Cameroun: Une femme transgenre décrit « l’enfer » de la prison

Une femme transgenre au Cameroun décrit « l’enfer » de cinq mois de prison

DOUALA, 16 juillet (Reuters) – Les cinq mois passés en prison par deux femmes transgenres au Cameroun ont été « un enfer », a déclaré l’une d’entre elles à Reuters vendredi après leur libération, décrivant comment elles ont été initialement forcées de dormir avec des chaînes autour des jambes.

Shakiro et Patricia ont quitté la prison principale de Douala en taxi après qu’un juge a ordonné leur libération jusqu’à ce qu’un tribunal puisse entendre un appel de leur condamnation à cinq ans de prison.

Ils avaient été arrêtés le 8 février pour avoir porté des vêtements féminins dans un restaurant et condamnés pour « tentative d’homosexualité », outrage public à la pudeur et défaut d’identification.

« La prison, c’est l’enfer. C’est le feu de l’enfer. Surtout quand ils vous accusent d’homosexualité », a déclaré Shakiro, une célébrité au Cameroun avec des milliers de followers sur les médias sociaux, lors d’une interview dans la maison de sa famille.

« Ils ont mis des chaînes sur nos jambes, quelque chose qui n’est pas normal », a-t-elle ajouté. « Ce jour-là, nous avons dormi avec ces chaînes et nous avons payé de l’argent pour qu’ils enlèvent les chaînes ».

Un porte-parole du ministère camerounais de la Justice n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les militants des droits de l’homme affirment que ces arrestations reflètent une criminalisation croissante des minorités sexuelles au Cameroun. Leur appel devrait être entendu en septembre.

« Ce jour est le plus beau jour de ma vie car je ne pensais pas que ces enfants sortiraient de prison avec une santé intacte », a déclaré à Reuters la mère de Shakiro, Joséphine Njeukam.

Etiquettes : Cameroun, homosexualité, transgenre, LGBTQ,