Libye: Dbeibah ignore l’accord entre la Russie et la Turquie

Le Premier ministre libyen n’est pas au courant de l’accord entre la Russie et la Turquie sur les combattants étrangers

NEW YORK, 16 juillet (Reuters) – Le Premier ministre libyen Abdulhamid Dbeibah, membre du gouvernement d’union nationale, a déclaré vendredi qu’il n’avait pas connaissance d’un accord entre la Russie et la Turquie sur le retrait de leurs combattants étrangers, mais qu’une telle mesure serait la bienvenue.

S’adressant à Reuters à New York, M. Dbeibah a également déclaré qu’il s’engageait à organiser des élections le 24 décembre, mais a prévenu que certains députés pourraient être réticents à céder le pouvoir. M. Dbeibah, un homme d’affaires nommé Premier ministre par intérim en février, a déclaré qu’il n’avait pas encore décidé s’il se présenterait aux élections.

La Libye a connu peu de stabilité depuis le soulèvement de 2011, soutenu par l’OTAN, contre Mouammar Kadhafi, alors chef de l’État. Un processus de paix mené par l’ONU a abouti à un cessez-le-feu l’été dernier, après la pause des combats entre factions rivales, puis à un gouvernement d’unité.

À l’issue d’une conférence organisée à Berlin le mois dernier sous l’égide de l’ONU, des responsables allemands et américains ont déclaré que la Turquie et la Russie, qui soutiennent des camps opposés en Libye, étaient parvenues à un premier accord sur un retrait progressif de leurs combattants étrangers.

« Je n’ai pas entendu parler de cet accord concernant le retrait des combattants. Mais nous nous félicitons de tout accord… et nous nous félicitons du retrait de toute force, de tout combattant ou mercenaire bénéficiant d’un soutien quelconque de la part d’une partie quelconque », a déclaré M. Dbeibah. « Nous discutons avec toutes les parties concernant le retrait des forces étrangères de Libye ».

Les observateurs des sanctions de l’ONU ont signalé que des milliers de Syriens avaient combattu en Libye, soit aux côtés des troupes du gouvernement d’unité – qui étaient également conseillées par les troupes turques – soit avec le groupe russe Wagner pour soutenir l’Armée nationale libyenne (ANL) du commandant de l’Est Khalifa Haftar.

En vertu du cessez-le-feu conclu en octobre dernier, tous les combattants étrangers étaient censés avoir quitté la Libye en janvier.

L’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU, Dmitry Polyanskiy, a déclaré jeudi au Conseil de sécurité que Moscou était favorable à un « retrait progressif par étapes de toutes les forces et contingents étrangers ».

« Dans le même temps, nous devons nous assurer que l’équilibre actuel des forces sur le terrain ne soit pas perturbé, car c’est grâce à cet équilibre que la situation en Libye reste calme et qu’aucune menace d’escalade armée n’émerge », a ajouté Polyanskiy.

S’adressant au Conseil de sécurité, M. Dbeibah a déclaré que la présence continue de combattants étrangers constituait « un risque réel et sérieux pour le processus politique actuel et qu’elle menaçait également les efforts visant à poursuivre le cessez-le-feu » et à unifier l’armée en Libye.

M. Dbeibah a déclaré à Reuters qu’il serait « très difficile » d’unifier l’armée libyenne. L’envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, Jan Kubis, a déclaré jeudi que la LNA n’a pas permis au gouvernement d’unité de Dbeibah de prendre le contrôle de la zone qu’il commande.

« Bien sûr, communiquer avec Haftar, c’est un militaire difficile, mais nous communiquons avec lui. Mais les choses ne sont pas faciles », a déclaré M. Dbeibah lors d’une interview à la mission de l’ONU en Libye.

Etiquettes : Libye, Russie, Turquie, combattants étrangers, mercenaires,