Comment le Maroc s’est intéressé au téléphone du président Macron

Projet Pegasus : Comment le Maroc s’est intéressé au téléphone du président français Emmanuel Macron.

Une analyse de la base de données divulguée par les partenaires du Pegasus Project indique que le téléphone d’Emmanuel Macron a été répertorié par un opérateur des services de sécurité marocains en mars 2019.

New Delhi : Caché dans une base de données ayant fait l’objet d’une fuite de milliers de numéros, dont certains ciblés par des logiciels espions de classe militaire, se trouve un numéro de téléphone utilisé par le président français Emmanuel Macron.

Sont également présents sur la liste, mise en lumière par le Projet Pegasus, les numéros de 14 ministres français – dont le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le ministre des Finances Bruno Le Maire – et de Charles Michel, premier ministre de la Belgique à l’époque.

La présence du numéro de M. Macron sur la liste qui a fuité ne signifie pas automatiquement que l’agence qui l’a placé là a tenté de livrer Pegasus ou a réussi à infecter son téléphone, mais elle a suscité des inquiétudes quant au danger que représente l’utilisation transfrontalière de logiciels espions.

« Si les faits sont avérés, ils sont clairement très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations médiatiques », a déclaré le bureau de Macron dans une courte déclaration au Monde. « Certaines victimes françaises ont déjà annoncé qu’elles porteraient plainte, et des enquêtes judiciaires seront donc lancées ».

L’entreprise israélienne, NSO Group, a affirmé que la base de données n’avait « aucune pertinence » pour elle. Mardi soir, dans une lettre adressée au projet Pegasus, elle a également déclaré que Macron n’était la « cible » d’aucun de ses clients et n’avait « jamais été une cible » non plus.

« Tous les responsables gouvernementaux ou diplomates français et belges mentionnés dans la liste ne sont pas et n’ont jamais été des cibles de Pegasus », a-t-elle ajouté.

Cependant, la majorité des numéros figurant sur la liste qui a fait l’objet d’une fuite sont regroupés dans des pays que les experts ont identifiés dans le passé comme ayant eu un opérateur actif dans les opérations de Pegasus. Les partenaires médiatiques du consortium ont également des raisons de croire que la liste comprend des numéros de personnes qui sont des personnes d’intérêt pour les clients de NSO Group.

Pegasus est un logiciel espion de qualité militaire, qui est difficilement détectable une fois qu’il a infecté un téléphone. Il peut permettre à un opérateur de prendre le contrôle à distance d’un téléphone portable et d’extraire n’importe quel dispositif de l’appareil, des e-mails aux photos, en passant par les documents et les enregistrements d’appels.

En 2018, le Citizen Lab de l’Université de Toronto avait identifié le Maroc comme l’un des cinq opérateurs gouvernementaux possibles de Pegasus en Afrique. Il avait signalé qu’un « opérateur distinct qui semble se concentrer sur le Maroc peut également espionner des cibles dans d’autres pays, dont l’Algérie, la France et la Tunisie ».

Mardi, les procureurs français ont annoncé qu’ils avaient ouvert une enquête sur l’utilisation par les services de renseignement marocains du logiciel espion Pegasus sur des journalistes français. Les autorités marocaines ont démenti toutes les allégations.

Mais il est possible que le gouvernement marocain ait jeté son dévolu encore plus haut. Le numéro de Macron figure parmi une longue liste de numéros marocains, ce qui indique que l’agence gouvernementale qui s’intéresse à des milliers de Marocains considérait également le président français comme une personne d’intérêt particulier.

Mardi, le Maroc a exprimé son « grand étonnement » face à la publication d' »allégations erronées … selon lesquelles le Maroc aurait infiltré les téléphones de plusieurs personnalités publiques nationales et étrangères et de responsables d’organisations internationales ».

« Le Maroc est un État de droit qui garantit le secret des communications personnelles par la force de la constitution », précise le communiqué.

Les partenaires médiatiques de Pegasus Project ont appris que Macron utilisait le numéro identifié dans les données divulguées depuis au moins 2017 et jusqu’à récemment.

Dans le système français, le chef de l’État doit être en mesure de recevoir et d’envoyer des informations secret-défense « en tout lieu et à tout moment », ce qui signifie que son entourage se déplace toujours avec des installations de communication portables hautement sécurisées à différents moments.

