Pegasus: Les outils ont changé mais pas les régimes répressifs

Pegasus : Les outils ont peut-être changé mais pas les régimes répressifs

La révélation de l’utilisation abusive du logiciel espion pour smartphone du groupe NSO n’est pas une surprise.

Lors du lancement d’Index on Censorship il y a 50 ans, notre fondateur, le poète et romancier Stephen Spender, a déclaré : « Le monde évolue dans deux directions : l’une va dans le sens d’un rétrécissement des distances grâce aux voyages, à l’accroissement des échanges entre scientifiques (qui adoptent une vision mondiale de problèmes tels que l’exploration de l’espace, l’écologie, la population) ; l’autre va dans le sens d’une fermeture des frontières, d’une surveillance toujours plus jalouse de la liberté individuelle par les gouvernements et la police. Les contraires sont la peur et l’ouverture ; et en se préoccupant de la situation de ceux qui sont privés de leurs libertés, on prend le parti de l’ouverture. »

Ce texte a été écrit en 1971 – 36 ans avant le lancement de l’iPhone – et pourtant, il aurait facilement pu être écrit aujourd’hui, en particulier notre dépendance croissante à l’égard des scientifiques en tant que citoyens du monde dans le monde des pandémies mondiales.

Mais les nouvelles de cette semaine sur la portée du logiciel espion Pegasus nous rappellent à la fois les progrès des technologies émergentes et la détermination permanente des régimes répressifs et des acteurs hostiles à les utiliser contre leurs citoyens, pour faire taire les critiques et restreindre la liberté des médias. Ceux qui cherchent à censurer et à intimider au XXIe siècle utilisent peut-être des outils différents, mais l’objectif reste le même.

Pegasus, développé par NSO, est utilisé pour extraire des informations des smartphones de ses cibles. En théorie, cette technologie a été développée pour être utilisée par les services de sécurité des pays ayant un bilan positif en matière de droits de l’homme. En réalité, il semble que l’utilisation de cette technologie soit beaucoup plus étendue et qu’elle soit utilisée pour cibler les défenseurs des droits de l’homme, les militants des droits civils et les journalistes du monde entier.

L’utilisation de ce logiciel espion pour saper ceux qui cherchent à défendre les valeurs libérales qui nous sont chères ne constitue pas seulement une violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme, mais aussi une attaque contre chacun d’entre nous qui défend ces valeurs.

L’exposition publique de l’impact de cette technologie est le meilleur du journalisme d’investigation ; l’utilisation de cette technologie par des acteurs étatiques pour porter atteinte à leurs citoyens et aux droits fondamentaux de l’homme est la nouvelle frontière de la lutte contre la censure et la surveillance.

La façon dont nous communiquons les uns avec les autres a évolué au-delà de toute reconnaissance au cours du dernier demi-siècle et pourtant nous savons que les tyrans et les régimes répressifs du monde entier ont les mêmes objectifs qu’ils ont toujours eus – conserver le pouvoir par tous les moyens nécessaires, c’est pourquoi ils utilisent tous les outils à leur disposition. Notre travail consiste à lutter avec force et à dénoncer chaque attaque contre nos droits humains collectifs.

Index a toujours été du côté de l’ouverture et a fièrement (et bruyamment) pris position contre la répression. Nous poursuivons cette tradition aujourd’hui et nous nous tenons aux côtés des journalistes et des militants du monde entier qui sont pris pour cible par des régimes répressifs – que ce soit par Pegasus ou toute autre technologie.

INDEX ON CENSORSHIP, 23/07/2021

Etiquettes : Pegasus, espionnage, NSO Group, logiciels espions,