Clients probables du Sukhoi Su-57 (Military Watch)

Clients probables de l’avion de combat russe de cinquième génération Sukhoi Su-57

Le magazine américain Military Watch a dressé une liste de cinq acheteurs étrangers potentiels de l’avion de combat russe de cinquième génération Sukhoi Su-57 : l’Égypte, le Kazakhstan, l’Éthiopie, la Malaisie et la Birmanie, avec l’ajout éventuel de l’Iran.

L’Égypte est depuis longtemps devenue un importateur majeur d’armes russes, des chars T-90 aux hélicoptères Kamov Ka-52, en passant par les chasseurs MiG-29M/M2 et Sukhoi Su-35 et de nombreux systèmes de défense aérienne, dont le S-300V4.

Bien que l’on spécule sur le désir du Caire de passer des commandes supplémentaires de Su-35 et de nouveaux MiG-35 et d’étendre ainsi son vaste programme de réarmement aérien, il n’est pas exclu que le pays d’Afrique du Nord décide d’acheter le chasseur Su-57 de cinquième génération au lieu de davantage de Su-35 au cours des cinq prochaines années, afin d’accroître sa puissance dans une région où les seuls avions de pointe sont les F-35 d’Israël et des Émirats arabes unis.

Le Kazakhstan, membre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC, qui comprend la Russie, le Belarus, l’Arménie, le Tadjikistan, le Kirghizstan et le Kazakhstan, la Serbie et l’Afghanistan étant admis en tant qu' »observateurs »), qui achète des produits militaires à Moscou aux mêmes prix que le ministère de la défense, pourra obtenir des fournitures de haute technologie telles que le Su-57 à des conditions favorables.

Elle déploie actuellement des chasseurs multirôles modernes Sukhoi Su-30SM, Su-27 Flanker et MiG-31 Foxhound. Bien que le Kazakhstan n’ait pas de préoccupations immédiates concernant la sécurité de son espace aérien, la durée de vie de la cellule du Su-27 devrait être atteinte dans une dizaine d’années si l’on se base sur les taux d’utilisation actuels et les choix possibles pourraient être le Su-57 ou la nouvelle variante du Su-30SM connue sous le nom de Su-30SM2.

Il n’est pas exclu que la prochaine exposition MAKS 2021, dont le Kazakhstan est le pays partenaire (à tel point que des signatures sont attendues sur un certain nombre d’accords relatifs à divers domaines de coopération dans le secteur militaire), nous réserve des surprises à cet égard.

L’Éthiopie a été l’un des premiers opérateurs étrangers du Su-27. Elle en a acquis 18 à la fin des années 1990, les premières livraisons ayant eu lieu pendant la guerre avec son rival érythréen. Les tensions avec l’Égypte et le Soudan et le vieillissement de la flotte de Su-27, qui doit être mise hors service au milieu des années 30, inciteront Addis-Abeba à rechercher de nouveaux avions de combat.

L’Éthiopie a récemment échoué dans sa tentative d’acquérir des avions français et le Su-57 pourrait apparaître comme une option viable pour donner à l’armée de l’air éthiopienne un avantage qualitatif sur des chasseurs potentiels tels que le Su-35 égyptien et le MiG-29SE soudanais.

Toutefois, au-delà des évaluations du magazine Military Watch, le Su-57 aurait un coût énorme pour les caisses de l’Éthiopie (172e sur 193 dans le classement mondial du revenu par habitant) et nécessiterait un soutien technique trop important pour l’armée de l’air de ce pays africain.

En outre, comme cela s’est déjà produit avec la tentative de commande française, la Russie pourrait également être réticente à fournir des armements de dernière génération au rival de l’Égypte et du Soudan. Le Caire est l’un des meilleurs clients pour les armes russes et Khartoum vient d’accorder à Moscou une base navale sur la mer Rouge.