Selon les informations dont disposent les partenaires médiatiques de Pegasus Project, M. Macron possède également un autre téléphone sécurisé, un modèle Samsung, dont la sécurité a été renforcée par une puce fabriquée par la société française Ercom. Il ne peut partager des appels et des messages cryptés qu’avec un autre appareil également équipé, sinon il fonctionne comme un téléphone portable standard.

La sélection de Macron comme personne d’intérêt a eu lieu juste avant son départ pour un voyage en Afrique, où il a fait escale à Djibouti, en Éthiopie et au Kenya.

Selon la base de données qui a fait l’objet de la fuite, les numéros de deux autres responsables français clés de l’entourage de M. Macron ont également été sélectionnés : son conseiller pour les questions africaines, Frank Paris, et Alexandre Bennalla, son chef de cabinet adjoint de l’époque, qui était chargé de sa sécurité.

Le président français se rendait également dans la région à un moment où la région d’Afrique du Nord, qui a été sous la domination coloniale de la France, était en proie à des troubles en raison de l’instabilité en Algérie, pays voisin du Maroc.

Le dirigeant algérien de longue date, Abdelaziz Bouteflika, avait alors annoncé qu’il ne se présenterait pas aux élections, ce qui a donné lieu à d’intenses spéculations sur l’avenir du pays.

La France étant une puissance coloniale, le Maroc aurait pu s’attendre à glaner des informations sur ses voisins auprès des gouvernements français et de leurs fonctionnaires bien informés de la situation à Alger.

On apprend que l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, avait reçu en octobre 2019 une notification par WhatsApp indiquant que la sécurité de son téléphone avait peut-être été violée en mai de la même année.

Macron pourrait également être visé par deux autres événements diplomatiques – une réunion du G5 Sahel et un sommet de l’union africaine.

Le président français faisait des haltes en Éthiopie, siège de l’Union africaine et centre de la diplomatie multilatérale africaine. Les nations africaines étaient également en train de ratifier un accord de libre-échange, qui aurait pu être la cible des services de renseignement extérieurs du Maroc.

Entre-temps, Charles Michel était le premier ministre de la Belgique lorsqu’il a été sélectionné comme cible d’une surveillance potentielle par un opérateur du logiciel espion basé au Maroc, mais il était déjà question qu’il devienne le prochain président du Conseil européen.

Dans une déclaration au partenaire belge de Pegasus Project, Le Soir, il a déclaré : « Nous étions conscients des menaces et des mesures qui ont été prises pour limiter les risques ».

Selon certaines sources, les tentatives d’utilisation du téléphone de Michel ont été suspectées à peu près au moment où l’on parlait de son prochain mouvement. Le Premier ministre belge disposait également d’un téléphone sécurisé pour les conversations sensibles.

Les services de sécurité marocains avaient également répertorié le numéro du père de Charles Michel, Louis Michel, qui est également un ancien ministre belge des Affaires étrangères. Début 2019, Louis Michel était membre du Parlement européen et coprésident de l’assemblée parlementaire UE-ACP, ce qui signifie qu’il avait des contacts étroits avec les dirigeants africains.

« Je suis à la fois surpris et troublé par cette information. Je n’aurais jamais pu imaginer que les nouvelles technologies puissent être aussi intrusives et extrêmement dangereuses pour le fonctionnement normal de la démocratie. Je suis heureux d’avoir été mis au courant de cette tentative d’intrusion dans mon travail politique, qui consiste à essayer de résoudre des conflits », a déclaré Louis Michel au Pegasus Project lorsqu’il a été informé de son inclusion dans la base de données ayant fait l’objet d’une fuite.

Le projet Pegasus est une enquête collaborative impliquant plus de 80 journalistes de 17 organisations de presse dans 10 pays, coordonnée par Forbidden Stories avec le soutien technique du Security Lab d’Amnesty International. Lisez toute notre couverture ici.

The Wire, 22/07/2021

Etiquettes : Pegasus, France, Emmanuel Macron, Espionnage, NSO Group, Algérie,

1 Rétrolien / Ping

  1. Maroc-Algérie: L’«oeil» du roi borgne - Maghreb Online

Les commentaires sont fermés.