Fuite de Ghosn du Japon: Deux citoyens américains condamnés

Un duo américain condamné à la prison par un tribunal de Tokyo pour avoir aidé Ghosn à fuir le Japon

TOKYO, 19 juillet (Reuters) – Un tribunal de Tokyo a prononcé lundi les premières condamnations au Japon liées à l’arrestation et à la fuite de Carlos Ghosn, emprisonnant Michael Taylor, vétéran des forces spéciales de l’armée américaine, pour deux ans et son fils Peter pour un an et huit mois pour avoir aidé l’ancien président de Nissan Motor Co Ltd (7201.T) à fuir au Liban en 2019.

« Cette affaire a permis à Ghosn, un accusé de crime grave, de s’échapper à l’étranger », a déclaré Hideo Nirei, le juge en chef, tout en expliquant le jugement. « Un an et demi s’est écoulé, mais il n’y a aucune perspective de tenue du procès ».

Vêtus de costumes sombres et flanqués de quatre gardes, les deux hommes sont restés silencieux pendant leur comparution de 20 minutes au tribunal de district de Tokyo.

Nirei a déclaré que l’aîné Taylor avait joué un « rôle de premier plan » dans l’évasion en escortant Ghosn dans le jet, tandis que son fils s’était occupé de ses bagages et lui avait fourni la clé d’une chambre d’hôtel où il s’était changé.

Les deux hommes, qui risquaient jusqu’à trois ans de prison, ont plaidé coupable et présenté des excuses en larmes à la cour le mois dernier, disant qu’ils regrettaient leur rôle dans l’évasion de Ghosn hors du Japon, caché dans une boîte à bord d’un jet privé de l’aéroport japonais de Kansai à la fin de 2019.

Les procureurs ont déclaré que les Taylor ont reçu 1,3 million de dollars pour leurs dépenses et à titre de paiement, ainsi que 500 000 dollars supplémentaires pour les frais juridiques.

En février, un tribunal turc a condamné la société turque MNG et deux pilotes pour leur rôle dans l’évasion de Ghosn, condamnant les pilotes à quatre ans et deux mois de prison.

Les Taylor ont été arrêtés aux États-Unis en mai 2020, mais ne sont arrivés au Japon qu’en mars parce que leurs avocats ont cherché à empêcher leur extradition, arguant qu’ils ne pouvaient pas être poursuivis pour avoir aidé quelqu’un à « sauter sous caution » et qu’ils risquaient de subir des interrogatoires incessants et des actes de torture.

Au Japon, les suspects sont interrogés en l’absence de leurs avocats et se voient souvent refuser la libération sous caution avant le procès.

Ghosn reste un fugitif dans son pays d’enfance, le Liban, qui n’a pas signé de traité d’extradition avec le Japon.

Au Japon, il est accusé d’avoir sous-estimé sa rémunération de 9,3 milliards de yens (85 millions de dollars) dans les états financiers de Nissan pendant une décennie et de s’être enrichi aux dépens de son employeur en versant des sommes à des concessionnaires automobiles au Moyen-Orient.

Greg Kelly, un ancien cadre de Nissan accusé d’avoir aidé Ghosn à dissimuler sa rémunération, est également en procès à Tokyo, le jugement étant attendu l’année prochaine. Ghosn et Kelly nient tous deux les accusations.

Les Taylor ont 14 jours pour faire appel du verdict et de la sentence.

Etiquettes : Japon, Liban, Carlos Ghosn, Michael Taylor, Peter Taylor, Renault, Nissan,