En ce qui concerne la Malaisie d’autre part, le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a déclaré en décembre 2019 que le pays envisageait activement de remplacer les vieux chasseurs MiG-29 et Su-30MKM par des appareils de nouvelle génération et a ajouté que le Su-57 pourrait être le principal et unique concurrent au cas où la Russie déciderait de retirer les vieux chasseurs couvrant ainsi une partie des dépenses pour l’achat de nouveaux appareils.

La décision d’acquérir le Su-57 s’est accompagnée de l’acquisition de 12 F-35A de fabrication américaine Lockheed Martin (plus tout autre appareil en option) par l’armée de l’air de Singapour.

Le chasseur furtif de Sukhoi pourrait également intéresser le Myanmar (Birmanie), dont l’ambassadeur en Russie Koh Ko Shein avait déclaré en 2019 que son pays était intéressé par l’acquisition de chasseurs Su-57.

Rappelons que la Russie et le Myanmar, forts d’une coopération militaro-technique bien établie, ont des contrats en cours pour la fourniture de six chasseurs multirôles Sukhoi Su-30SM et de 16 entraîneurs avancés Yakovlev Yak-130, ainsi que d’autres accords liés à la modernisation des hélicoptères Mil Mi-17 et Mil Mi-24.

Toutefois, il faut reconnaître que l’achat d’une plate-forme aussi coûteuse que le Su-57 pourrait devenir un obstacle majeur pour un pays dont le PIB nominal par habitant se classe 162e sur 193 nations.

Military Watch mentionne également l’intérêt de l’Iran pour les avions de chasse russes, bien que Téhéran n’ait pas acheté de chasseurs russes et qu’il ne possède pas de chasseurs lourds de l’ère soviétique. L’intérêt exprimé en 2016 pour l’acquisition du Su-30SM auprès de l’Iran est également lié au retrait prochain de la flotte de F-14, vieille de 50 ans.

L’économie iranienne étant en plein essor dans les années à venir en raison de la levée potentielle des sanctions américaines, et le Su-57 devant être produit en plus grand nombre et à un prix plus bas dans la seconde moitié de la décennie, la possibilité d’une acquisition de Su-57 ne peut être exclue, notamment pour équilibrer les F-35 déployés dans le Golfe par les États-Unis et bientôt par l’armée de l’air émiratie. Cependant, certains affirment que l’Iran se tournera à l’avenir vers la Chine pour acquérir de nouveaux avions de chasse et des systèmes d’armes avancés.

Selon les évaluations d’Analisi Difesa, d’autres nations pourraient s’ajouter au « top cinq » des futurs acheteurs possibles du Su-57.

Tout d’abord, l’Inde, qui a notamment demandé par le passé à travailler avec Moscou sur la version biplace du Su-57 (appelée FGFA sur la photo ci-dessous), et qui dans le cadre d’une confrontation actuelle ou à moyen-long terme avec Pékin serait contrainte de prendre des mesures pour rééquilibrer ses moyens militaires stratégiques dans la région ; l’autre alternative à ne pas exclure est que New Delhi opte plutôt pour le F-35 américain.

En Algérie, l’acquisition du Su-57 est considérée comme acquise et certaine, à tel point que des sites web locaux hasardent l’hypothèse qu’Alger pourrait devenir le premier client étranger du Su-57 dans les cinq prochaines années. Compte tenu de la loyauté historique absolue du pays nord-africain envers le matériel soviéto-russe, cette hypothèse est, parmi toutes celles énumérées, certainement la plus plausible et la plus réalisable.

Enfin, nous ne pouvons pas oublier le Vietnam qui, pour des raisons politiques et de conflits avec son encombrant voisin chinois, pourrait considérer le Su-57 comme la seule alternative valable pour le futur renforcement de sa flotte aérienne.

Analisi Difesa, 09/07/2021

Etiquettes : Sukhoi Su-57, avions de combats, chasseur, bombardier, armement, aviation, Egypte, Kazakhstan, Ethiopie, Malaisie et Birmanie, Algérie, Vietnam,