Algérie : Un été pourri

Covid, accidents de la route et feux de forêts. Voila le «maléfique triumvirat » de ce début d’été pourri. Rien de vraiment gai, il faut bien le reconnaître. Les contaminations ont dépassé les 800 cas par jour. Les accidents ont fait prés de 40 morts en deux jours et nos forêts continuent de se consommer à cause de la canicule, mais aussi par le fait d’actes criminels de groupes et personnes qui n’ont pas encore désespéré de semer le doute et la déstabilisation dans le pays.

Ainsi sur le front de la crise sanitaire les cas de contamination qui vont tout droit vers les 1000 cas par jour inquiètent au plus haut point. D’ailleurs le président de la République a instruit les responsables du secteur de prendre des mesures d’urgence et de réactiver avec plus de rigueur et de suivi les plans de lutte contre la pandémie mis en place depuis l’apparition du virus dans notre pays.

Le laisser-aller observé chez les Algériens ces derniers temps a vraiment de quoi inquiéter et nécessite une remise en cause sérieuse dans les habitudes (bien mauvaises) qui se sont installées au sein de la population où aucun geste barrière n’est plus respecté. En effet la plupart des citoyens ne portent plus de bavettes là où ils sont. Dans les administrations, les commerces, les transports et bien d’autres lieux on continue à vivre comme si le virus n’existait plus. Pourtant, il est bien là et plus virulent que par le passé, en contaminant encore plus et en tuant plus encore. Mais cela ne semble pas effrayer outre mesure une grande franche de la société qui continue à n’en faire qu’à sa tête.

Plus encore, beaucoup d’Algériens refusent de se faire vacciner et continue d’être une sérieuse menace pour eux-mêmes, mais aussi pour leur entourage. Un refus qui entre dans cette droite ligne qui veut que ces mêmes personnes pensent que le virus n’existe plus ou pire encore qu’il n’a jamais existé. Des postures condamnables à tous les niveaux et face auxquels il faut penser à rendre obligatoire cette vaccination si la situation continue à se dégrader encore plus.
A coté du covid, des dizaines de familles on perdu des êtres chers en l’espace d’un week-end dans des accidents de la route qui ont fait près de 40 morts en un espace aussi court. Une hécatombe due à des chauffards qui n’ont pas fini de jouer au rodéo sur nos routes et d’endeuiller à chaque fois plusieurs familles algériennes. Une situation qui doit être affrontée avec plus de rigueur, tout comme celle des feux de forets où les pyromanes doivent répondre de leurs actes criminels et payer pour le mal qu’ils causent à la nation.

Par Abdelmadjid Blidi

Ouest Tribune, 12/07/2021

Etiquettes : Algérie, Covid, accidents de la route, feux de forêts,


Be the first to comment

Leave a comment