Présentation de l’affaire Pegasus par The Washington Post

Le projet Pegasus – Une enquête mondiale
Lettre de l’éditeur
Par Sally Buzbee

Cher lecteur,

Aujourd’hui, le Washington Post se joint à des organismes de presse du monde entier pour vous faire part d’un sujet important. La surveillance numérique est omniprésente dans notre société, et les nouvelles technologies offrent plus que jamais le pouvoir de suivre chaque aspect de notre vie quotidienne. Le risque d’abus n’a jamais été aussi grand. Dans la plupart des pays, il n’existe pas de règles ou de normes efficaces limitant les entreprises privées qui vendent des technologies de surveillance aux gouvernements ou autres.

C’est pourquoi nous avons consacré des ressources extraordinaires pour rejoindre le projet Pegasus.

Le projet a été conçu par Forbidden Stories, une association de journalisme à but non lucratif basée à Paris, qui, avec Amnesty International, un groupe de défense des droits de l’homme, a eu accès à des documents qui ont servi de base à notre reportage : une liste de plus de 50 000 numéros de téléphone portable concentrés dans des pays connus pour surveiller leurs citoyens et également connus pour avoir été clients de NSO Group, une entreprise privée israélienne qui est un leader mondial dans le domaine de la surveillance privée. NSO est le développeur de Pegasus, un puissant outil d’espionnage, et affirme avoir 60 agences gouvernementales clientes dans 40 pays, qu’elle ne nommera pas. La société affirme qu’elle n’accorde de licences pour son logiciel qu’à des gouvernements contrôlés et que Pegasus est destiné à cibler les criminels – trafiquants de drogue, terroristes, pédophiles – et non les citoyens ordinaires.

NSO affirme qu’elle n’exploite pas les logiciels dont elle concède la licence. Elle maintient qu’elle suit les normes éthiques les plus strictes et surveille ses clients en matière de violations des droits de l’homme. Néanmoins, le Pegasus Project a examiné les numéros figurant sur la liste pour identifier des dizaines de smartphones appartenant à des journalistes, des militants des droits de l’homme et d’autres personnes qui ont été infectés ou soumis à des tentatives de pénétration par le logiciel de NSO. Bien que l’objectif de la liste n’ait pu être déterminé de manière concluante, il s’agit d’un document fascinant. Sur les plus de 1 000 identités qui ont pu être confirmées, on compte au moins 85 militants des droits de l’homme, 65 chefs d’entreprise, plusieurs membres de familles royales arabes, 189 journalistes et 600 fonctionnaires et hommes politiques, répartis dans plus de 50 pays. Parmi les journalistes figurent des reporters d’investigation qui ont mené une croisade contre la corruption au sein des gouvernements, tandis que parmi les hommes politiques figurent des figures de proue de l’opposition dans des pays aux dirigeants autoritaires. Plusieurs chefs d’État et premiers ministres figuraient sur la liste.

Forbidden Stories et Amnesty International ont eu accès à cette liste. Sur la base des rapports que nous avons établis avec le consortium, nous sommes convaincus que ces documents donnent un aperçu précis et révélateur de l’omniprésence de la surveillance privée.

Plus de 80 journalistes de Forbidden Stories, du Monde, de la Süddeutsche Zeitung, de Die Zeit, du Washington Post, du Guardian, de Daraj, de Direkt36, du Soir, de Knack, de Radio France, de the Wire, de Proceso, d’Aristegui Noticias, du Organized Crime and Corruption Reporting Project, de Haaretz et de PBS Frontline ont participé à cette enquête. Les journalistes ont passé des mois à réaliser des reportages et des entretiens sur quatre continents. Le Security Lab d’Amnesty a effectué l’analyse des smartphones.

Citizen Lab, un groupe de recherche indépendant de l’université de Toronto qui s’est spécialisé dans le suivi des infections par Pegasus au cours des dernières années, a examiné les méthodes d’expertise d’Amnesty et les données provenant de quatre téléphones portables et a approuvé les analyses d’Amnesty.

NSO affirme que la liste de plus de 50 000 numéros ne montre probablement rien d’autre que la collecte innocente de données à des fins commerciales, et non de surveillance. Elle affirme que les conclusions du projet Pegasus sont erronées et sans fondement. Elle invoque des obligations de confidentialité pour ne pas identifier ses clients et affirme ne pas connaître les détails de leur collecte de renseignements.

L’un des experts que nous citons dans notre rapport expose clairement le problème : « L’humanité n’est pas dans un endroit où nous pouvons avoir autant de pouvoir accessible à n’importe qui. »

Le Post est fier de participer à des reportages qui mettent en lumière de telles informations.

Cordialement,

Sally Buzbee

The Washington Post, 18/07/2021

Etiquettes : Pegasus, NSO Group, espionnage, Logiciels espions, Israël, Forbidden Stories, Amnesty International,