leader sur le continent. C’est aussi un moment opportun pour offrir à l’Algérie un soutien à l’exportation de biens et de savoir-faire : Alger s’intéresse actuellement à la diversification des exportations et à la correction de son déficit commercial avec l’Afrique. Le gouvernement subit une forte pression pour produire des résultats.

Troisièmement , les acteurs européens doivent s’efforcer de minimiser les effets négatifs potentiels (secondaires) des politiques européennes au Maghreb. La gestion des migrations doit prendre en considération la réputation des États du Maghreb, qui est étroitement liée au traitement des migrants d’Afrique subsaharienne. Il faut également s’assurer que les politiques de gestion des frontières que l’Europe pousse en Afrique n’interfèrent pas avec l’intégration africaine. L’Europe devrait également prendre au sérieux les efforts de l’Afrique pour développer la ZLECAf : les négociations sur les accords de libre-échange bilatéraux avec le Maroc et la Tunisie devraient tenir compte des conséquences possibles pour l’intégration africaine.

Quatrièmement, il est important de contrer la pensée maghrébine à somme nulle. Plutôt que de soutenir la politique africaine du Maroc, de l’Algérie ou de la Tunisie, l’UE devrait soutenir les éléments constructifs de chacun. Cela vaut également pour l’engagement des États du Maghreb pour la paix et la sécurité en Afrique subsaharienne. Concernant le Sahara occidental, l’Europe doit continuer à soutenir la ligne de l’ONU et ne pas souscrire à des initiatives unilatérales françaises ou espagnoles.

Il y a beaucoup à gagner sur le plan géopolitique si l’Europe s’affirme comme un partisan fiable du rapprochement entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne et s’engage dans une coopération triangulaire. Cela ralentirait la croissance des ouvertures pour d’autres acteurs externes tels que la Chine, l’Inde, la Turquie et les États du Golfe et renforcerait l’axe euro-africain.

Dr. Isabelle Werenfels est Senior Fellow dans la division Moyen-Orient et Afrique.

© Stiftung Wissenschaft und Politik, 2020

Tous les droits sont réservés

Ce commentaire reflète les opinions de l’auteur.

Source : Institut allemand des affaires internationales et de sécurité, 19/11/2020

Etiquettes : Maroc, Algérie, Tunisie, Union Européenne, UE, Afrique, Afrique Subsaharienne,